enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / INTERVIEW TV / [Critique & Interview] « Victor Hugo, ennemi d’Etat » (2018)
VICTOR HUGO, ENNEMI D'ETAT image épisode 4 série
© Denis Manin / Quad Télévision / Point du jour / FTV

[Critique & Interview] « Victor Hugo, ennemi d’Etat » (2018)

Cet article est le 257e sur 259 pour Programme TV de Bulles de Culture

Après le documentaire sur France 5, place à la fiction de France 2 autour de l’écrivain et homme politique Victor Hugo. L’avis et critique série de Bulles de Culture sur Victor Hugo, ennemi d’Etat de Jean-Marc Moutout et Sophie Hiet, diffusé les lundi 5 et mardi 6 novembre 2018, ainsi que notre interview de l’équipe.

Synopsis :

En 1848, Victor Hugo, 46 ans, a déjà connu un immense succès populaire avec son roman Notre-Dame de Paris. Cette célébrité lui a permis de rencontrer une jeune comédienne, Juliette Drouet, dont il a fait — bien que marié à une épouse qu’il aime sincèrement et dont il a eu quatre enfants — sa maîtresse, sa confidente. Si la vie de Victor est inconcevable sans Juliette, elle l’est aussi sans… la jeune et jolie Léonie D’Aunet, son autre maîtresse depuis sept ans dont Juliette ignore l’existence !

Victor Hugo, ennemi d’Etat : un homme déchiré entre littérature et politique

Si le documentaire Victor Hugo, un siècle en révolutions de Jacques Lœuille parcourait un large pan de la vie du célèbre écrivain français, la mini-série Victor Hugo, ennemi d’Etat se concentre sur une période plus réduite, marquée par une France républicaine passant sous le Second Empire, et qui va marquer un tournant pour Victor Hugo, le poète devenant tribun pour s’opposer peu à peu à des hommes, Louis-Napoléon Bonaparte en tête, qu’il soutenait pourtant jusque-là. Alors que son prochain roman qui ne s’intitule pas encore Les Misérables n’a pas encore pris forme, Victor Hugo va donc lâcher la plume pour se confronter au réel et aux évènements qui touchent la France. « A cette époque, Victor Hugo est déchiré entre la littérature et la politique, nous explique la co-scénariste Sophie Hiet lors d’une conférence de presse. Il voulait faire les deux. Il était déchiré aussi entre ses deux maîtresses. Ses enfants voulaient prendre leur envol et il voulait les garder avec lui. Et la réponse à ces tiraillements, c’est l’exil. On a donc structuré le récit autour de cette ligne de force. Son engagement politique est authentique, intègre mais on a bâti la narration sur cette force qui le pousse à l’exil, qui est une réponse à ses différents problèmes. Ainsi, lors de l’exil, il n’emmène qu’une maîtresse et ses enfants avec lui. Et surtout, il va pouvoir revenir à la littérature. Il se crée à la fois cette icône de la République sur son rocher et il a le temps enfin de terminer notamment Les Misérables ».

Les convictions à l’épreuve du réel

Le tournage de la mini-série Victor Hugo, ennemi d’Etat a eu lieu en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et en Dordogne. Côté réalisation, le réalisateur et co-scénariste Jean-Marc Moutout a fait le choix de nous placer au coeur du récit et de nous immerger dans cette époque en pleine ébullition par un choix de caméra épaule et de mouvements de caméra, plus « la musique moderne et dynamique » (dixit le réalisateur) d’Etienne Forget. Côté casting, Jean-Marc Moutout explique que l’acteur Yannick Choirat s’est assez vite imposé dans le rôle de Victor Hugo « par son charme, son charisme et le fait qu’il avait joué Ça ira (1) Fin de Louis, grand texte sur la révolution de Joël Pommerat. Il était très habité du politique et de l’Histoire ». Et pour Juliette Drouet, la maîtresse et confidente de l’écrivain, il a choisi la comédienne Isabelle Carré parce que « sa douceur et son intelligence donne du relief et une tendresse au personnage, sans le rendre victime ou triste ».

Au final, cela donne une bonne série historique de quatre épisodes de 52 épisodes qui dessine le portrait intime et publique d’un homme plein de contradictions qui aura marqué son temps. Ainsi, loin de l’image d’Epinal du « barbu » sur son rocher, la série Victor Hugo, ennemi d’Etat décrit l’évolution d’un bourgeois, père de famille, homme à femmes — son épouse Adèle (Nade Dieu) et ses deux maîtresses, Juliette Drouet et Léonie D’Aunet (Erika Sainte) — et royaliste assis à la droite de l’Assemblée qui basculera à gauche et deviendra un artiste engagé, un républicain et la voix de tout un peuple.

Et son interprète Yannick Choirat de conclure : « Victor Hugo est un exemple d’homme qui a su à un moment donné remettre en question ses convictions à l’épreuve du réel,  Cela a été possible parce que c’est un poète, un dramaturge et pas un homme politique à la base ».

Propos recueillis à Paris le 8 octobre 2018.

En savoir plus :

  • Victor Hugo, ennemi d’Etat est diffusé sur France 2 les lundi 5 et mardi 6 novembre 2018 à 21h. La mini-série est également diffusée en streaming et disponible en replay sur France.tv
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)