enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Tout l’argent du monde » : Ridley Scott donne tout
Affiche Tout l'argent du monde Ridley Scott

[Critique] « Tout l’argent du monde » : Ridley Scott donne tout

Tout l’argent du monde (All The Money In The World) est donc finalement arrivé à l’heure. Avec Kevin Spacey en tête d’affiche, le film de Ridley Scott est reparti en tournage en catastrophe suite aux révélations contre l’acteur. En à peine 2 mois, le réalisateur de Gladiator livre un film passionnant. L’avis et critique de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Rome, 1973. Des hommes masqués kidnappent Paul (Charlie Plummer), le petit-fils de J. Paul Getty (Christopher Plummer), un magnat du pétrole connu pour son avarice, mais aussi l’homme le plus riche du monde.  Pour le milliardaire, l’enlèvement de son petit-fils préféré n’est pas une raison suffisante pour qu’il se sépare d’une partie de sa fortune.
Gail (Michelle Williams), la mère de Paul, femme forte et dévouée, va tout faire pour obtenir la libération de son fils. Elle s’allie à Fletcher Chace (Mark Wahlberg), le mystérieux chef de la sécurité du milliardaire et tous deux se lancent dans une course contre la montre face à des ravisseurs déterminés, instables et brutaux.

Tout l’argent du monde, pour quelques 10 millions dollars de plus

Il est sûr que Tout l’argent du monde a fait beaucoup parler de lui ! Fin octobre 2017, on apprend avec stupeur les accusations de harcèlement sexuel contre mineurs concernant Kevin Spacey. La star est illico débarquée de son rôle-titre dans la série Netflix House of Cards. Mais les problèmes commencent pour Ridley Scott qui a un film entièrement monté avec le comédien et qui doit sortir dans à peine 2 mois. Les producteurs et le réalisateur font alors le choix de retourner la plupart des scènes de Tout l’argent du monde, sans décaler sa date de sortie. Le budget explose alors de 10 millions de dollars. Ce qui aurait été une bagatelle pour Jean Paul Getty ! C’est Christopher Plummer qui vient prendre la relève de ce magnat de la finance perfide. Bien sûr, durant tout le film, on va guetter attentivement les problèmes de montage, les coupages malencontreux ou les indices laissant apparaitre les vestiges de Kevin Spacey. Et on est bluffé ! Il n’y aura aucun faux pas, ni aucune ambiguïté. Le film est intact, comme si Christopher Plummer était là depuis le début. Il faut dire que le comédien campe magnifiquement bien les traits pernicieux de ce milliardaire.

Une histoire vraie et trépidante

L’histoire vraie de Tout l’argent du monde a de quoi laisser pantois. Ce riche businessman a tout ce qu’il veut. Et pourtant, il est tellement pingre qu’il refuse de payer la rançon de son petit-fils enlevé. Ridley Scott n’a pas eu beaucoup à fictionner son récit tant les anecdotes autour de l’homme étaient gratinées. Certains détails sont d’ailleurs repris dans le film comme celui de la cabine téléphonique installée dans le manoir pour ne pas payer les communications de ses invités. De même, les manœuvres fiscales pour déduire la rançon des impôts ont également été une question primordiale dans le sauvetage. Rien de mieux que la vérité pour construire un personnage solide. Grâce au rythme constant, on est tenu en haleine tout le long de ce film Tout l’argent du monde. 

Michelle Williams, future star des Oscars ?

Au casting, Michelle Williams, qu’on verra bientôt également dans la comédie musicale The Greatest Showman, est le pilier central de la réussite de ce film. Depuis quelques années, elle s’affirme comme une actrice modèle aussi douce qu’intéressante. De quoi certainement lui ouvrir la course aux Oscars de cette année. Petite surprise, on remarque également la présence de Romain Duris dans le rôle du malfrat italien qui retient prisonnier le jeune héritier. D’un accent approximatif, le comédien ne livre pas sa meilleure performance, trop caricaturale. Par contre, elle lui ouvre la porte d’une carrière possible à l’internationale, sur les traces peut-être d’un Jean Dujardin.

Entre Le Grand Jeu d’Aaron Sorkins et Tout l’argent du monde, la fortune attire en ce moment à Hollywood. Elle devrait donc être normalement la thématique de cette année pour obtenir une statuette dorée.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 27/12/2017
  • Distribution France : Metropolitan Films
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Un commentaire

    1. Le film vaut peut-être la peine d’être vu (ce qui n’est pas toujours le cas avec Ridley Scott, à preuve le calamiteux « Prometheus ») mais j’ai bien l’intention pour ma part de le boycotter en signe de protestation contre les mesures de rétorsion sauvages prises au mépris de toute légalité par les producteurs à l’encontre de l’excellent Kevin Spacey, victime d’une odieuse campagne homophobe dont le sens politique n’échappe pas aux esprits clairvoyants. Honte à Christopher Plummer de s’être compromis dans cette ignominie en acceptant de le remplacer !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :