//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / LITTERATURE / [Critique] « Debout » (2018) : Rose McGowan veut réveiller les consciences
Debout de Rose McGowan image couverture du livre

[Critique] « Debout » (2018) : Rose McGowan veut réveiller les consciences

L’ex-actrice de la série télévisée Charmed refait aujourd’hui parler d’elle avec l’important travail de sensibilisation aux violences féminines qu’elle effectue depuis les révélations sur l’appétit sexuel féroce du producteur Harvey Weinstein. Rose McGowan a donc plein de projets, à commencer par la parution du livre Debout (Brave). L’avis de Bulles de Culture sur ce manifeste coup de poing.

Synopsis :

Rose McGowan est une survivante.
Repérée dans la rue après des années d’errance puis propulsée au rang de star, elle est rattrapée par le rouleau compresseur d’un système intrinsèquement sexiste et violent. À chaque rôle, chaque apparition publique, chaque couverture de magazine, elle est marketée comme un produit destiné à faire vendre. Devenue le rouage d’une machine qui engrange des milliards de dollars chaque année, elle a le sentiment qu’on lui pirate son identité.
Hollywood attendait de Rose McGowan qu’elle soit docile. Au lieu de cela, elle s’est rebellée. Et elle a parlé.

Rose McGowan : courageuse et Debout

Rose McGowan image
© Josef Jasso

Dès le début, cela a semblé clair à la comédienne, réalisatrice et chanteuse Rose McGowan : son livre devait s’appeler Brave. En français, on le traduit par courageuse. L’éditeur français — qui l’a commercialisé presque un mois après les États-Unis — a trouvé que le titre Debout était plus prenant. Un acte pertinent au regard du message de Rose dans ses pages : soyez conscients… et puis agissez ! Et à la vue de sa vie peu facile, Debout prend aussi une autre dimension. En effet, la symbolique y est double : Rose McGowan parle d’Hollywood, la Mecque du cinéma, comme un agent infiltré, mais aussi des violences — à des degrés divers — faites aux femmes, la première minorité qui constitue quand même la moitié de l’humanité.

Le venin malgré elle

Comment tout a commencé ? A l’automne dernier ? Non. En 2015 après un tweet s’offusquant d’un casting très sexy organisé par Adam Sandler ? Non. Bien plus tôt. Cela remonte à l’enfance. Dans le conflit avec un père dominateur, violent et désemparé face à une mère sortant avec des manipulateurs toxiques. Des parents déséquilibrés ? Une aubaine pour la secte Les Enfants de Dieu en Italie. Rose McGowan y croise des pédophiles. Dans la rue, plus tard, ce ne sera guère mieux. Elle goûte à l’ecstasy, poudre magique qui permet aux garçons de ne pas séduire « normalement » une jeune fille.

Dans un passage de l’autobiographie Debout qui se traîne un peu mais prépondérant, l’Italo-Américaine — Rose McGowan est née en Toscane) — pose les bases de son développement mental, celui d’une société blanche, hétéronormée, machiste et surtout misogyne. Ce qu’elle répète ? La femme dérange et c’est autant visible qu’invisible. Les femmes sont utiles mais en même temps, ce sont de redoutables diablesses qui tentent et retentent les hommes. Les faveurs sexuelles auxquelles elles ont ensuite droit sont autant de cadeaux qu’elles doivent accepter en silence et en souriant. C’est ainsi que des productrices et des agents — du même sexe qu’elle donc — lui ont présenté les choses lorsqu’elle leur raconta que le très influent Harvey Weinstein s’est jetée sur elle — parmi tant d’autres comédiennes — dans un palace non loin du Sundance Film Festival.

