enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SVoD / SERIES / [Critique] “Westworld” saison 2 : Une saison plus violente, vaste et vivante
Westworld saison 2 affiche

[Critique] “Westworld” saison 2 : Une saison plus violente, vaste et vivante

Cet article est le 122e sur 195 pour Programme TV de Bulles de Culture

A partir du 23 avril 2018 sur OCS City, le parc Westworld ouvre ses portes pour une deuxième saison. Après une saison 1 spectaculaire mais un peu trop mécanique, les créateurs Jonathan Nolan et Lisa Joy élèvent le potentiel de leur série au cours de ces dix nouveaux épisodes. La critique série et l’avis de Bulles de Culture sur Westworld saison 2… sans spoilers !

Synopsis :

Après le lancement du nouveau scénario de Ford, le parc Westworld est plongé dans le chaos suite à la révolte menée par Dolores (Evan Rachel Wood). Aidée par Teddy (James Marsden) et bien d’autres qui se joignent à sa cause, elle espère éveiller les consciences des hôtes tout en cherchant un moyen de fuir le labyrinthe, tandis que Bernard (Jeffrey Wright), Maeve (Thandie Newton) et William (Jimmi Simpson) négocient leur survie.

Westworld saison 2, la saison de l’émancipation

Les enjeux sont réels ici. De vraies conséquences.
— William

Arrêt des fonctions motrices. Dolores, Bernard et Maeve sortent enfin de leur veille prolongée pour reprendre les armes, seize mois après la fin apocalyptique de Westworld saison 1. En prévision de la conclusion tout aussi apocalyptique de Game Of Thrones, la chaine HBO avait lancé Westworld en 2016 avec un cahier des charges bien rempli. Un casting prestigieux (Anthony Hopkins, Ed Harris, Thandie Newton…), une boite de Pandore renfermant un déluge de théories, une intrigue efficace à grand renfort de twists et une mythologie capable d’édifier plusieurs saisons.

De quoi fédérer un large public, au risque de composer une partition aussi millimétrée et mécanisée qu’une boite à musique. Quelque chose de très agréable pour les sens mais qui résiste à sortir des sentiers battus, manquant, comme les hôtes du parc, de s’émanciper un peu. Là-dessus, le constat est prometteur, on met le pied à l’étrier. Une fois échappée du labyrinthe de l’exposition, Westworld entame vraiment sa conquête sans changer radicalement sa nature.

Paul Vogel

Paul Vogel

Rédacteur/Editor chez Bulles de Culture
Piégé très tôt dans l'Engrenages des séries, impossible de passer plus de 24h chrono sans sauter dans La Quatrième Dimension, sous peine de finir aux Urgences. Citation inspirante préférée : "Sheeeeeeiit" (Clay Davis, "The Wire").

TOP 5 TV : "Six Feet Under", "Breaking Bad", "The Wire", "Urgences", "Lost"
Paul Vogel

Les derniers articles par Paul Vogel (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.