enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] “Voyez comme on danse” (2018) de Michel Blanc
Voyez comme on danse affiche critique film avis

[Critique] “Voyez comme on danse” (2018) de Michel Blanc

Voyez comme on danse, film français du réalisateur Michel Blanc avec Karin Viard, Carole Bouquet et Charlotte Rampling, dans les salles de cinéma depuis le 10 octobre 2018. L’avis et critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Voyez comme ils dansent…
Julien (Jean-Paul Rouve) sent comme une présence hostile derrière lui en permanence.
Alex (William Lebghil), son fils apprend qu’Eva, lycéenne de 17 ans a oublié de le prévenir qu’il allait être père.
La mère d’Eva, Véro (Karin Viard), dans une sale passe depuis sa naissance pense qu’elle va être obligée d’arracher le sac des vieilles pour nourrir le futur enfant.
Elizabeth (Charlotte Rampling), dont le mari Bertrand (Jacques Dutronc) s’est volatilisé, voit sa maison dévastée par une perquisition.
Lucie (Carole Bouquet) exaspérée par les délires paranos de Julien, son mari, est au bord du burn out conjugal.
Serena, la maîtresse de Julien sent qu’il lui ment. Julien ne sent pas que Serena lui ment aussi.
Loïc, fils ainé de Véro, seul élément stable de la bande ne l’est pas tant que ça.
Sans oublier un absent toujours très présent…

Voyez comme on danse, film en roue libre

Seize ans après Embrassez qui vous voudrez, Michel Blanc se lance dans un scénario original avec Voyez comme on danse. Le réalisateur refuse l’appellation de suite. Pourtant, c’est bien exactement les mêmes personnages que l’on retrouve quelques années plus tard. Alors que l’icône des bronzés pouvait s’appuyer sur le roman britannique à succès de Joseph Connoly pour le premier opus, il est avec ce nouveau film complètement en roue libre. Il en profite pour accentuer les traits, tout en rafraîchissant les tempéraments de chacun. On oublie les vacances au Touquet, c’est désormais régime vegan, transexualisme et crise de la cinquantaine.

Si le récit manque de construction, l’excès de Voyez comme on danse fait rire grâce surtout à la folie de Karin Viard. L’actrice, toujours aussi caustique et déjantée, reprend les codes de son interprétation dans Jalouse (David et Stéphane Foenkinos). Pour le reste, rien de très innovant dans l’équipe de Michel Blanc. 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 10/10/2018
  • Distribution France : UGC Distribution
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.