/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] “Iphigénie” par Chloé Dabert : La femme est l’avenir de l’homme
IPHIGENIE par Chloe Dabert Festival d'Avignon 2018 photo 2
© Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

[Critique] “Iphigénie” par Chloé Dabert : La femme est l’avenir de l’homme

Cet article est le 1e sur 44 pour Festival IN & OFF d'Avignon 2018

Une langue ciselée et mangée toute crue

Si l’on prend le temps de lire le programme de salle qui nous est distribué à l’entrée, on peut lire un entretien de Chloé Dabert dans lequel elle revient abondamment sur l’alexandrin, leur perfection, leur rythme, l’importance de « les faire entendre au mot, à la virgule près ». C’est normalement tout l’enjeu d’un texte de Jean Racine. Faire entendre une langue travaillée à la perfection.

Or ce qui choque l’oreille dès le début de la pièce et jusqu’à la fin du spectacle, c’est bien le nombre d’alexandrins crochés, heurtés, manqués. Dans la bouche de Yann Boudaud particulièrement. Et ce qui fait si bien entendre ces erreurs de texte, c’est justement que les liaisons sont forcées à l’extrême.

Les puristes défendent, il est vrai, ces liaisons. Mais il semble qu’il aurait été préférable que les alexandrins puissent gagner en fluidité, trouver un rythme qui puisse être celui de la parole. Cela d’autant plus que la mise en scène de Chloé Dabert prend le parti de la modernité.

On peut aussi se demander si les alexandrins de Racine sont véritablement compatibles avec du plein air et sans sonorisation des comédiens. Il ne paraît pas impossible que la tournée du spectacle dans des salles traditionnelles permette une meilleure écoute de ce texte difficile. Il ne faut pas oublier que Racine n’écrit pas d’épopée ; il compose des tragédies faites pour un cadre de représentation restreint et atténue leur portée par les trames sentimentales qu’il ajoute. Ce sont les sentiments plus que la grandeur épique qui l’intéressent.

Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.