enfr
Accueil / MUSIQUE / Justin Timberlake a enflammé l’AccorHotels Arena avec son concert The Man on The Woods Tour
Justin Timberlake The Man of The Woods Tour avis critique

Justin Timberlake a enflammé l’AccorHotels Arena avec son concert The Man on The Woods Tour

Justin Timberlake a donné ces 3 et 4 juillet 2018 deux concerts sold out à l’AccorHotels Arena de Paris dans le cadre de sa tournée The Man on the Woods tour. Durant plus de deux heures et devant 20 000 spectateurs chaque soir, le chanteur de 37 ans a mis le feu à la salle parisienne. Bulles de Culture y était. 

 

Justin Timberlake dans un dispositif scénique impressionnant

L’ancien chanteur des NSYNC était ce début juillet défendre les titres de son cinquième album solo The Man on the Woods. A l’image des précédentes tournées de l’artiste, la production a vu en grand grâce à un dispositif scénique impressionnant. La scène en serpentin traverse l’ensemble de la longueur de la salle de concert. Des arbres trône aux abords de cette scène allongée afin d’immerger le public dans une forêt, thématique des dernières compositions de Justin Timberlake. C’est dans un déluge de lumières et de lasers que la star surgit sur les titres Filthy et Midnight Summer Jam, issus de son dernier album.


A un rythme endiablé, le concert continue avec des titres plus anciens. Love Stoned et Sexy Back retentissent tandis que des énormes rideaux blancs descendent du plafond pour projeter des images de nature boisée. Sur scène, Justin Timberlake danse avec une précision étonnante, entouré de ses six danseurs, en hommage notamment à Michael Jackson. Son grain de voix n’est absolument pas altéré par les chorégraphies qu’il exécute avec perfection. Côté musicien, le chanteur s’est de nouveau entouré du groupe funk Tennessee Kids qui donne une sonorité plus funk à ses morceaux.

Cette première partie est accompagnée d’une énergie débordante. Mettant le show avant toute chose, Justin Timberlake est bien déterminé à faire danser toute la salle. S’adressant au début peu au public, il préfère plutôt lui dédier ses chansons, veillant à communiquer autant avec les premiers rangs qu’aux derniers. C’est en se mettant à genou en saluant la foule qu’il traduit son amour pour les parisiens venus le voir si nombreux en ce beau soir d’été. Sur Suit and Tie, la star joue de l’acrobatie avec son pied de micro rouge fluo avant d’être entouré par des faisceaux laser. Il donne l’un de ses tableaux les plus spectaculaires. Puis, Justin Timberlake sort son looper pour remixer avec goût ses anciennes chansons My Love et Mirrors.


The Man on the Woods Tour, un grand camp de vacances

Après une interlude de quelques minutes, l’AccorHotel Arena se transforme en un grand camp de vacance durant lequel Justin Timberlake et ses musiciens se retrouvent autour d’un feu. Le public est invité à allumer la lumière de son téléphone portable pendant que le chanteur joue Flannel, ballade qu’il exécute à la guitare sèche.  Le rythme du concert ralentit alors pour donner une ambiance plus intimiste. La star laisse alors l’attention se porter sur ses choristes en leurs laissant interpréter quelques reprises comme Come Together (The Beatles) ou Ex-Factor (Lauryn Hill).


La fin du spectacle viendra beaucoup trop vite dès lors que la cadence reprend avec What Goes Around..Comes Around ou le single phare country Say Something. Le concert se termine avec l’immense hit Can’t Stop The Feeling, tiré de la bande originale du film Trolls (2016). A aucun moment l’artiste n’aura flanché. Justin Timberlake a tout donné à un public qui était en adoration devant la charisme de la star. Sans rappel, l’artiste quitte simplement la scène parisienne en lançant un “Thank you, good night“. Justin Timberlake a été à la hauteur de sa réputation, un vrai showman !

En savoir plus :

  • La tournée The Man on the Woods Tour de Justin Timberlake a eu lieu en 2018 en France à Paris (AccorHotels Arena) les 3 et 4 juillet 2018
  • The Man on the Woods est sorti le 2 février 2018 chez RCA Records Label
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)