//insérer vidéo facebook
// code Google Analytics
enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Le Grand Bain » (2018) : Gilles Lellouche remporte l’or
Le Grand Bain de Gilles Lellouche Cannes 2018
© (2018) TRESOR FILMS – CHI-FOU-MI PRODUCTIONS - COOL INDUSTRIE – STUDIOCANAL - TF1 FILMS PRODUCTION - ART

[Critique] « Le Grand Bain » (2018) : Gilles Lellouche remporte l’or

Cet article est le 15e sur 24 pour Festival de Cannes 2018

Le Grand Bain, film français du réalisateur Gilles Lellouche avec notamment Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde est présenté hors compétition en sélection officielle du Festival de Cannes 2018. L’avis et la critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand (Mathieu Amalric), Marcus(Benoît Poelvoorde), Simon (Jean-Hughes Anglade), Laurent (Guillaume Canet), Thierry (Philippe Katerine) et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine (Virginie Efira), ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie…

Le Grand Bain, l’une des comédies les mieux ficelées de l’année

En plein milieu de ce Festival de Cannes 2018, Gilles Lellouche va donner un vent frais à la sélection officielle avec son film Le Grand Bain. Celui qui a réalisé Narco (2004) revient avec une partie de ses potes, Guillaume Canet et Benoît Poelvoorde, pour livrer l’une des comédies les mieux ficelées de cette année.

Egalement au scénario, le cinéaste épate grâce à des situations hilarantes complètement cocasses, recréant l’esprit de Rasta Rockett (1993) dans le domaine de la natation synchronisée masculine. Un groupe de loosers va en effet se mettre en tête d’aller aux championnats du monde. Les personnages sont très bien caractérisés. D’autant que leurs caractères sont simples. Chacun vit une situation compliquée. Ils viennent à la piscine pour résoudre des conflits intérieurs. C’est d’ailleurs la condition sinequanone pour rentrer dans l’équipe selon la coach.

On retrouve ainsi des clichés attendrissant : le chômeur quarantenaire bourré aux anti-dépresseurs, un homme traumatisé par une mère malade où un simplet en quête de reconnaissance. Au dessus de la mêlée, le rôle d’Amanda est particulièrement réussi. L’entraineuse handicapée complètement déjantée, campée par Leïla Bekhti, est l’un des atouts majeurs du film. Son sadisme va faire hurler de rire.

Gilles Lelloucge étonne par sa qualité de dialoguiste

Pour nourrir ces moments comiques bien trouvés, Gilles Lellouche étonne par sa qualité de dialoguiste. Les répliques sont d’un haut niveau avec un humour subtile, loin de ses années potaches avec Les Infidèles (2012). Côté réalisation, Le Grand Bain a quelques défauts. On est parfois dans la caricature technique avec des zooms grossiers sur des personnages ou des cadres rétrécis sans trop de justifications. De même, le réalisateur a parfois des problèmes de montage. L’histoire manque de liant du fait de la trop grande diversité de personnages à traiter. Certains sont bâclés alors que l’histoire des autres se résout trop facilement. En cela, Gilles Lellouche tient les mêmes tares en tant que réalisateur que son confrère Guillaume Canet. Avec une condensation de scènes comiques, éludant les quelques passages à vide, le film serait beaucoup plus efficace.

Le Grand Bain est néanmoins une comédie épatante trônant en bonne place dans un top 2018.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 24/10/2018
  • Distribution France : StudioCanal
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Un commentaire

    1. Encore une production subventionnée et le peuple élu.
      Toute la presse à genoux.
      Ca va faire 30 000 entrées. Un trou de 2 millions pour nos impôts.

    Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :