/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] “Avengers: Infinity War” (2018) de Joe et Anthony Russo
Avengers Infinity War de Joe Russo et Anthony Russo affiche

[Critique] “Avengers: Infinity War” (2018) de Joe et Anthony Russo

Après le tsunami provoqué par Black Panther en début d’année, on se demandait ce que le nouveau Marvel allait donner. Comment Joe et Anthony Russo allaient-ils réussir à mélanger cette pléthore de super-héros ? Certains Marvel ayant été moyennement accueillis, celui-là valait-il le voyage ? L’avis et la critique film de Bulles de Culture sur Avengers: Infinity War

Synopsis :

Alors que les Avengers et leurs alliés ont continué de protéger le monde face à des menaces bien trop grandes pour être combattues par un seul héros, un nouveau danger apparaît, sous le nom de Thanos (Josh Brolin). Despote craint dans tout l’univers, Celui-ci a pour objectif de réunir les six pierres d’Infinité afin d’imposer sa vision sur toute réalité. Tout ce pourquoi les Avengers se sont toujours battus les amène à ce moment fatidique où le destin de la terre et son existence en elle-même n’a jamais été aussi incertains…

Avengers: Infinity War : Un point culminant

C’est ce que représente ce nouveau volet des aventures des Avengers, Avengers: Infinity War. Après avoir exploré les univers des différents héros Marvel habituels, en avoir découvert d’autres,  il était temps de les réunir. Si les deux premiers Avengers, réalisés par Joss Whedon (Buffy contre les vampires, Angel, Dolhouse), ont connu un énorme succès commercial, les passionnés de comics/puristes leur reprochaient un certain manque de profondeur. Pour eux, très difficiles à contenter il faut le dire, outre le fait de ne pas respecter l’univers, cela restait vraiment trop léger, trop “Disney“.

Le changement dans l’univers Marvel, si l’on peut dire, s’est opéré avec Les Gardiens de la Galaxie (2014) qui jouaient beaucoup sur l’humour. Un esprit bien récupéré dans Ant Man (2015) ou encore Thor: Ragnarok (2017), tandis que l’arrivée des frères Russo dès Captain America: Le soldat de l’hiver (2014) amorçait un côté plus “sombre”. Ce côté “dark” se précise dans Captain America: Civil War (2016) et Avengers: Infinity War est donc une suite logique, qui rassemble humour et côté sombre. Enfin, Avengers: Infinity War est également l’occasion de rencontrer celui dont on a tant entendu parlé, celui qui semble les faire tous trembler : Thanos, le craignos !

Thanos, le craignos

Très attendu, Thanos est un Super-Vilain tout à fait à la hauteur ! Et malgré la cascade de Super-Héros super célèbres que ce sont Robert Downey Jr/Iron Man, Chris Hemsworth/Thor, Chris Evans/Captain America, pour ne citer que ceux-là, c’est bel et bien Josh Brolin, un peu moins connu, qui vole la vedette à tous en motion capture ! Le personnage de Thanos est d’autant plus effrayant dans Avengers: Infinity War qu’il ne semble pas être victime d’un accès de folie.

En effet, à la différence de nombreux Super-Vilains de la Galaxie, il n’a jamais l’air ridicule. C’est juste un homme de conviction qui s’applique à imposer sa vision. Il en a le pouvoir et s’en octroie les moyens ! Ce n’est pas un rigolo et ça fait froid dans le dos ! Évidemment, certains trouveront le moyen de dire qu’il n’est pas “assez méchant”, “pas assez violet”, bref… les puristes ! En tous les cas, pour ce qui est de la psychologie du personnage, Thanos est une vraie réussite. Même si au niveau de son animation, notamment dans les déplacements, on pourrait trouver un truc qui cloche, si on est vraiment tatillon…

Équilibre et surprises

Outre ce premier enjeu de Avengers: Infinity War qui était de nous donner un vrai Super-Vilain, il y avait celui de faire coexister tous les Super-Héros. Là aussi le duo de scénaristes Christopher Markus et Stephen McFeely s’en sort bien. Chaque apparition est juste et efficace. Chaque Super-Héros a même en quelques secondes les mots qui permettent à ses fans d’apprécier son apport comique ou dramatique.

Car comédie et drame sont également parfaitement en balance dans Avengers: Infinity War. Comme toujours, les dialogues sont très connectés à la culture populaire. On éclate de rire quand Iron Man, parlant à un subordonné de Thanos, fait référence à un Vilain connu car dès qu’on l’a vu à l’écran on y a aussi pensé ! Un truc imparable pour créer une connexion entre les spectateurs et les héros ! Et du drame il y en a aussi car, s’ils ne se battent plus entre eux, ils morflent face à ce plus gros enjeu et c’est là qu’arrivent les “surprises”. Avec des retournements tels qu’on se croirait victime de Doctor Strange et d’avoir atterri dans Game Of Thrones…  Ainsi, malgré le rire, une sensation d’inconfort gagne insidieusement le spectateur. Il sent confusément que cela ne va pas du tout se passer comme il le pensait. Et même s’il voulait être surpris, la fin du film va le laisser complètement pantois ! Il faudra enfin avoir la patience de laisser défiler TOUT le générique de fin — ils ont été vicieux sur ce coup-là — pour espérer attraper un des teasers habituels que Marvel glisse à chaque fois pour assouvir notre besoin d’une piste pour la site. Il n’ y a pas à dire, c’est un succès !

Avengers: Infinity War est de loin le meilleur de la série.  Il place la barre très hau . On a hâte d’être à l’année prochaine pour la suite des aventures des Avengers

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 25/04/2018
  • Distribution France : The Walt Disney Company France
Fanny N.

Fanny N.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
J'aime rire, j'aime pleurer, l'aime danser, j'aime chanter et tout ça, je le vis souvent au cinéma.

TOP 3 Cinéma : "Légendes d'automne" (1994), la saga "Le Parrain", "La Jeune fille à la perle" (2003)
Fanny N.

Les derniers articles par Fanny N. (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.