/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] “Hedy Lamarr: from extase to wifi” (2017) : Sous le glamour, l’inventrice
Hedy Lamarr from extase to wifi d'Alexandra Dean affiche

[Critique] “Hedy Lamarr: from extase to wifi” (2017) : Sous le glamour, l’inventrice

Hedy Lamarr: from extase to wifi (Bombshell: The Hedy Lamarr Story) est un film documentaire d’Alexandra Dean qui revient sur une facette peu connue de la star hollywoodienne Hedy Lamarr : ses talents d’inventrice. L’avis et la critique film de Bulles de Culture sur ce documentaire.

Synopsis :

Des débuts fulgurants dans Extase aux prémices des nouvelles technologies chères à notre ère digitale, c’est un double portrait de l’autrichienne Hedy Lamarr. L’un, très officiel, est celui d’une actrice qui fascina le monde par sa beauté et sa liberté sexuelle exacerbée. L’autre, plus intime, est celui d’un esprit scientifique insoupçonné. Obsédée par la technologie, Hedy inventa un système de codage des transmissions qui aboutira au GPS et bien plus tard au Wifi. Il s’agit d’une invitation contemporaine à redécouvrir une figure complexe, celle d’une enfant sauvage partie conquérir Hollywood pour fuir son mari pro-Nazi.

Hedy Lamarr: from extase to wifi : carrière d’une femme d’exception

N’importe quelle femme peut avoir l’air glamour, il suffit de rester immobile et de prendre un air idiot.

La citation de l’actrice Hedy Lamarr placée en incipit donne le ton du film documentaire Hedy Lamarr: from extase to wifi. Hedy Lamarr est née Hedwig Eva Maria Kiesler en 1914 à Vienne. Son premier gros succès au cinéma est le drame romantique austro-tchécoslovaque Extase (1933) de Gustav Machatý. Son premier mari est un marchand d’armes très jaloux et pro-Nazi. Sa première rencontre avec Hollywood a lieu quand elle fuit son premier époux et embarque sur un bateau en route pour l’Amérique. Sur celui-ci, elle croise le producteur américain Louis B. Mayer de la MGM (Metro-Goldwyn-Mayer) — la société de production et de distribution hollywoodienne dont le logo est un lion qui rugit — et réussit à se faire embaucher par lui. Problème : le succès Extase a aussi été un film à scandale, il va alors la marquer au fer rouge dans le métier toute sa vie. Et c’est à son grand désarroi que les scènes de nu et d’orgasme qu’elle y interprète la cantonneront toujours dans des rôles de femme fatale.

Ainsi, considérée comme l’une des plus belles femmes des années 40, la comédienne Hedy Lamarr  a eu une vie intime — femme libre, elle connaîtra plusieurs hommes et se mariera plusieurs fois — et professionnelle — de la gloire à la chute avec notamment de nombreuses opérations de chirurgie esthétique ratées et une arrestation pour vol à l’étalage — loin d’être de tout repos au sein du star-system hollywoodien. Et surtout, elle aura longtemps la grande tristesse de ne pas être reconnue pour ce qu’elle est vraiment.

Le temps de la réhabilitation

Heureusement, parallèlement à cette carrière de cinéma qui ne la comblera pas malgré des succès internationaux (Casbah, La Fièvre du pétrole, Samson et Dalila) et des tentatives de production (Le Démon de la chair, L’amante di Paride), Hedy Lamarr tentera de s’épanouir dans une autre de ses passions : les inventions. C’est en 2016 qu’un journaliste découvre l’enregistrement d’une interview de la comédienne, qui s’était retirée du monde, a accordé à un confrère du magazine américain Forbes. Et c’est avec le fil rouge de ces “mémoires d’outre-tombe” enregistrées en 1990 que le film documentaire Hedy Lamarr: from extase to wifi s’arrête un long moment sur ses talents d’inventrice.

L’une de ses inventions a d’ailleurs de nombreuses applications de nos jours puisqu’elle a permis le développement entre autres du GPS, du Wi-Fi et du Bluetooth. Et pour la petite histoire, c’est dans les années 40 qu’Hedy Lamarr a inventé avec le musicien avant-gardiste américain George Antheil, auteur notamment du Ballet mécanique (1926), le principe d’une torpille radio-guidée par sauts de fréquences. Mais incapable de saisir la portée de son invention pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine la rangea aux oubliettes avant qu’elle ne connut une nouvelle vie beaucoup plus tard. C’est ensuite un entrepreneur curieux de connaître la personne à l’origine de cette technologie si utile qui a permis à Hedy Lamarr d’être enfin reconnu pour son travail d’inventrice. Elle a reçu notamment le Prix de l’Electronic Frontier Foundation en 1997.

Un hommage bienvenu

Bref, exhaustif sur le fond — avec notamment de nombreux témoignages de proches, d’historiens, de scientifiques et de professionnels du cinéma tels que l’auteur-réalisateur et producteur Mel Brooks — mais pas aussi inventif sur la forme que la personne qui en est le sujet, le documentaire Hedy Lamarr: from extase to wifi rend un classique mais bienvenu hommage à la star hollywoodienne Hedy Lamarr et à sa carrière méconnue d’inventrice.

A noter que dans Culottées. Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, tome II , une série de bandes dessinées de Pénélope Bagieu qui rend hommage à des femmes exceptionnelles, un chapitre est consacré à Heddy Lamarr l’inventrice.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 06/06/2018
  • Distribution France : Urban Distribution

Produits disponibles sur Amazon.fr

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.