enfr
Accueil / SPECTACLES / [Critique] « Zig Zig » par Laila Soliman
Zig Zig Laila Soliman image 2
© Ruud Gielens

[Critique] « Zig Zig » par Laila Soliman

Zig Zig est une pièce touchante de Laila Soliman inspirée d’un procès pour viols datant d’avant la révolution égyptienne de 1919. Notre avis.

Synopsis :

Il y a presque cent ans, un petit village d’Égypte était pris pour cible par l’armée britannique. Lors du procès, fait rarissime, des femmes prennent la parole pour expliquer que les soldats les ont violées. Laila Soliman part de leurs témoignages pour évoquer ce moment historique et la persistance de la violence de genre qui le sous-tend.

Zig Zig : Une pièce bouleversante

Zig Zig Laila Soliman image 3
© Ruud Gielens

La pièce de théâtre Zig Zig, jouée par cinq femmes (Mona Hala, Reem Hegab, Zainab Magdy et Nancy Mounir) et mise en scène par Laila Soliman, raconte l’histoire d’un village d’Égypte pris pour cible par les militaires britanniques à l’époque de la Première Guerre mondiale. Cette pièce est à la fois touchante et frappante car elle met en lumière une réalité atroce : les viols de femmes égyptiennes d’un petit village. Une bonne partie du spectacle met ainsi en scène les interrogatoires menés par les Anglais lors du procès qui suivit cette tragédie. Les textes sont ainsi répétés à plusieurs reprises, les femmes racontant les scènes de viols et de crimes en boucle. Les comédiennes qui alternent une à une les rôles des juges et des victimes sont incroyables et provoquent chez le spectateur un mélange de frissons, de colère et de tristesse.

Des faits réels

Il est pour nous important de rappeler qu’il s’agit de faits méconnus mais ayant réellement eu lieu en Égypte. La pièce Zig Zig nous montre donc une réalité différente et plus sombre comme la volonté de faire perdre leurs moyens à ses femmes devant les juges en leur imposant de raconter sans cesse les faits jusqu’à provoquer des incohérences dans leurs propos et pouvoir ainsi les présenter comme des menteuses. Il s’agit de les piéger en leur faisant revivre à de multiples reprises un moment traumatisant. Laila Soliman met ainsi en lumière l’innocence et le désespoir de ces pauvres femmes et la pièce de théâtre Zig Zig nous fait réfléchir sur les violences faites aux femmes ainsi que sur les inégalités entre les hommes et elles. Des sujets toujours d’actualité et qui créent toujours de vifs débats. Pendant les guerres, des soldats profitent de leur position pour violer des femmes et cela existe hélas encore aujourd’hui…

Une mise en scène simple et efficace

La simplicité des décors et de la mise en scène de Zig Zig nous plonge dans une ambiance très lourde. Des chants et des danses accentuent la naissance de sentiments puissants. Les cinq comédiennes sont douées et offrent notamment sur scène des danses très expressives. Leur placement presque immobile par moments, occupant toujours la même partie de la scène, nous a aussi paru original. De même, une seule violoniste met en musique la pièce. Encore un choix favorisant une émotion puissante et prenante.

Une pièce en arabe et en anglais

Zig Zig Laila Soliman image 1
© Ruud Gielens

Au début de Zig Zig, la scène est sombre et les décors noirs avec pour seul accompagnement sonore le bruit d’un violon. Une femme allume alors une lampe placée sur la table où elle est assise et commence à parler arabe… Elle commence à nous raconter son histoire… Il faut l’attention sur un point particulier : Zig Zig est une pièce en langue étrangère. En effet, les cinq comédiennes parlent essentiellement en langues arabe et anglaise. Et si le spectateur ne parle aucune de ces deux langues, des surtitres en français permettent bien évidemment de suivre les dialogues. Cela peut néanmoins être lassant car il est difficile de se concentrer à la fois sur la scène et sur l’écran situé en hauteur. Cependant, ce choix de la part de la metteuse en scène Laila Soliman permet une vraie immersion dans une époque et un pays. Et cela permet aussi de plonger les spectateurs dans la réalité des interrogatoires.

Afin de dénoncer cette terrible histoire, effacée de la mémoire collective, Zig Zig est en quelque sorte une forme de documentaire dont les répétitions, parfois un peu longues certes, ont pour but de nous toucher. Nous pouvons remercier les comédiennes et Laila Soliman pour nous avoir transmis toutes ces émotions à travers leurs interprétations.

Critique réalisée par des élèves d’une classe de Seconde du Lycée Colbert (Paris) dans le cadre d’un projet pédagogique : Ashley, Vanessa, Audrey, Chaïma, Maïlys, Yanis, Taïna, Bélinda, Jules et Lune.

En savoir plus :

  • Zig Zig au Nouveau Théâtre de Montreuil (France) du 12 octobre au 21 octobre 2017 dans le cadre de la 46e édition du Festival d’Automne à Paris
  • Zig Zig sera joué dans le cadre du festival Vagamondes 2018 à La Filature (Mulhouse, France) le 23 janvier 2018
Jeunes pousses de Bulles de Culture

Jeunes pousses de Bulles de Culture

Rédacteurs Junior / Junior Editors chez Bulles de Culture
Incubateur de talents passionnés de culture, Bulles de Culture prend aussi sous son aile de jeunes pousses et les accompagne sur l'écriture de leurs premières critiques.
Jeunes pousses de Bulles de Culture

Les derniers articles par Jeunes pousses de Bulles de Culture (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.