enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / FILMS / TELEFILMS / [Critique] « Jonas » (2018) de Christophe Charrier
Jonas de Christophe Charrier image 2 téléfilm
© ecdl

[Critique] « Jonas » (2018) de Christophe Charrier

Cet article est le 4e sur 290 pour Programme TV de Bulles de Culture

Le téléfilm Jonas de Christophe Charrier a été triplement récompensé au Festival de la Fiction TV de La Rochelle en 2018. L’avis et critique de Bulles de Culture sur ce téléfilm avec Félix Maritaud et Aure Atika, diffusé sur ARTE le vendredi 23 novembre 2018.

Synopsis :

1997. Le père de Jonas (Pierre Cartonnet) fait le plein pendant que son fils, 15 ans, joue à la Game Boy à l’intérieur du véhicule. Revenu de la station-service, il le découvre enfermé à double tour, terrorisé. Que s’est-il passé ? À 33 ans, Jonas (Félix Maritaud) est devenu un homme instable et destructeur, enchaînant les amants et les soirées en boîte. Rongé par la culpabilité, il va enfin oser convoquer les souvenirs du passé et revoir la mère de son ami disparu dramatiquement quand il avait 15 ans…

Jonas : la quête du pardon de l’autre et à soi-même

Dans le téléfilm Jonas, le comédien Félix Maritaud est Jonas et ce Jonas a mal. Le corps tatoué, ce brancardier trentenaire est un écorché vif qui vit bloqué avec les fantômes de son passé. Au point de lasser son petit ami, interprété par David Baiot, qui ne supporte plus de le voir le tromper chaque soir avec d’autres hommes. Au point de le voir être embarqué par une patrouille de polie suite à une bagarre dans une boîte de nuit qu’il a lui-même provoquée. Mais les réminiscences de ce passé qui le hantent affleurent de plus en plus et dessinent peu à peu le visage d’un enfant solitaire d’une quinzaine d’années, avec les traits du jeune acteur Nicolas Bauwens, entouré de parents aimants.

Dans les années 90 de son enfance — plaisir pour ceux qui ont connu ces années-là de revoir une Game Boy, le jeu Tetris ou la grande époque de feu Les Guignols de l’info —, ce n’est pas son homosexualité qui est à l’origine du traumatisme enfoui profondément en lui. Car même si certains camarades le harcèlent pour son orientation sexuelle et même s’il n’assume pas encore celle-ci devant ses parents, la rencontre avec l’adolescent rebelle et libre qu’est Nathan, incarné par Tommy-Lee Baïk, le conforte dans sa préférence et marque le début timide pour lui d’une belle histoire d’amour adolescent… jusqu’au terrible évènement. Un évènement dont il se sent coupable et responsable de la tournure qu’il a pris à cause peut-être de lui.

Avec le téléfilm Jonas, c’est la quête du pardon de l’autre, celui de la mère de Nathan jouée par Aure Atika, et du pardon à soi-même que décrit et filme avec subtilité l’auteur-réalisateur Christophe Charrier — le tournage a eu lieu dans sa ville natale de Toulon —, que Félix Maritaud et les autres comédiens incarnent parfaitement et que la très belle musique  originale d’Alex Beaupain accompagne. Les prix obtenus au Festival de la Fiction TV de la Rochelle en 2018 (Meilleur téléfilm, Meilleure réalisation et Meilleure musique) sont donc amplement mérités pour cette fiction unitaire.

En savoir plus :

  • Jonas est diffusé sur ARTE les vendredi 23 novembre 2018 à 20h55, mercredi 5 décembre 2018 à 13h35 et vendredi 14 décembre 2018 à 13h35. Le téléfilm est également diffusé en streaming et disponible en replay sur arte.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.