enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « L’amour flou » (2018) de Romane Bohringer et Philippe Rebbot
L'Amour Flou critique film avis affiche

[Critique] « L’amour flou » (2018) de Romane Bohringer et Philippe Rebbot

Cet article est le 9e sur 9 pour Festival du Film Francophone d'Angoulême 2018

L’amour flou, film français des réalisateurs Romane Bohringer et Philippe Rebbot, sort dans les salles de cinéma le 10 octobre 2018. L’avis et critique film de Bulles de Culture sur cette comédie récompensée d’un Valois du public au Festival du Film Francophone d’Angoulême en 2018

Synopsis :

Romane (Romane Bohringer) et Philippe (Philippe Rebbot) ont décidé de se séparer. Après dix ans de vie commune, l’ancien couple emménage dans deux appartements séparés par une cloison : un « sépartement ». Ils ne sont plus amoureux mais ils continuent à s’aimer à leur façon… C’est flou ! Peut-on se séparer ensemble ? Peut-on refaire sa vie, sans la défaire ?

L’amour flou, une comédie décalée

Cela commence avec un brin de nostalgie avec la chanson de Michel Delpech, Les Divorcés : « Si c’est fichu, entre nous, la vie continue, malgré tout« . La tristesse de la séparation ne va pas aller plus loin. Et L’amour flou va montrer comment on peut continuer une vie joyeuse après un divorce. La situation de Romane et de Philippe n’est certes pas commune.

Largement inspirée de la vraie vie des auteurs-réalisateurs, dans une sorte de « docu-comédie », Romane Bohringer et Philippe Rebbot assument plus que jamais leur côté iconoclaste. Avec eux, on s’immerge dans un nouveau concept de couple illustré par de drôles de mots. Ils prennent tout d’abord un « sépartement » : deux appartements avec une chambre des enfants communes. Romane fréquente ensuite une personne pansexuelle : caractérisant un individu pouvant être attiré par n’importe quel sexe, n’importe quel genre. Tandis que Philippe côtoie son meilleur ami (Reda Kateb), expert en psychologie canine.

Leur couple est fini mais la famille perdure

L’amour flou assume complètement son statut de comédie décalée. On est dans la subtilité du vécu, essayant de rendre joyeux une situation de séparation qui peut être difficile. Le long métrage s’appuie pour cela sur une écriture avec des dialogues travaillés et des répliques hilarantes. Les deux auteurs font aussi des prouesses en situations burlesques, Romane Bohringer essayant de recharger son sextoys et Philippe Rebbot en se muant en James Dean sexuel…

Parmi les guest-stars de ce film, il y a l’entourage réel des deux réalisateurs, dont leurs familles respectives. On peut notamment y voir Richard Bohringer (le père), Astrid (la mère) et Lou (la sœur). De l’autre côté, c’est Nicolas (frère le plus chauve), Olivier (frère le moins chauve) et Roland Rebbot (le père). On remarque du coup que Philippe Rebbot tient son côté « dans la lune » de son père. Les chiens ne font pas des chats !

Si L’amour flou séduit, c’est donc autant par son message résolument positif et quasi jouissif qu’à son ancrage ambigu entre réalité et fiction. Pour ces deux individus si singuliers, leur couple est fini mais la famille perdure.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 10/10/2018
  • Distribution France : Rezo Films
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.