//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [Critique] Traits d’Union 2018 : « A Fond » de Lucas Henaff
Traits d'union 2018 image A fond Compagnie Grand Théâtre

♥ [Critique] Traits d’Union 2018 : « A Fond » de Lucas Henaff

Cet article est le 3e sur 5 pour Festival Traits d'Union 2018

Dans le cadre du festival Traits d’Union 2018 s’est donné la pièce A Fond de et mise en scène par Lucas Hénaff au Théâtre El Duende. L’avis de Bulles de Culture sur cette pièce de théâtre truculente et coup de cœur.

Synopsis :

Deux jeunes hommes (Sylvain Begert et Nicolas Guillemot), au quotidien sans éclat, voient leurs journées défiler comme les trains qu’ils regardent, assis au bord d’une voie ferrée. Luc (Paul Delbreil), leur ami, est le passager de l’un de ces TGV qui doit l’emmener à Paris, avec la promesse d’une nouvelle vie. Au wagon-bar, il rencontre Marion (Marjorie Ciccone), une parisienne.

A Fond : Une pièce intelligente

Une nouvelle fois, les responsables de la programmation du festival Traits d’Union 2018 et du thème  « Les Frontières » ont rempli leur office avec justesse. A fond de Lucas Henaff propose une lecture de l’espace et des modes de vie tout à fait réjouissante et bien pensée. Alex, Rémy et Luc coulent une vie banale, ordinaire, voire insignifiante, faite de réunions au bord de la voie ferrée, dans les volutes de fumée de shit. Luc décide de partir à Paris et ce mouvement d’âme et de corps va le conduire à rencontrer Marion dans un wagon-bar, une jeune femme de son âge, parisienne, rompue aux codes de « la capitale ». Cette intrigue commande alors la partition de la scène. A gauche, le squat improvisé des jeunes comparses, près des rails. A droite, la représentation des moments de vie que Luc et Marion vont expérimenter ensemble : le TGV, le métro, le taxi, l’ascenseur.

Une écriture riche

Lucas Henaff qui a écrit et mis en scène A fond nous offre un petit bijou : une pièce originale, amusante et profonde. C’est une pièce à tiroirs, aux multiples clés d’interprétation ; étoffée, habile et subtile. Naturellement, À fond se révèle drolatique. Luc et Marion n’en finissent pas de provoquer des quiproquos, des incompréhensions. Leur imperméabilité l’un à l’autre entraîne des cascades de scènes absurdes et égayantes. Alex et Rémy, englués dans leur quotidien un peu fade, mais qui semble leur convenir, pérorent et ergotent principalement autour du point de savoir qui roule ou qui ne roule pas le joint.

Derrière le vernis comique se cache une intéressante réflexion sur le langage. La pièce ne fait absolument pas montre d’envolées lyriques ou de phrases ampoulées, à raison. Les dialogues sont saccadés, nourris du manque d’entente des uns et des autres, avec un vocabulaire simple, parfois argotique. Entre Luc et Marion, le langage est difficile. Leur incompréhension mutuelle les guide finalement vers des sentiments naissants. L’absence de fluidité du langage n’interdit donc pas les rapprochements. Entre Alex et Rémy, puis plus tard Luc les rejoignant, le langage est appauvri, discontinu, haché mais partagé, maîtrisé. A eux deux, ils créent une sorte de langue qui entretient leur amitié dans un confort lénifiant.

Lucas Henaff évite les clichés d’une satire sociale Paris/Province. Son écriture est bien supérieure à un vaudeville soumettant au spectateur la dichotomie relative à la préciosité supposée des Parisiens et la naïveté atavique des campagnards. Lucas Henaff se départ d’un jugement de valeur trop apparent et confie au spectateur le soin d’adopter chaque personnage pour ce qu’il est.  Seule la vitesse semble être synonyme de vanité. Chacun appréciera le degré de questionnement sur le déterminisme social, inhérent à la pièce.

A Fond : Une pièce servie par des comédiens excellents

A Fond prend de la hauteur car le jeu du quatuor est tout bonnement excellent. Chacun contribue à ce que la pièce soit une réussite. S’ils s’épargnent des tirades raciniennes, les quatre comédiens maîtrisent parfaitement un texte qu’on devine paradoxalement très difficile à appréhender. Paul Delbreil, dans le rôle de Luc, personnage qui fait le pont entre les deux mondes, touche ainsi à la perfection. Et le seul regret du spectateur sera celui de voir la pièce s’achever, signe d’un travail d’écriture, de mise en scène et d’interprétation totalement accompli.

A Fond est une pièce de théâtre promise à un bel avenir et c’est un coup de cœur de Bulles de Culture.

En savoir plus :

  • A Fond de et mis en scène par Lucas Henaff a été joué dans le cadre du festival Traits d’Union 2018 au Théâtre El Duende (Ivry-sur-Seine, France) les, jeudi 18 et vendredi 19 janvier à 20h30
Agathe M.

Agathe M.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
Croqueuse d'art, j'aime découvrir et faire découvrir des œuvres éclectiques.

TOP 3 Cinéma : Vittorio de Sica, Pasolini, Visconti
TOP 3 Littérature : Schnitlzer, Kundera, Roth
TOP 3 Théâtre : Brecht, Anouilh, Claudel
Agathe M.

Les derniers articles par Agathe M. (tout voir)

    Laisser un commentaire