/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
Accueil / SPECTACLES / ♥ [Critique Avignon Off] “Camille contre Claudel” d’Hélène Zidi : Quand l’ombre devient lumière
Camille contre Claudel photo 2
© Julien Jovelin

♥ [Critique Avignon Off] “Camille contre Claudel” d’Hélène Zidi : Quand l’ombre devient lumière

Cet article est le 5e sur 44 pour Festival IN & OFF d'Avignon 2018

Camille contre Claudel, c’est une rencontre bouleversante avec la célèbre artiste, au plus profond d’elle-même. Le texte et la mise en scène sont signés Hélène Zidi et c’est une grande réussite. L’avis et critique théâtre de Bulles de Culture sur cette pièce coup de cœur.

Synopsis :

C’est une approche dédoublée de Camille Claudel que propose Camille contre Claudel : l’une dans la fleur de la jeunesse (Lola Zidi) avance en âge, l’autre au seuil de la mort (Hélène Zidi) rajeunit au fil du spectacle. Un dialogue s’établit entre elles deux, au fil des événements qui secouent le destin de l’artiste. C’est une artiste éminemment douée brisée par son amour destructeur pour Auguste Rodin, par sa famille, par la société d’alors que nous découvrons.

Camille contre Claudel au festival OFF d’Avignon 2018 : une approche saisissante

CAMILLE CONTRE CLAUDEL de Hélène Zidi photo 1
© D.R.

Ce dialogue qu’a imaginé Hélène Zidi entre une Camille jeune et l’autre d’âge mûr pour Camille contre Claudel est à la fois inventif et incroyablement pertinent. La jeune première passionnée et naïve qui arrive à Paris rencontre celle qui a passé les trente dernières années en hôpital psychiatrique. Ce que ces deux-là ont à se dire ne peut être que fascinant.

Entourées de plâtres renvoyant aux œuvres de Camille Claudel, c’est un binôme mère-fille qui donne vie à la vie tourmentée de l’artiste. Il faut bien dire qu’Hélène et Lola Zidi sont remarquables et stupéfiantes dans l’interprétation conjointe qu’elles livrent. Les méandres de l’esprit de cette jeune femme brisée envahissent la scène avec une forte émotion.

Plus le spectacle avance, plus les deux Camille se rapprochent, et plus la tension est grande. C’est une créatrice dévorée par son art, par sa passion pour Auguste Rodin, par la pauvreté, par l’insuccès qui l’entoure. C’est une femme qu’on a brisée avec une telle force qu’elle en devient presque folle. Sa fièvre créatrice se fond dans son esprit tourmenté et la rompt tout à fait.

Un vibrant hommage

La pièce que livre Hélène Zidi avec Camille contre Claudel est un hommage magnifique et vibrant d’une intensité exceptionnelle. Bien documenté, le spectacle met en perspective les éléments biographiques connus en se plaçant du point de vue de l’artiste. Il rend également au personnage tout son relief, toute sa profondeur.

Lola Zidi est bouleversante quand elle incarne cette femme passionnément amoureuse du maître Rodin, utilisée par lui, puis rejetée par lui, cette jeune femme contrainte d’avorter de celui qu’elle a pourtant aimé de toutes ses forces. De la même façon, Hélène Zidi est troublante quand elle incarne celle qui crée sans cesse et sans succès, qui devient obsédée par les copies que l’on fait de ses œuvres et par Rodin dont elle pense qu’il est l’instrument de ses échecs.

Camille contre Claudel rend une voix à celle que sa mère a internée de force, à celle que son frère — le cultivé Paul Claudel — abandonne, à celle que l’on a jugée folle par simplicité. Hélène et Lola Zidi rendent une voix à cette artiste visionnaire que l’on a savamment rompue puis écrasée, à cette artiste en avance d’un bon siècle pour le parcours qu’elle se souhaitait.

Camille contre Claudel est un beau moment de théâtre, un lumineux coup de théâtre même, et une pièce coup de cœur pour Bulles de Culture.

En savoir plus :

  • Camille contre Claudel se joue au festival Avignon Le Off 2018, au Théâtre du Roi René du 5 au 29 juillet 2018 à 16h35. Relâche le 10 juillet
  • Durée du spectacle : 1h20
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)