enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Les frères Sisters (2018) de Jacques Audiard
Affiche du film Les Frères Sisters de Jacques Audiard

[Critique] « Les frères Sisters (2018) de Jacques Audiard

Les frères Sisters, film américain du réalisateur Jacques Audiard avec notamment Joaquin Phoenix, John C. Reilly, Jake Gyllenhaal a reçu le Lion d’Argent au Festival de Venise. Le long métrage est sorti en salles ce 19 septembre 2018. L’avis et la critique film de Bulles de Culture.

Synopsis :

Charlie (Joaquin Phoenix) et Elie Sisters (J.C. Reilly) évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d’innocents… Ils n’éprouvent aucun état d’âme à tuer. C’est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Elie, lui, ne rêve que d’une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l’Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ?

Les frères Sisters : le néo-western de Jacques Audiard

Les frères Sisters signe un début d’aventure américaine pour Jacques Audiard. Celui qui détient déjà une palme d’or pour Dheepan (2015) a fait un coup fracassant en remportant le Lion d’Argent à la Mostra de Venise 2018. Le film est une adaptation du livre éponyme de Patrick DeWitt, produite par John C. Reilly, qui tient également l’un des rôles principaux. Pour Les frères Sisters, le réalisateur filme des grands paysages arides simulant l’Amérique, dont le tournage s’est pourtant tenu en Espagne et en Roumanie. Empruntant tous les codes du western, Jacques Audiard avoue cependant ne pas être un grand spécialiste du genre. Il s’inspire pour son film davantage de néo-westerns comme Little Big Man ou Missouri Brakes (Arthur Penn).

Le film tient son atout principal dans les jeux remarquables du casting. Tandis que Joaquin Phoenix campe avec mystère un être sombre, John C. Reilly temporise, servant de caution morale à l’oeuvre. Il est celui qui dénonce la violence à travers l’attachement qu’il porte aux humains, en particulier à sa mère. En face de cette fratrie dichotomique, Jake Gyllenhaal n’a de cesse de titiller les deux protagonistes les poussant dans leurs paradoxes. Ce dernier arbore un accent particulier accentuant la préciosité d’un personnage intelligent, avec une certaine aptitude à la manipulation.

Une continuité logique dans la carrière du réalisateur qui manque de surprise

Pourtant, à côté de cette reconstitution historique réussie, Jacques Audiard ne se renouvelle pas. Depuis Un Prophète, le cinéaste reste cantonné à cette étude de la violence, qu’il matérialise à travers un réalisme extrême. L’engrenage de cette barbarie se traduit par des scènes crues. La question de la rédemption semble encore une fois gouvernée les choix artistiques du réalisateur, qui est comme attiré par une continuité dans ces réflexions d’artiste. Les frères Sisters manque donc de surprise, là où l’ambition de mise en scène est ambitieuse.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 19/09/2018
  • Distribution France : UGC Distribution
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.