enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] “Joueurs” (2018) : Un film noir saisissant sur l’addiction aux jeux
JOUEURS de Marie Monge affiche

[Critique] “Joueurs” (2018) : Un film noir saisissant sur l’addiction aux jeux

Cet article est le 27e sur 30 pour Festival de Cannes 2018

Joueurs, réalisé par Marie Monge, avec Tahar Rahim et Stacy Martin, sort dans les salles de cinéma le 4 juillet 2018. Le film a été présenté dans la sélection Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes 2018. L’avis et critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Lorsqu’Ella (Stacy Martin) rencontre Abel (Tahar Rahim), sa vie bascule. Dans le sillage de cet amant insaisissable, la jeune fille va découvrir le Paris cosmopolite et souterrain des cercles de jeux, où adrénaline et argent règnent. D’abord un pari, leur histoire se transforme en une passion dévorante.

Joueurs, premier long-métrage réussi pour Marie Monge

Joueurs a de quoi susciter des attraits. Le film est le premier long métrage de la réalisatrice Marie Monge qui s’entoure d’un casting de choc. La sensibilité de Stacy Martin (Le Redoutable) s’allie avec le naturel de Tahar Rahim (Le Prix du Succès, Marie Madeleine). Ensemble, ils vont incarner un couple entrainé dans une passion. Joueurs utilise les codes banals de l’amour au centre de son histoire. Quelques scènes sont ainsi poussées à l’extrême de la parodie sentimentale, comme lorsque, par exemple, Ella quitte inopinément son travail pour poursuivre Abel dans le métro. Cependant, Marie Monge va mener peu à peu le destin des deux protagonistes vers le sujet central du film : l’addiction aux jeux d’argent.

Un film mettant en lumière les conséquences désastreuses de l’addiction aux jeux

Addiction dévastatrice aussi forte que l’alcool, Joueurs est dans une démonstration sociale du fléau causé par cette drogue insidieuse. Alors que l’organisation clandestine de parties de poker étaient déjà au centre du film Le Grand Jeu (Aaron Sorkin) en ce début d’année, le long-métrage de Marie Monge est davantage une descente aux enfers à la Requiem for a Dream (Darren Aronosfsky). En effet, Abel perd peu à peu le contrôle de lui-même tandis qu’Ella est accrochée à l’amour qu’elle lui porte. Il y a résolument derrière ce film une volonté engagée de mettre en lumière les conséquences désastreuses d’une addiction méconnue.

Joueurs est également un film de style avec une ambiance particulière. Marie Monge montre pour cela les tréfonds d’un Paris clandestin, dévasté par la corruption et l’argent. Elle immerge pour cela le spectateur dans cette ambiance en jouant sur des lumières extrêmement sombres. Les touches musicales, résolument jazz, ponctuent également le récit dans une volonté juste d’adoucir cette oeuvre grave. Pourtant, les deux amants n’auront pas beaucoup de répit lors d’une scène de danse centrale du film. Ils retomberont très vite dans cet enfer de Dante.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 04/07/2018
  • Distribution France : Bac Films
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)