Narration d’une mort interne

Au cours de la lecture du livre Debout, beaucoup d’anecdotes, dans un style parfois cru mais toujours concis et ciselé, glacent le sang. Toute en démesure et en ambition pour mieux frapper les esprits, Rose McGowan dépasse les frontières sages d’un récit véridique, quand bien même celui-ci traduit une expérience réellement vécue. Car celui-ci n’est pas n’importe lequel, il n’est pas anodin : « Au cours de ma vie, j’ai fui une secte toxique pour mieux tomber dans une autre, la plus puissante de toutes : Hollywood«  est la phrase d’accroche du bouquin. Hollywood y est décrit comme une machine extrêmement bien huilée, qui tient les files de ses pantins (les artistes de cinéma) pour mieux effacer leur vraie personnalité. Rose McGowan y dévoile même que son dernier petit copain célèbre, le producteur texan Robert Rodriguez (Desperado, Sky Kids), a choisi la société de son violeur (Harvey Weinstein) pour que le film conçu amoureusement ensemble en 2007, Planète Terreur, soit distribué. Les gens évoluant à Hollywood deviennent prêts à tout car la gloire et l’argent sont prépondérants. Les acteurs et leurs agents, assistants, avocats se mettent à nier le pire. Obstinément. Aveuglément. Rien de neuf sous le soleil ? Peut-être mais Debout est aussi un manifeste d’une grande réflexivité politique où une actrice reprend courageusement sa dignité. Un coup de pied salutaire dans la fourmilière frivole du monde américain.

Rose McGowan bientôt en France

Aujourd’hui, Rose McGowan ne se considère plus comme une star, et encore moins comme une actrice. Elle se dit être l’amie et la supportrice de tout le monde, tout spécialement des gens mis plus bas que terre. Et preuve que sa parole dérange : mis au courant de l’écriture d’un tel bouquin, le producteur Harvey Weinstein — qu’elle ne cite jamais, préférant dire « Le Monstre » — a engagé un détective privé pour mieux manipuler Rose. Une personne rapidement détectée par le bon sens de la comédienne. En plus, quelque chose d’important est en train de se passer actuellement, en témoignent les robes noirs et les rubans blancs des Golden Globes et des César en 2018. Debout est un livre à mettre entre toutes les mains.

Rose McGowan sera bientôt en France pour ses actions d’activiste, comme elle l’a récemment communiqué à TF1 pour Sept à huit. C’est la chaîne de divertissement E ! qui aura l’honneur de diffuser son documentaire Citizen Rose (Rose, la citoyenne ou La citoyenne rose au nom de la pureté) alors que l’actrice aux épines n’hésite pourtant pas à qualifier cette chaîne de télévision de média « de merde » dans Debout. Documentaire en cinq parties, Citizen Rose vous emmènera au printemps prochain dans les coulisses de sa vie tumultueuse d’activiste à la découverte de son art, de sa musique et de la #ROSEARMY.

En savoir plus :

  • Debout, Rose McGowan, éditions HarperCollins France, 28 février 2018, 256 pages, 18€
  • Planet 9, le nouvel album de Rose McGowan lié au livre Debout, est disponible sur les plateformes de téléchargement légal
  • Citizen Rose est un documentaire réalisé par Rose McGowan elle-même, et sera à retrouver au printemps 2018 sur E !

Produits disponibles sur Amazon.fr

Luigi Lattuca

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Journaliste culturel fasciné par les comportements humains, aimant se retrouver défendant le ciné en solo et se délectant aussi de séries télé et d'essais percutants.

TOP 3 TV : "Desperate Housewives" (2004-2012), "Revenge" (2011-2015), "2 Broke Girls" (2011-...)
TOP 3 Cinéma : "Batman, le défi" (1992), "La Belle et la Bête" (1991), "8 Femmes" (2002)
TOP 3 Littérature : "Le bilan de l'intelligence" (1935) de Paul Valéry, "Robert des noms propres" (2002) d'Amélie Nothomb, "A nous deux, Paris !" (2012) de Benoît Duteurtre

Site personnel : Les caprices de Luigi

Les derniers articles par Luigi Lattuca (tout voir)

    Laisser un commentaire