/* insérer vidéo facebook*/
/* code Google Analytics */
enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] “Bodyguard, Le Musical” : Dans l’ombre de Whitney Houston

[Critique] “Bodyguard, Le Musical” : Dans l’ombre de Whitney Houston

Bodyguard, Le Musical, mis en scène par David Eguren, a enfin débarqué en France, jusqu’au 11 mars 2018 à Le Dôme de Paris-Palais des Sports puis en tournée dans toute la France. L’avis de Bulles de Culture sur cette comédie musicale basée sur le film mythique avec Kevin Costner et Whitney Houston.

Synopsis :

Ancien agent de l’US Secret Service reconverti en garde du corps d’élite, Frank Farmer (Benoît Maréchal) est engagé pour protéger contre son gré la superstar Rachel Marron (Valérie Daure) d’un harceleur anonyme. La diva n’est prête à aucun compromis, pas plus que le très professionnel « bodyguard » qui accepte la mission à contrecœur. Chacun pense qu’il va mener le jeu jusqu’à ce que la belle et son protecteur se laissent surprendre par la naissance d’une histoire d’amour passionnée…

Bodyguard, Le Musical : une logistique parfaitement huilée

Bodyguard, Le musical est la transposition française d’un spectacle qui tourne dans le monde entier depuis 2012. D’abord montée à Londres, cette comédie musicale a tout du gros show à la Broadway. Les décors, complètement automatisés, changent au gré des différents tableaux. On passe en effet en un rien de temps de la vaste maison de la protagoniste Rachel Marron à la chaleur d’un bar à karaoké. Tout est millimétré avec une logistique parfaitement huilée. Les pas des comédiens sont précis pour s’adapter aux panneaux amovibles. Les danseurs exécutent des chorégraphies acrobatiques avec une belle prouesse.

Côté mise en scène, l’histoire du film de 1992 est remise au goût du jour avec modernisme. Les talents ont effet la possibilité d’utiliser des téléphones portables, des tablettes… Le scénario est ponctué des chansons phares de la bande originale du film Bodyguard comme I have nothing, Jesus Loves me et bien sûr, I will always love you. Mais la comédie musicale élargit la playlist à d’autres tubes phares de la chanteuse Whitney Houston comme One moment in time, I wanna dance with somebody.

Valérie Daure emportée par le stress

Pour interpréter ces chansons intemporelles, Bodyguard, Le Musical devait avoir une tête d’affiche à la hauteur pour se mesurer à l’icône internationale morte prématurément — le 11 février 2012 à Beverly Hills. Les producteurs ont porté leur choix vers une jeune chanteuse, Valérie Daure. Celle-ci a du chien dans son interprétation. Très charismatique, elle incarne l’insolence de la Rachel Marron initiale. La précipitation dans certains dialogues l’a font néanmoins bafouiller sur certaines répliques. Cependant, lorsque s’élèvent les premières notes, on comprend vite qu’elle ne réussira pas à faire le poids face à la diva d’origine. Si la technique est élevée, la tessiture vocale n’a pas énormément d’identité. Par exemple, sur Run to you  où Valérie Daure est en duo avec la chanteuse Cylia, interprétant la sœur rivale, il est dommage de constater que cette dernière est nettement au dessus vocalement que la tête d’affiche. Ironie du sort, la Rachel Marron de ce Bodyguard français se fait mettre KO alors que l’essence même de ce personnage est sa mise en lumière au détriment de ses proches. Malheureusement le stress gagne Valérie Daure en fin de spectacle au moments des notes fastidieuses de One moment in time. la gorge serrée, elle préfère prendre I will always love you un ton en dessous.


C’était peine perdue de rivaliser avec Whitney Houston. Les producteurs de Bodyguard, Le Musical auraient dû miser sur une réinterprétation des chansons plutôt que leur mimétisme.  La comparaison aurait été moins dure. Quant à Benoît Maréchal qui reprend le rôle de Kevin Costner, il est plus dans une zone de confort. Pas de longue note à tenir, il est, à l’instar de son personnage dans le film, sans aucune chanson. Son seul défi est de rivaliser ici avec le charisme, et le charme, du comédien de Danse avec les Loups. On n’ira pas jusqu’à dire que le jeune comédien fait oublier l’acteur original, néanmoins, tout se passe bien pour lui avec un costard taillé pour sa carrure d’acteur.

Bodyguard, Le Musical réussit donc son pari sur le plan scénique en proposant une merveilleuse mise en scène. Côté chansons, l’hommage prononcé à Whitney Houston sera apprécié des inconditionnels de la chanteuse. Néanmoins, la présence vocale de l’interprète principale, fût-elle d’un très haut niveau, n’est pas suffisant pour mettre le frisson attendu.

En savoir plus :

  • Bodyguard, le Musical à Le Dôme de Paris-Palais des Sports du 02 février au 11 mars 2018, puis en tournée en France
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.