enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « Justice » de Samantha Markowic, mis en scène par Salomé Lelouch
Justice par Salomé LELOUCH image 1
© D.R.

[Critique] « Justice » de Samantha Markowic, mis en scène par Salomé Lelouch

Le Théâtre de l’Œuvre présente Justice, une pièce de Samantha Markowic, mise en scène par Salomé Lelouch avec, en alternance, Naidra Ayadi, Camille Chamoux, Camille Cottin, Samantha Markowic, Fatima N’Doye et Océanerosemarie. L’avis de Bulles de Culture.

Synopsis :

On vous agresse pour vous voler votre téléphone ; le coupable est arrêté mais sort du tribunal libre. Vous vous sentez bafoué-e et vous vous plongez dans les rouages de la justice. Pas la justice longue, mais plutôt celle des comparutions immédiates. C’est l’expérience que propose Justice, et vous voilà parti-e à la rencontre des magistrats, des avocats, des policiers, et des fauteurs de trouble.

Justice, une pièce au rythme haletant

Justice par Salomé LELOUCH image 3
© D.R.

Une équipe de six comédiennes (Naidra Ayadi, Camille Chamoux, Camille Cottin, Samantha Markowic, Fatima N’Doye, Océanerosemarie) se relaie pour incarner un trio sur scène. C’est le parcours du regard de Samantha Markowic que la pièce Justice retrace, celle d’une enquête qu’a menée l’autrice après avoir vu son agresseur sortir libre du tribunal. À partir de ce fil conducteur, Sabrina Lelouch propose une mise en scène au rythme soutenu : les saynètes se succèdent avec ou sans transition, et le trio de comédiennes multiplie les rôles. L’amertume qui ouvre la pièce est vite tempérée par des rencontres émouvantes, drôles ou graves qui dessinent un portrait attachant de la société.

Alternant moments de chœur et de dialogues, les comédiennes enchaînent les saynètes avec une cadence déconcertante, qui se veut le reflet de la rapidité et de l’engrenage de la comparution immédiate. Le trio que nous avons observé, constitué de Naidra Ayadi, Fatima N’Doye et Océanerosemarie, excelle dans cette cadence poussive dont le dynamisme vous happe.

Un regard humain sur l’appareil judiciaire

Dossiers empilés que l’on transporte sans fin sur scène, rythme effréné, la mise en scène de Salomé Lelouch fait tout pour illustrer l’essoufflement d’un mécanisme dont les acteurs s’épuisent. Le regard qui est porté sur eux est compatissant et bienveillant. Du policier débordé au magistrat fatigué, de l’interrogatoire à la salle d’audience, le cheminement de la comparution immédiate est saisi dans son ensemble.

Chiffres de la criminalité, débat sur l’incarcération, Justice aborde les grandes questions qui se posent en matière de prévention et de répression. Loin des clichés faciles sur la police et la magistrature, la pièce présente avec une grande humanité ceux qui côtoient les petites frappes, les voleurs et les agresseurs responsables de délits mineurs. Relevons d’ailleurs le brio avec lequel Fatima N’Doye et Océanerosemarie donnent vie à ces petits coupables arrogants et/ou attachants.

Justice montre ainsi le visage des classes malmenées par la société, d’hommes et de femmes abîmés par des parcours personnels, familiaux ou sociaux heurtés. Pour ces délits mineurs, gravité, humour, émotion alternent sans misérabilisme gratuit ni compassion excessive. Le constat qui est fait est celui d’un manque criant de moyens pour s’occuper correctement de ces prévenus qui ont avant tout besoin d’attention et d’aide.

Construite comme une boucle, la pièce donne foi en l’humain et en la Justice, et alerte plus qu’elle ne condamne, sur un ton juste et convaincant.

En savoir plus :

  • Justice est joué au Théâtre de l’Œuvre (Paris, France) du 10 janvier au 31 mars 2018, du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 15h
  • Durée du spectacle : environ 1h15
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Les derniers articles par Morgane P. (tout voir)

    Un commentaire

    1. Effectivement , Justice est une tres bonne pièce , avec des actrices passant du coq à l’âne ou plutôt d’un personnage à l’autre ce qui donne un aspect dynamique à ce spectacle …un très bon moment ce dimanche AM alors que Paris était gris et maussade …

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :