//insérer vidéo facebook
// code Google Analytics
enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] Traits d’Union 2018 : « Les fugitifs » de Léo Thomas
Traits d'union 2018 image Les fugitifs Compagnie des fugitifs

[Critique] Traits d’Union 2018 : « Les fugitifs » de Léo Thomas

Cet article est le 5e sur 5 pour Festival Traits d'Union 2018

La compagnie Les Fugitifs a présenté leur pièce du même nom dans le cadre du Festival Traits d’Union 2018 au Théâtre El Duende. L’avis de Bulles de Culture sur cette pièce onirique, écrite et mise en scène par Léo Thomas.

Synopsis :

Un groupe de jeunes gens (Arthur Ely, Thibault Gueville, Jordan, Joseph, Hugo Lasseaux, Camille Lucas, Élise Maître, Tiffany Manollis, Corentin Nicod, Grégoire Riou, Gösta Straêng, Andréas Voisin et Oscar Zouzout) a fui. Ils ont fui pour trouver et voir la mer, mais celle-ci n’est plus là. Comment survivre à cet espoir déchu ? En convoquant le rire, le chant, la danse, une nouvelle forme de poésie, en résistant à la faim et à la précarité en « poégraphant ».

Les fugitifs : Une pièce aux doux accents poétiques

La pièce Les fugitifs, donnée à voir dans le cadre du Festival Traits d’Union 2018, interroge une nouvelle forme de frontière : celle qui sépare le monde onirique d’une réalité crue, celle qui sépare ceux qui trouvent et ceux qui cherchent encore. La pièce pose la question de la marginalité, de la différence. Elle enveloppe de douceur et met en lumière le monde tentaculaire des écorchés.

La mer se cache. Ceux, venus pour la voir et en goûter les promesses, ne peuvent retenir de ce périple que le froid, la faim et une certaine misère. Qu’ont-ils fui ? Qu’ont-ils laissé ? Que représente la mer pour chacun d’entre eux ? La pièce suggère beaucoup plus qu’elle n’apporte de réponse et le spectateur est comme embarqué sur un bateau resté à quai. Les fugitifs composent un univers étrange, sans vérité, laissant à chacun le soin d’interpréter ce voyage paradoxalement immobile.

Dans une lecture très naturaliste, le spectateur peut imaginer le tableau d’une détresse sociale, celle de ceux qui dorment dehors, ou celle très contemporaine des migrants, qui veulent parvenir à un Éden qui leur sera vite refusé. La pièce Les fugitifs dresse également le portrait de personnalités inclassables et indéfinissables, évoquant une ode à l’humanité iconoclaste. En définitive, c’est l’extraordinaire qui prédomine et qui fait de cette création un bijou singulier.

Les Fugitifs : Une compagnie à suivre

Il convient de souligner la beauté du Verbe. Léo Thomas possède une plume flamboyante et lyrique. Une plume utilisée le plus souvent à dessein et qui parfois se perd un peu, voulant sans doute trop en dire. Un trait qui se remarque de manière récurrente dans les créations de jeunes compagnies et qui doit être relevé mais pas blâmé. L’ensemble est très plaisant et cette balade mélancolique laisse songeur.

La distribution de la pièce de théâtre Les fugitifs est soignée. Malgré une certaine hiérarchie entre les rôles, chacun joue avec justesse. Inventive, elle propose une alternative convaincante au quotidien désabusé et maussade de ces naufragés de l’existence. Plutôt que de tomber dans le divertissement pascalien, l’art, l’esthétique, l’harmonie s’élèvent au rang de vertu.

Une très belle création.

En savoir plus :

  • Les fugitifs par la compagnie Les Fugitifs a été joué au Théâtre El Duende (Ivry-sur-Seine, France) les 19 janvier à 20h30 et 20 janvier à 19h dans le cadre du Festival Traits d’Union 2018
Agathe M.

Agathe M.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Croqueuse d'art, j'aime découvrir et faire découvrir des œuvres éclectiques.

TOP 3 Cinéma : Vittorio de Sica, Pasolini, Visconti
TOP 3 Littérature : Schnitlzer, Kundera, Roth
TOP 3 Théâtre : Brecht, Anouilh, Claudel
Agathe M.

Les derniers articles par Agathe M. (tout voir)

    Laisser un commentaire