enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « First Man – Le premier homme sur la Lune » (2018) de Damien Chazelle
First man Le Premier Homme sur la lune critique film avis Ryan Gosling affiche

[Critique] « First Man – Le premier homme sur la Lune » (2018) de Damien Chazelle

Après les succès internationaux de La La Land (2016) et de Whiplash (2014), Damien Chazelle reprend la caméra pour nous proposer First Man – Le premier homme sur la Lune (First Man), produit entre autres par Steven Spielberg. La réussite sera-t-elle encore de mise ? L’avis et critique film de Bulles de Culture .

Synopsis :

Pilote jugé « un peu distrait » par ses supérieurs en 1961, Neil Armstrong sera, le 21 juillet 1969, le premier homme à marcher sur la lune. Durant huit ans, il subit un entraînement de plus en plus difficile, assumant courageusement tous les risques d’un voyage vers l’inconnu total. Meurtri par des épreuves personnelles qui laissent des traces indélébiles, Armstrong tente d’être un mari aimant auprès d’une femme qui l’avait épousé en espérant une vie normale.

Plus d’un siècle après le Voyage dans la Lune de Georges Méliès et les balbutiements du 7ème art, le cinéma se lance un fois de plus dans la conquête de notre satellite, qui contemple d’un air amusé, la fourmilière qu’est l’humanité.
Ce qui était que le fruit de l’imagination pour nos aïeuls est devenu une réalité, dont s’est emparé Damien Chazelle. Le réalisateur nous propose l’adaptation du livre de éponyme de James R. Hansen, First Man – Le premier homme sur le Lune. Voici notre avis sur cette œuvre.

First Man : les faces cachées de la Lune

First man Le Premier Homme sur la lune critique film avis Ryan Gosling
© Universal

Ce qui paraît un défi scientifique et humain camoufle en réalité un conflit latent entre deux puissances mondiales : les Etats-Unis d’Amérique et l’URSS. L’orgueil de deux nations donnera naissance à l’une des conquêtes des plus prestigieuses de notre espèce. La Lune, morceau de notre Terre vieux de près de 4.5 milliards d’années, bien que veilleuse de nos nuits depuis l’aube de l’humanité, nous ne la connaissions guère. Ce crime a été réparé le 20 juillet 1969 après l’alunissage du module lunaire Eagle.

First Man – Le premier homme sur le Lune narre le déroulement de la mission Apollo, née au début des années 60, à travers le regard d’un homme désormais passé à la prospérité pour sa phrase « c’est un petit pas pour l’Homme, mais un bond de géant pour l’humanité », Niel Armstrong. Toutes les générations savent que l’homme a posé le pied sur la Lune, mais peu connaissent les sacrifices que ce pas a coûtés. A travers des images éblouissantes, contrastant avec la retransmission en noir et blanc des vieux tubes cathodiques de ce fameux jour de 1969, Damien Chazelle révèle le véritable saut dans l’inconnu de ce périple. Un vol spatial habité, sans certitude de retour.

First Man – Le premier homme sur le Lune est un film témoin remarquable, qui relate les prémices du programme Apollo, depuis la constitution de l’équipe, jusqu’à son dénouement, le retour de Niels Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins, plusieurs années après. Le réalisateur immisce sa caméra dans les couloirs de la NASA et l’intimité des astronautes.

Damien Chazelle et Ryan Gosling, un couple qui fonctionne

First Man Le Premier Homme sur la lune Claire Foy
© Universal

Pour incarner les traits de Niel Armstrong, Damien Chazelle a choisi de collaborer une seconde fois avec Ryan Gosling (Blade Runner 2049, 2017; La la land, 2016 ; The Nice Guys, 2016). Une récidive probablement encouragé par le succès de La la Land (2016) dans lequel le duo s’est constitué. Par ses choix de film, Ryan Gosling a su élargir sa palette d’artiste et échapper au rôle d’acteur pour midinette. Après les pas de danse dans La La Land (2016), il incarne un ingénieur aéronautique et pilote introverti. Il nous offre un personnage tout en retenu.

Dans First Man – Le premier homme sur le Lune, le duo formé par Damien Chazelle et Ryan Gosling nous convainc et arrive à nous transmettre sans caricature, l’abnégation dont faisait preuve l’astronaute. Une quête d’incertitude motivée par le goût de l’aventure ou bien un moyen d’échapper pour à la tristesse terrestre. La mélo-manie réalisateur s’exprime également dans cette œuvre, et vient parfaitement illustrer ce voyage spatial. Après la lecture de ces quelques lignes, nous vous laissons découvrir cette œuvre avec en tête d’affiche, Ryan Gosling (Blade Runner 2049, 2017; La la land, 2016 ; The Nice Guys, 2016) et Claire Foy qui incarnera Lisbeth Salander dans Millenium : Ce qui ne me tue pas.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 17/10/2018
  • Distribution France : Universal Pictures International France
Pierre L.

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Les derniers articles par Pierre L. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.