/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « 50 ans… ma nouvelle adolescence » : Une femme libérée, c’est pas si facile
50 ans... ma nouvelle adolescence photo théâtre
© D.R.

[Critique] « 50 ans… ma nouvelle adolescence » : Une femme libérée, c’est pas si facile

Avoir 50 ans, c’est drôlement fun grâce à la pièce de théâtre 50 ans… ma nouvelle adolescence écrite et mise en scène par Bernard JeanJean pour Martine Fontaine. L’actrice offre ainsi un « seul en scène » énergique au Théâtre Les Feux de la Rampe. L’avis et la critique de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Fanny (Martine Fontaine) a 50 ans. Son mari la quitte pour une femme beaucoup plus jeune qu’elle. Désormais seule, elle va apprendre à se reconstruire pour redevenir une femme épanouie.

50 ans… ma nouvelle adolescence, une patte féminine un brin autobiographique ?

Bernard JeanJean a toujours su se mettre dans la tête des femmes. Dans le film J’m sens pas belle avec Marina Foïs (2004), il suivait les affres d’une trentenaire qui ne voulait plus entendre parler d’amour. Plus récemment, dans la bande dessinée Mon homme presque parfait (Ed. GrandAngle), le scénariste imagine un triangle amoureux dans lequel une femme tombe sous le charme d’un homme qu’elle a l’impression de connaitre. C’est donc dans la continuité de ses inspirations habituelles que l’auteur garde cette patte féminine dans la pièce de théâtre 50 ans… ma nouvelle adolescence, qu’il a écrit et mis en scène. La confusion est telle qu’on a l’impression que les péripéties sont en réalité un brin autobiographiques. Tiens, tiens, Bernard Jeanjean ne viendrait-il pas d’avoir 50 ans par hasard ?

Il est un choix judicieux de faire incarner cette femme cinquantenaire par Martine Fontaine. L’actrice est pleine de pep’s, notamment avec cette voix grave suave qui tient l’attention du public. C’est avec simplicité qu’elle s’adresse souvent à eux en emportant ainsi dans son récit toutes les femmes qui ont connu un jour cette situation de crise…mais également tous les autres, hommes de tout âge y compris, qui riront de cette personnalité déjantée. Mais la pièce n’est pas qu’une partie de vives rigolades. En effet, l’abandon, la solitude et le deuil seront également des thèmes abordés dans cette pièce. Ces situations de déprime du personnage pousseront d’ailleurs Martine Fontaine a lâché ses nerfs sur scène. Cependant, la chute est bien plus émouvante quand la remontée est belle ! C’est un riff de guitare qui fera repartir l’héroïne dans un nouvel élan. On découvre alors que la comédienne est également un petit peu musicienne.

Une proximité avec le public

Alors, on peut certes reprocher à 50 ans… ma nouvelle adolescence quelques longueurs. Le milieu de seconde partie parait légèrement tourner en boucle dans la narration. Cependant, la pièce garde tout du long cette efficacité dans les répliques qui sont issues d’une écriture décomplexée sur les douleurs du quotidien. Martine Fontaine tient la cadence, assumant totalement ce texte parfois intime. A la fin de la représentation, la comédienne garde cette proximité avec le public en proposant même d’aller boire un verre avec eux.

50 ans… ma nouvelle adolescence parait donc être cette petite thérapie par le rire écrite par Bernard Jeanjean pour fêter ses années passées. Attention, elle pourrait également fonctionner sur vous !

En savoir plus :

  • 50 ans… ma nouvelle adolescence au Théâtre Les Feux de la Rampe (Paris, France) du 4 au 25 avril 2018, tous les mercredis soirs à 21h30
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.