//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / FILMS / TELEFILMS / ♥ « Omar m’a tuer » sur Numéro 23 : Notre avis sur ce film coup de cœur
Omar m'a tuer de Roschdy Zem image 1
© Mars Distribution

♥ « Omar m’a tuer » sur Numéro 23 : Notre avis sur ce film coup de cœur

Cet article est le 4e sur 100 pour Programme TV de Bulles de Culture
À la télévision ce soir et en streaming : Omar m’a tuer (2011) de Roschdy Zem sur une affaire judiciaire qui a défrayé la chronique en France dans les années 90. L’avis de Bulles de Culture sur ce film coup de cœur diffusé sur Numéro 23 le dimanche 25 mars 2018.

Synopsis :

Tiré d’une histoire vraie : le 24 juin 1991, Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans la cave de sa villa. Quelques jours plus tard, Omar Raddad (Sami Bouajila), son jardinier, est écroué à la prison de Grasse. Il n’en sortira que sept ans plus tard, gracié, mais toujours coupable aux yeux de la justice…

Omar m’a tuer : Retour sur un mystère judiciaire

Retour en arrière : en 1991, Omar Raddad, immigré marocain analphabète et parlant mal le français, est un modeste jardinier qui fait la Une des médias après avoir été accusé d’avoir assassiné sauvagement son employeur, une femme âgée de 65 ans. Sur les lieux du crime, une inscription devenue célèbre et supposée écrite avec le sang de la victime l’accuse : « Omar m’a tuer ». Condamné, il sera amnistié partiellement à la fin des années 90 par le Président de la République Jacques Chirac et sortira de prison en 1998. Mais malgré les nombreuses zones d’ombres entourant cette affaire, Omar Raddad restera coupable aux yeux de la justice.

Le film Omar m’a tuer revient donc sur cette énigme à travers le parcours judiciaire de son principal protagoniste. Et si ce projet a été initié d’abord par le réalisateur Rachid Bouchareb (Indigènes, Hors-la-loi), c’est l’acteur et réalisateur Roschdy Zem qui le concrétisera. D’ailleurs, prévu au départ pour interpréter le jardinier, celui-ci confiera finalement ce rôle au comédien Sami Bouajila.

Montrer l’homme derrière le mythe du jardinier assassin

« Il ne s’agit ni d’un règlement de compte, ni d’une quelconque révision de l’Histoire, a expliqué Roschdy Zem lors de la sortie du film en salles. Ce qui m’intéressait, c’était le parcours de ce jeune immigré, comprenant et parlant mal la langue française, qui fut broyé par une machine judiciaire et embarqué dans une spirale médiatique infernale à cause d’un crime, à la mise en scène exceptionnelle ». Donc, pour son deuxième long métrage, Roschdy Zem a choisi de filmer au plus près le personnage d’Omar Raddad (caméra portée et plans serrés) pour mieux en saisir l’homme dans son quotidien, loin de son image médiatique. Porté par un Sami Bouajila épatant (nouveau rôle d’analphabète après la série Signature) et un Denis Podalydès toujours aussi caméléon (dans le rôle d’un écrivain en quête de la vérité), le film Omar m’a tuer remet en question scène après scène le mythe du jardinier assassin.

Ainsi, en évitant d’être trop partisan mais en soulignant toutefois les incohérences de l’affaire, Roschdy Zem signe avec Omar m’a tuer un film et un combat juste à ne pas rater. C’est un film coup de cœur de Bulles de Culture.

En savoir plus :

Produits disponibles sur Amazon.fr

Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Les derniers articles par Jean-Christophe Nurbel (tout voir)

    Laisser un commentaire