enfr
Accueil / LITTERATURE / [Critique] « Ci-gît mon cœur » de Marc Alexandre Oho Bambe
Ci-gît mon cœur de Marc Alexandre Oho Bambe image couverture livre poésie

[Critique] « Ci-gît mon cœur » de Marc Alexandre Oho Bambe

Ci-gît mon cœur est le nouveau livre de Marc Alexandre Oho Bambe, alias Capitaine Alexandre. C’est un recueil de poésie au goût de miel dans laquelle le monde se découvre sans fiel. L’avis et critique livre de Bulles de Culture.

Synopsis :

Ci-gît mon cœur est fidèle au pacte auquel le poète Marc Alexandre Oho Bambe s’est attaché : livrer une poésie qui joue avec l’équilibre fragile de l’intime et de l’universel et le déjoue ; livrer une poésie belle de sens et d’engagement ; livrer une poésie qui ouvre sur l’intemporelle humanité d’un monde qui ne va pas très bien.

Ci-gît mon cœur, entre l’ici et l’ailleurs

Dans le sillage de Résidents de la République et du Chant des possibles, recueils également parus chez aux éditions La Cheminante, Marc Alexandre Oho Bambe nous livre avec Ci-gît mon cœur une poésie dans laquelle se dévoile la plaie de l’exil et le chant de l’Afrique. Entre l’ici et l’ailleurs, la faille des massacres, des drames, des horreurs coupables et acérées dont l’humanité se montre régulièrement capable. Le titre même du recueil, Ci-gît mon cœur, renvoie à cette mort avide avalant tant d’innocents qu’elle ne peut que blesser le poète en le frôlant, en le narguant aussi. La poésie de Marc Alexandre Oho Bambe n’en est pas pour autant mortifère. Elle chante les fraternités, elle fredonne l’utopie, elle a l’amour comme refrain. Elle interpelle sans accuser et tend une main secourable aux plumes révoltées.

Toute empreinte d’Aimé Césaire, d’Édouard Glissant mais aussi de Maya Angelou, l’écriture de Marc Alexandre Oho Bambe redonne une vie vibrante aux chantres de la « négritude », à celles et ceux qui comme lui ont été déchiré-e-s entre l’ici et l’ailleurs, et ont rendu des mots aux maux innombrables et maudits, maux non-dits d’un passé sanguinaire, et une âme belle et noble à celles et ceux qui se taisaient dans l’ombre.

La poésie de Marc Alexandre Oho Bambe est un « soleil noir » resplendissant dont la mélancolie rayonne paradoxalement d’espérance. Elle chemine dans ce labyrinthe qu’est l’homme face au monde, l’homme dans le monde, et, en véritable fil d’Ariane, nous conduit vers un cœur bien plus battant que gisant.

Écrire, un acte d’engagement

Celui qui slame sous le pseudonyme de « Capitaine Alexandre », pseudonyme de combat de René Char durant la Seconde Guerre mondiale, se montre à la hauteur de sa figure tutélaire. Chez René Char, l’expérience de la guerre conduit au fragment, à une écriture qui ne peut plus être linéaire, continue. Dans Ci-gît mon cœur, l’empreinte que laissent les drames est tout aussi palpable.

Nous avions d’ailleurs découvert la poésie de Marc Alexandre Oho Bambe au détour de son bouleversant Vendredi 13, poème intégré à l’anthologie L’Ardeur, ABC poétique du vivre plus, parue à l’occasion du Printemps des poètes 2018 et éditée aux Éditions Bruno Doucey. L’expérience que Marc Alexandre Oho Bambe fait des mots s’incarne dans une poésie où la musique rencontre de belles trouvailles graphiques. L’oreille caresse l’œil, à moins que ce ne soit l’inverse. La langue poétique déploie des jeux avec les mots, les sons, les homophones et le chemin qu’elle trace est singulier, à la fois héritier de Guillaume Apollinaire et de Raymond Queneau, tout en privilégiant à chaque fois des jeux de sens qui sont de vraies pépites.

Ci-gît mon cœur, plus encore que les recueils précédents de Marc Alexandre Oho Bambe, a valeur de manifeste. Il étincelle d’une perfection toujours plus grande dans la quête graphique et sonore qui peut sublimer le Verbe et lui donner la force propre du poing levé ou de la main tendue.

Produits disponibles sur Amazon.fr

En savoir plus :

Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.