/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
Accueil / SPECTACLES / [Critique Avignon Off] “Femme Femme Femme” de Les Divalala
Les Divalala joue "Femme, Femme, Femme" au théâtre d'Avignon le OFF 2018
© Créadiffusion

[Critique Avignon Off] “Femme Femme Femme” de Les Divalala

Cet article est le 40e sur 44 pour Festival IN & OFF d'Avignon 2018

Rythme, pêche et qualité vocale, quel bonheur ! Les Divalala enchantent le festival OFF d’Avignon 2018. Angélique Fridblatt, Gabrielle Laurens et Marion Lepine secouent a cappella nos tubes anciens ou récents. Avis et critique sur le spectacle musical Femme Femme Femme.

Synopsis :

Les Divalala se retrouvent célibataires. Accoudées au bar, elles décident de fêter leur nouvelle liberté en reprenant à cappella des succès connus de tous. Grâce à ces reprises, elles abordent le statut de la femme et le temps qui s’égrène. Mais attention, leurs voix sont exceptionnelles et leurs tempéraments fougueux. Prêts à embarquer dans leur grand huit émotionnel ? C’est intelligent, on rit et au virage suivant, on est touché : un show inoubliable !

Femme Femme Femme au festival OFF d’Avignon 2018 : le grand écart du répertoire selon Les Divalala

C’est avec brio que les trois voix suaves et puissantes d’Angélique Fridblatt, Marion Lepine et Gabrielle Laurens nous transportent. Leur travail sur les contrechants et les harmonies est exigeant. On se croirait au cœur d’une cathédrale. Dès le premier tempo sur la reprise de Stromae, le niveau est donné. Et tout le spectacle Femme Femme Femme ne sera que montée en puissance.

D’Alain Souchon à Beyoncé, de Mylène Farmer à Dalida, les mélanges sont novateurs. Raphaël Callandreau, leur orchestrateur vocal, confronte les genres. Chaque tableau offre une base instrumentale délirante ou un mélange de reprises lointaines mais qui dans la bouche de Les Divalala prend un goût surprenant et addictif. Quelle émotion quand Angélique Fridblatt caresse nos oreilles Avec le temps de Léo Ferré.

Une vraie signature

Ces trois filles sont une détonation dans le marasme des reprises actuelles. Elles savent se démarquer grâce au ton décalé qu’elles adoptent. Dans Femme Femme Femme, leur hommage dérisoire à Herbert Léonard est désopilant. Le public exulte. Leur force réside aussi dans la qualité des échanges parlés entre les reprises. Toutes les paroles prononcées ne sont que titres de chansons : beau travail de comédiennes ! Enfin leur écrin, décor et costumes, est en accord avec leurs éclats : tout évolue, surprend et habille leur folie. C’est avec générosité que Freddy Viau, leur metteur en scène, les sublime. Aucune caricature, elles nous permettent simplement de redécouvrir ces chansons, avec un souffle nouveau, une saveur soudaine. Leur music-hall est pétillant, décalé et décapant. Il nous saisit et nous séduit.

Si vous vous demandez encore comme Patrick Juvet, Où sont les femmes ?, sachez-le, elles sont là, là, là, Les Divalala.

Cet article vous est proposé par une rédactrice-invitée, la chroniqueuse Fred Chavot.

En savoir plus :

  • Femme Femme Femme de Les Divalala au festival d’Avignon Le Off 2018 au Théâtre des Corps Saints du 6 au 28 juillet à 19h40. Relâche le dimanche
  • Durée du spectacle : 1h20
  • Pour les dates de tournée : Créadiffusion
Bulles de Culture invite

Bulles de Culture invite

Rédacteurs invités / Guest editors chez Bulles de Culture
Ouvert sur l'extérieur, Bulles de Culture accueille les écrits de rédactrices et rédacteurs extérieurs.
Bulles de Culture invite

Les derniers articles par Bulles de Culture invite (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.