enfr
Accueil / CINEMA / [Interview] Vladimir de Fontenay, réalisateur de “Mobile Homes”
Mobile Homes de Vladimir de Fontenay image tournage-8
© D.R.

[Interview] Vladimir de Fontenay, réalisateur de “Mobile Homes”

“Les désaxés m’intéressent parce que souvent dans la marginalité, on se retrouve seul face à ses choix”

Mobile Homes de Vladimir de Fontenay image tournage-3
© D.R.

Bulles de Culture : Comment as-tu effectué tes recherches pour coller le plus possible à la réalité de l’univers marginal montré dans Mobile Homes ?

Vladimir de Fontenay : Comme c’est un travail de fiction, au début, je fais très peu de recherches pour ne pas m’inhiber par rapport à des sujets, des situations. Je refuse de lire avant de choisir les mouvements des personnages, les mouvements du récit. Ensuite, une fois que j’ai une idée précise, je fais de la recherche.
Je pars de lectures, mais aussi de travaux de photographes et notamment de photographie contemporaine américaine. Une des grandes inspirations pour le film est le travail de Jim Goldberg, qui a énormément documenté les jeunes qui vivent sur la route en Californie. J’ai rencontré en résidence d’écriture la photographe et journaliste du New York Times Brenda Ann Kenneally. Elle a basé tout son travail sur des portraits de jeunes à Troy dans l’État de New York avec une étude de la façon dont les enfants y grandissaient.
Parce qu’il y a un souci du réel, je me documente sur un sujet, je m’éclaire par rapport à des images, à quoi ça ressemble… Mais ensuite il y a la nécessité de rendre le sujet universel et accessible. Je préserve aussi énormément le nécessité de pouvoir m’identifier, moi. J’essaie de ne pas m’inhiber, aussi parce que je me rends compte que toutes les situations peuvent exister. Je n’ai jamais eu de près la vie de mes personnages mais je peux me projeter dans un sentiment amoureux, d’urgence, d’abandon…

Bulles de Culture : Penses-tu continuer de creuser ce type d’univers ou as-tu des idées complètement différentes pour tes prochains films ?

Vladimir de Fontenay : Je reviens toujours aux mêmes thématiques, comme trouver sa place, la peur de l’abandon, etc. L’âge post-adolescent continue de m’intéresser, je le trouve assez riche pour des personnages parce qu’il est très transitionnel, il fait face à des choix de vie. Les désaxés m’intéressent parce que souvent dans la marginalité, on se retrouve souvent seul face à ses choix. C’est un procédé que je mets en place de manière parfois inconsciente mais les personnages de Mobile Homes sont dans une marginalité et un isolement qui font qu’ils sont seuls face à leur choix, et ça les rend très humains et attachants.

Marie Deconinck

Marie Deconinck

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Comédienne franco-québécoise, scénariste à mes heures et surtout obsédée de cinéma, j'aime les oeuvres flamboyantes et hypersensibles (Terrence Malick, Leos Carax, Charlie Kaufman, Xavier Dolan, David Lynch, Les frères Coen, Coppola...).

Top 5 Cinéma : "Nos meilleures années" (2003),"The Tree of Life" (2011), "Fargo" (1996), "Apocalypse Now" (1979), "Les enfants du paradis" (1945), "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" (2004)
Marie Deconinck

Les derniers articles par Marie Deconinck (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.