enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « Iphigénie » par Chloé Dabert : La femme est l’avenir de l’homme
IPHIGENIE par Chloe Dabert Festival d'Avignon 2018 photo 2
© Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

[Critique] « Iphigénie » par Chloé Dabert : La femme est l’avenir de l’homme

Cet article est le 1e sur 44 pour Festival IN & OFF d'Avignon 2018

C’est le texte de Jean Racine qu’a choisi Chloé Dabert pour Iphigénie, joué au Cloître des Carmes dans le cadre du Festival d’Avignon 2018. Bulles de Culture a pris son temps pour vous rendre un compte objectif de ce spectacle. Notre avis et critique théâtre.

Synopsis :

Les Grecs veulent partir faire la guerre à Troie, mais malheureusement les vents refusent de souffler et de leur permettre de partir. On consulte le devin, et il annonce qu’un sacrifice doit être fait, celui de la princesse Iphigénie (Victoire Du Bois), fille d’Agamemnon (Yann Boudaud) et de Clytemnestre (Servane Ducorps). Agamemnon doit-il sacrifier sa fille pour satisfaire les dieux ?

Iphigénie au Festival d’Avignon 2018 : une représentation étrange

IPHIGENIE par Chloe Dabert Festival d'Avignon 2018 photo 4
© Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Il n’aura échappé à personne que beaucoup de critiques éminemment négatives ont déjà été produites sur l’Iphigénie revue par Chloé Dabert. Leur virulence a fait différer à la rédactrice de ces lignes la composition de cette critique tant il lui semblait difficile de se faire un avis complet et construit sur ce singulier spectacle auquel elle avait assisté. Et il faut reconnaître avec tous ceux qui ont déjà produit leur critique de la pièce que c’est une expérience étrange qui a été imposée au public du Festival d’Avignon 2018 avec ce spectacle.

C’est d’abord un spectacle long : on vous annonce 2h30 sur le programme. Jean Racine oblige, cinq actes oblige, pas vraiment le choix. Mais le spectacle échoue très vite. On sent la salle lâcher prise. Les téléphones portables se rallument à différents endroits. Les soupirs affluent. Il faut dire qu’une partie du public a déjà pris connaissance du très mauvais retour critique de cette pièce, et cela décourage sûrement en partie sa patience.

Dès la fin du premier acte de cet Iphigénie, des spectateurs commencent à quitter le cloître. Dans le second, les départs s’accélèrent. Ils se poursuivent dans des proportions de plus en plus importantes jusqu’au quatrième acte, et ont parfois lieu entre deux scènes plutôt qu’entre les actes.

Cela donne une dimension étrange au spectacle. Durant la représentation de cet Iphigénie, chacun regarde son voisin et autour de lui. La connivence du public devant le spectacle en train d’échouer est sûrement l’une des pires expériences que l’on puisse imposer à une troupe de comédiens. Ceux d’Iphigénie ont dû la trouver douloureuse et cuisante. Par respect pour eux, nous sommes restés. Et si notre avis sur la pièce est en partie critique, il n’est pas tout à fait négatif.

Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.