enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « Mon Olympe » de la compagnie Les Mille Printemps
Mon Olympe pièce de théâtre présentée à Avignon Le OFF 18
© Flavie Brizard

[Critique] « Mon Olympe » de la compagnie Les Mille Printemps

Cet article est le 4e sur 44 pour Festival IN & OFF d'Avignon 2018

Qu’est-ce qu’avoir 20 ans aujourd’hui et être féministe ? N’y a-t-il qu’une manière de pratiquer le féminisme et pourquoi fait-il peur ? La compagnie Les Mille Printemps joue Mon Olympe au festival OFF d’Avignon 2018. Avis et critique théâtre.

Synopsis :

Cinq étudiantes en sociologie se retrouvent tous les jeudis à 14h dans un parc public pour échanger sur leurs conceptions du féminisme. Grande nouvelle, elles sont invitées sur un plateau de télévision pour promouvoir leur groupe. Les avis divergent : faut-il jouer le jeu ? Mais l’heure passe et le jardin public ferme ses portes. Voilà nos défenseures des droits de la femme confrontées à la nuit hostile, contraintes de se dévoiler les unes aux autres. Quel combat voudraient-elles mener ?

Mon Olympe au festival OFF d’Avignon 2018

Vos droits ne sont jamais acquis.
— Simone de Beauvoir

Le spectacle Mon Olympe tire la sonnette d’alarme. Il nous ouvre les yeux sur les violences conjugales, les discriminations à l’embauche, l’homophobie  et l’éducation sexiste donnée aux plus jeunes. C’est avec fougue que Sarah Coulaud, Louise Fafa, Jeanne Ruff, Claire Bouanich et Maud Martel poussent UN CRI dans Mon Olympe ! Non, être féministe n’est pas un gros mot. Mais chacune va défendre une conception différente d’être femme : son  propre « Olympe ».

Gabrielle Chalmont et Marie-Pierre Nalbandian font tomber tous les clichés sexistes. De ce groupe réuni par la compagnie Les mille Printemps émane une parole viscérale. 84000 viols par an dans le monde, une femme tuée sous les coups de son compagnon tous les 3 jours en France… et après ?? « L’urgence n’est pas de se réveiller, mais de ne pas s’endormir », dit ainsi Gabrielle Chalmont.

L’espoir d’atteindre l’Olympe

Femme, Réveille-toi !
— Olympe de Gouges

Depuis le combat d’Olympe de Gouges au XVIIIe siècle, le féminisme a pris des visages multiples voire effrayants. Or, Mon Olympe, celui de Les mille Printemps, n’est ni didactique, ni obtus. C’est un spectacle d’autant plus pédagogique qu’il reste léger.

Comment aborder la prostitution ou l’avortement sans plomber l’atmosphère ? Le pari scénographique de Gabrielle Chalmont est réussi. Toutes ces vérités qui sont mises en exergue, toutes ces horreurs qui sont déversées, sont ponctuées par des danses rythmées,  jeunes et insouciantes, à l’image de ce groupe de femmes en devenir qui veulent encore y croire. Loin d’être cinq hystériques bornées, chacune nous touche par son histoire. Ces corps nous confient leurs souffrances les plus secrètes mais leur fraîcheur et leur jeunesse l’emportent. Elles sont encore portées par l’espoir, lui seul leur permettra d’atteindre leur Olympe.

Cet article vous est proposé par une rédactrice-invitée, la chroniqueuse Fred Chavot.

En savoir plus :

  • Mon Olympe se joue au festival Avignon Le Off 2018 au Théâtre des Corps Saints à 22h05 du 5 au 29 juillet. Relâche le 25 juillet.
  • Durée du spectacle : 1h25
  • Le 8 mars 2019 devant 8 classes de Troisième à Sorbiers (France), nouvelle création de Gabrielle Chalmont et Marie-Pierre Nalbandian : Yourte
Bulles de Culture invite

Bulles de Culture invite

Rédacteurs invités / Guest editors chez Bulles de Culture
Ouvert sur l'extérieur, Bulles de Culture accueille les écrits de rédactrices et rédacteurs extérieurs.
Bulles de Culture invite

Les derniers articles par Bulles de Culture invite (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.