//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / INTERVIEW TV / [Critique & Interviews] “Aurore” (2017) de Lætitia Masson
Aurore Laetita Masson image episode 1
© Pampa Productions

[Critique & Interviews] “Aurore” (2017) de Lætitia Masson

Diffusé sur ARTE ce jeudi 11 janvier 2018, Aurore est un conte cruel de Lætitia Masson sur un fait divers tragique, celui où un enfant tue un autre enfant. L’avis de Bulles de Culture sur cette mini-série vue au festival Séries Mania 2017 et notre rencontre avec l’équipe.

Synopsis :

Aurore (Mélody Gualteros), 10 ans, vit seule avec sa mère (Sigrid Bouaziz). Souvent elle s’échappe vers les marais pour retrouver son copain Chris (Ernest Cereijo) et faire avec lui les 400 coups. Un soir, Aurore rejoint Chris dans l’aire de jeux de leur cité. Ils y croisent deux enfants, Paulo (Mathias Semin), 4 ans, et sa petite sœur Maya (Elle Brunetto) qui s’amusent dans le bac à sable en mangeant des gâteaux. Affamée, Aurore en réclame un à Paulo qui refuse. Entraînant le gamin jusqu’à une friche industrielle, elle veut lui prendre un biscuit de force. Ils échangent des coups, la colère monte, Aurore ne se maîtrise plus. Ce qui n’était qu’un jeu va mal finir.

Aurore : Une mini-série en trois chapitres

C’est en trois chapitres que l’auteure-réalisatrice Lætitia Masson déploie sa mini-série sur la violence de l’enfance. Et c’est à travers le personnage de Maya adulte qu’elle va interroger l’acte irréversible et meurtrier de la petite Aurore. “Il ne s’agit pas juste de la fascination de quelqu’un sur un crime, nous a-t-elle expliqué, mais les implications de ce crime dans la vraie vie d’autres gens. C’est comme ça que j’ai inventé le personnage de Maya [NDLR : interprété par Mélody Gualteros quand elle est enfant et Lolita Chammah à l’âge adulte] qui questionne la responsabilité, la chaîne infernale de la violence, l’idée de la vengeance et m’a permis d’imaginer cette fille, cette enfant adulte”. Elle va donc suivre avec la caméra épaule fébrile et solaire du chef opérateur Eric Dumont, (La loi du marché), une Aurore, délaissée par sa mère petite et en quête de rédemption, et une Maya, marquée à jamais par la mort de son frère dont elle a été témoin.

Mais comment une petite fille habillée en princesse peut-elle tuer un plus petit garçon pour un paquet de gâteaux ? “Il y a quelque chose qui m’intéressait dans cette violence-là, a continué Lætitia Masson, c’est qu’elle soit justement portée par des femmes. C’est une petite fille criminelle, une petite vengeresse parce que je crois que la violence est transgenre. Les femmes sont différentes mais elles peuvent portées aussi du négatif. Elles sont victimes comme tout le monde des pulsions violentes”.

Le choix du casting

Si le premier épisode de la mini-série Aurore est sur le meurtre et l’enquête menée par le personnage joué par Hélène Fillières (Mafiosa), la suite lorgne plus vers le western et le film noir avec une Maya, incarnée par les traits adultes de l’actrice Lolita Chammah (L’Emprise), qui cherche puis s’immisce peu à peu dans la nouvelle vie de celle qui avait assassiné froidement son frère, Aurore, interprétée par la comédienne Élodie Bouchez. Peut-on refaire sa vie après avoir commis un tel acte pour l’une, surtout quand on a soi-même une petite fille ? Peut-on oublier et dépasser son désir de vengeance pour l’autre ?

Le personnage d'Aurore adulte

Lætitia Masson a choisi et Élodie Bouchez avec laquelle elle a déjà travaillé et donc qu’elle connaît bien parce que “l’héroïne est une criminelle. On va la suivre, on ne va pas la détester et on va même finir peut-être par la comprendre et même par l’aimer. Il fallait que je sois sûr que ce soit incarné”. Et pour l’actrice, “comprendre son personnage, c’est se laisser porter par la quête de ce personnage. Dans le cadre du mien, c’était le moment où elle pense que c’est ok et qu’elle est à l’ombre de son passé mais que celui-ci la rattrape violemment. Et donc comment va-t-elle partir dans sa quête à la fois d’amour pour retrouver cet homme, et de réparation peut-être, et faire la part des choses avec sa mère”.

Le personnage de Maya adulte

Lætitia Masson a choisi Lolita Chammah car “il fallait qu’elle soit à la fois victime et bourreau. Donc il y avait un double jeu à mener et il fallait quelqu’un qui est une intensité de regard, qui soit une tueuse potentielle”. Et pour la comédienne, “les décors, les paysages et les lieux où on tournait avait quelque chose de très fort. Pour moi, on naît quelque part et quelque chose te construit aussi là où on naît”.

Une approche subtile et cinématographique

Si Aurore est une mini-série sur un sujet très dur, l’approche de Lætitia Masson est subtile et cinématographique. Elle n’adopte pas une approche réaliste et ne juge pas ses personnages, laissant les téléspectateurs suivre la vie des deux personnages car “qu’est-ce qui dans cette tragédie est commun à nous tous ? Quels sont les fils que je peux tirer qui seraient non pas anxiogènes mais aller chercher chez le téléspectateur quelque chose qui lui appartient et qui fait le sel de l’humanité… Je suis encore idéaliste et à chaque fois que je fais une chose, j’imagine quelqu’un quelque part va en ressortir un peu différent”.

Propos recueillis le mardi 12 décembre 2017 lors d’une conférence de presse organisée à Paris en France.

https://twitter.com/bullesdeculture/status/854757380562747403

En savoir plus :

  • Aurore est diffusé sur ARTE le jeudi 11 janvier 2018 à 20h55 et disponible en intégralité sur Arte.TV du 9 au 17 janvier 2018
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire