//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] “El Presidente” (2017) : Les intrigues d’un rêve
El Presidente Santiago Mitre affiche

[Critique] “El Presidente” (2017) : Les intrigues d’un rêve

Sélectionné au Festival de Cannes 2017 dans la catégorie Un Certain Regard, le film de Siantago Mitre nous dévoile les coulisses du pouvoir et la naissance des prises de décisions politiques. El Presidente est une œuvre mélangeant stratégies, séduction, intrigues et mysticisme. L’avis de Bulles de Culture.

Synopsis :

Au cours d’un sommet rassemblant l’ensemble des chefs d’état latino-américains dans un hôtel isolé de la Cordillère des Andes, Hernán Blanco (Ricardo Darín), le Président argentin, est rattrapé par une affaire de corruption impliquant sa fille (Dolores Fonzi). Alors qu’il se démène pour échapper au scandale qui menace sa carrière et sa famille, il doit aussi se battre pour conclure un accord primordial pour son pays.

El Presidente : Une réalité fantasque ?

Santiago Mitre nous plonge dans les méandres de la politique. Les habitués des productions hollywoodiennes comme Les Marches du Pouvoir (2001) ou de séries Netflix comme House of Cards avec le tumultueux et dorénavant concupiscent Kevin Spacey (Comment tué son boss ?, 2011), verront en El Presidente un film beaucoup plus en nuances. Construit sur une trame fictive, ce long métrage paraît en effet ancré dans une certaine réalité. A travers sa caméra, Santiago Mitre tente donc d’immerger le spectateur au cœur de la démocratie argentine peu connue. Les citoyens, habitués aux grands scandales politiques américains et européens constateront ainsi que la politique argentine semble plus proche des intérêts de son peuple. Le réalisateur à construit son film El Presidente sur plusieurs ambivalences.

Tout d’abord, la vie de son personnage principal Hernan Blanco, interprété par Ricardo Darín (Truman, 2015). C’est un politique qui s’est construit une image d’homme ordinaire afin de plaire aux électeurs, garantissant son accession au pouvoir. Une façade que la journaliste Claudia Klein, empruntant les traits d’Elena Enaya (Wonder Woman, 2017), tente d’érigée en subterfuge. De même, Santiago Mitre maintient le spectateur dans une autre ambivalence par l’intermédiaire de la fille du président, Marina Blanco, interprétée par Dolores Fonzi (Paulina, 2016 ; Truman, 2015). Atteint d’un trouble psychique, elle fait basculer la réalité du film dans le fantasque. Un subtil mélange dont on ne perçoit pas les frontières, le réel se confondant avec le rêve.

Une interprétation à la hauteur

A travers cette fiction, on s’aperçoit que la politique est universelle : trahisons et duperies sont de mises. Il existe un sempiternel conflit entre la volonté d’émancipation du faible et l’accaparement du puissant. Une quête de domination qui pousse chacun à trahir et où l’orgueil l’emporte bien souvent sur l’intérêt supérieur du peuple. El Presidente dévoile aussi au cinéma des acteurs qui ne possèdent pas l’envergure médiatique qu’il mérite. En effet, le scénario est mise en valeur par les jeux impeccables de Ricardo Darín, Dolores Fonzi mais également celui d’Erica Rivas dans le rôle de la secrétaire du Président argentin.

El Presidente est donc un film pour les amoureux du cinéma d’auteur et des intrigues politiques.

En savoir plus  :

  • Date de sortie France : 03/01/2018
  • Distribution France : Memento Films Distribution
Pierre L.

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Laisser un commentaire