enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « Ici il n’y a pas de pourquoi » par Tony Harrisson : Voyage en terre concentrationnaire
affiche Ici il n'y a pas de pourquoi ! d'Arkenciel Compagnie Théâtre La Luna Avignon Off 2018

[Critique] « Ici il n’y a pas de pourquoi » par Tony Harrisson : Voyage en terre concentrationnaire

Cet article est le 7e sur 44 pour Festival IN & OFF d'Avignon 2018

C’est à une adaptation de Si c’est un homme de Primo Levi que nous convie le metteur en scène Tony Harrisson dans Ici il n’y a pas de pourquoi. Une représentation saisissante au festival OFF d’Avignon 2018. L’avis et critique théâtre de Bulles de Culture.

Synopsis :

Fidèle à l’ouvrage de Primo Levi, Ici il n’y a pas de pourquoi raconte la captivité d’un homme en camp de concentration, de son arrivée à sa libération. Un récit qui vient raconter de façon bouleversante comment l’humanité recule quand on enlève à l’homme sa dignité.

Ici il n’y a pas de pourquoi au festival OFF d’Avignon 2018 : une adaptation qui tend à l’universalité

Ici il n'y a pas de pourquoi ! d'Arkenciel Compagnie photo 1
© D.R.

En adaptant l’œuvre de Primo Levi à la scène, Tony Harrisson fait le choix d’en gommer toute mention faite aux Juifs et aux Nazis, toute référence au contexte historique précis de la Seconde Guerre mondiale. Son but ? Que l’ouvrage perde ainsi son ancrage historique en devenant la condamnation universelle et inconditionnelle de la barbarie que peut l’homme sur l’homme.

L’idée est intéressante et fonctionne tout à fait. Le fait que ce soit Tony Harrisson qui incarne le jeune homme de Si c’est un homme renforce d’ailleurs encore cette impression que l’histoire qu’on nous livre n’est pas rattachée à la Seconde Guerre mondiale, mais pourrait se passer ailleurs dans notre monde. L’écho des drames actuels n’est pas loin, et cela vous glace le dos.

Ici il n’y a pas de pourquoi : le spectacle de la souffrance humaine à son paroxysme

Ici il n'y a pas de pourquoi ! d'Arkenciel Compagnie photo 2
© D.R.

Ce que Tony Harrisson met absolument en avant dans son interprétation, c’est l’infinie cruauté de l’asservissement et de l’avilissement. Rappel universel s’il en est un que l’homme est un loup pour l’homme.

La souffrance qui résulte de ce processus, Tony Harrisson l’incarne physiquement dans la pièce de théâtre Ici il n’y a pas de pourquoi. Ce corps qui se tord, se recroqueville, manque de craquer à chaque instant, il nous le fait porter avec lui dans un spectacle qui n’en finit pas d’édifier, de stupéfier. L’interprétation de Tony Harrisson est saisissante. Elle vous happe d’un bout à l’autre, vous absorbe dans ce voyage terrible.

La sobriété qui préside la mise en scène — quelques pans avec des barreaux, un peu de fumée, un cube — ne fait que renforcer plus encore l’émotion du texte, de l’indicible que dit pourtant ce texte avec une simplicité qui transperce.

Cette émotion, c’est le hang du musicien Guitoti qui l’accompagne tout au long de la représentation avec une mise en musique efficace, à la fois économe et puissante.

Un spectacle qui ne laisse pas indemne.

En savoir plus :

  • Ici il n’y a pas de pourquoi se joue au Festival Avignon Le Off 2018, au Théâtre La Luna, du 6 au 29 juillet à 14h25
  • Durée du spectacle : 1h05
  • Site d’Arkenciel Compagnie
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)