enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « Iphigénie » par Chloé Dabert : La femme est l’avenir de l’homme
IPHIGENIE par Chloe Dabert Festival d'Avignon 2018 photo 2
© Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

[Critique] « Iphigénie » par Chloé Dabert : La femme est l’avenir de l’homme

Cet article est le 1e sur 44 pour Festival IN & OFF d'Avignon 2018

De beaux moments d’émotion

IPHIGENIE par Chloe Dabert Festival d'Avignon 2018 photo 1
© Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Le tableau ne peut pas toujours être aussi noir, et il faut reconnaître à l’Iphigénie de Chloé Dabert de beaux moments. Ce sont d’ailleurs les moments où Chloé Dabert laisse se développer l’émotion de ses personnages. La tendresse qui lie Agamemnon à sa fille, et qui, dès l’Antiquité, contribue à l’intensité tragique de la pièce est émouvante sur scène. Victoire Du Bois illumine véritablement la scène avec l’énergie de sa jeunesse et sa sincérité. Elle offre un jeu tout en nuances à la timide princesse qui aime son père et qui résonne son fougueux amant. Son jeu est juste, son ton est juste, et son interprétation de la princesse excellente.

Le duo que forment Sébastien Eveno et Victoire Du Bois est d’ailleurs une autre belle réussite de la pièce. L’emportement de l’un trouve un pendant émouvant dans la retenue de l’autre. On pourrait même penser qu’Achille pourrait être encore plus musclé et menaçant dans son affrontement avec Agamemnon, puisque la mythologie accorde une place importante à leur querelle dans la suite du mythe troyen et que c’est l’épique qui intéresse Chloé Dabert.

L’autre présence lumineuse de la pièce est celle de Bénédicte Cerutti et de son incarnation sensible d’Ériphile. Si la jeune comédienne est mise en difficulté par le plein air, elle n’échoue cependant pas dans son interprétation. Le personnage d’Ériphile, c’est la partie inventive de Jean Racine qui veut compliquer l’intrigue sentimentale de sa pièce. Il introduit donc ce personnage de captive d’Achille tombée amoureuse de son ravisseur.

Ériphile est donc une sorte d’anti-Andromaque. Cette trouvaille de Racine peut d’ailleurs être lue comme la reprise de l’intrigue sentimentale de sa pièce Andromaque qui avait remporté un beau succès. Le personnage est déchiré entre sa loyauté pour Iphigénie et sa jalousie pour elle, et n’a pas dans la pièce un rôle facile, puisqu’elle oscille entre les grands personnages mythologiques. Or Bénédicte Cerutti donne une place réelle à ce personnage, et un vrai relief à sa rivalité avec Iphigénie.

Somme toute, les femmes sauvent le spectacle. Véritablement. Et peut-être est-ce là une belle revanche sur le rôle qu’on leur attribue habituellement, notamment dans la mythologie où elles ne sont définies que dans leur lien avec un homme : épouse, fille, sœur.

En savoir plus :

  • Iphigénie se joue au Festival d’Avignon 2018, au Cloître des Carmes du 8 au 15 juillet à 22h
  • Tournée du spectacle : du 18 au 22 février 2019 au T2G – Théâtre de Gennevilliers ; du 26 février au 2 mars 2019 au Le Quai – CDN Angers Pays de la Loire ; du 5 au 10 mars 2019 au Célestins, Théâtre de Lyon ; les 14 et 15 mars au Théâtre Populaire Romand de la Chaux-de-Fonds ; les 19 et 20 mars 2019 à La Passerelle – Scène nationale de Saint-Brieuc ; le 23 mars au Théâtre Louis Aragon – Tremblay en France ; les 28 et 29 mars 2019 au Théâtre des Salins de Martigues ; le 2 avril 2019 au Théâtre Anne de Bretagne de Vannes ; les 5 et 6 avril 2019 au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines ; le 9 avril 2019 au Théâtre de Chelles ; le 12 avril 2019 à l’Espace 1789 de Saint-Ouen ; du 16 au 19 avril 2019 au ThéâtredelaCité de Toulouse ; les 29 et 30 avril 2019 au Le Trident – Scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin ; le 10 mai 2019 à l’Archipel, Pôle d’action culturelle de Fouesnant-les-Glénan ; du 15 au 22 mai 2019 au Théâtre national de Bretagne à Rennes
  • Durée du spectacle : 2h30
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.