enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Les Confins du Monde » (2018) : Le choc trop brutal d’une passion
Les Confins du monde de Guillaume Nicloux affiche film

[Critique] « Les Confins du Monde » (2018) : Le choc trop brutal d’une passion

Les Confins du Monde, film du réalisateur Guillaume Nicloux avec Gaspard Ulliel et Guillaume Gouix, est présenté à Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2018. L’histoire oscille entre vengeance et amours sur fond de guerre en Indochine en 1945. L’avis et la critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Indochine, 1945.
Robert Tassen (Gaspard Ulliel), jeune militaire français, est le seul survivant d’un massacre dans lequel son frère a péri sous ses yeux. Aveuglé par sa vengeance, Robert s’engage dans une quête solitaire et secrète à la recherche des assassins. Mais sa rencontre avec Maï (Lang-Khê Tran), une jeune Indochinoise, va bouleverser ses croyances.

Les Confins du Monde : notre avis sur ce film vu au Festival de Cannes 2018

L’évasion a toujours été une thématique prédominante dans la filmographie de Guillaume Nicloux. Valley of Love (2015), The End (2016) ou En solitaire (2013) sont autant de voyages dont le cinéaste aime embarquer son spectateur. Avec Les Confins du Monde, c’est un Voyage au bout de l’enfer dans lequel nous immerge le réalisateur. Il livre ainsi un film aux allures guerrière d’Apocalypse Now (Francis Ford Coppola) sur fond de passion de L’Amant (Jean-Jacques Annaud). La caméra du français tient résolument des ambitions techniques avec sa sombre clarté au fin fond d’un conflit méconnu. Cependant, impossible d’égaler les deux œuvres majeures. En effet, les excès de violences physiques sont trop souvent le prétexte pour provoquer des chocs visuelles sans réelle utilité. On reste ainsi trop centré sur les horreurs trop appuyées. Des corps décharnés, des têtes décapitées, il y en aura beaucoup trop. Ces images crues ne suffiront pas à l’intensité psychologique pourtant bien engagée lors d’une première séquence du film où le protagoniste attend patiemment sa vengeance sur son banc les bras croisés, le regard plein de haine.

« Les Confins du Monde, c’est un Voyage au bout de l’enfer« 

L’escadron de Guillaume Nicloux est composé d’un Gaspard Ulliel torturé. Son personnage n’a de cesse d’osciller entre sa vendetta meurtrière et sa passion amoureuse pour une prostituée. Le jeu du comédien est malheureusement dans cette dichotomie, sans trop de nuance.  Dans ce tourbillon destructeur, le protagoniste prend également pour cible son frère d’armes, Guillaume Gouixdans un rôle plutôt anecdotique qui ne lui permet pas de s’affirmer. Au casting, on retrouve également Gérard Depardieu, grand fidèle de Guillaume Nicloux. Il fait dans Les Confins du Monde un caméo plutôt remarqué, sorte d’intronisations à l’actrice Lang-Khê Tran, nouvelle venue dans le monde du cinéma. Sa prestation promet certainement une belle carrière.

Les Confins du Monde a donc tous les atouts d’un film de guerre qui pourrait être passionnant. Il lui manque cependant un brin d’âme et surtout beaucoup de retenue.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 05/12/2018
  • Distribution France : Ad Vitam
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.