enfr
Accueil / MUSIQUE / Week-end des Musiques à l’image 2017 : Hommages à Gabriel Yared et Steven Spielberg
Gabriel Yared Philharmonie Rencontre autour d'un piano
© Bulles de Culture

Week-end des Musiques à l’image 2017 : Hommages à Gabriel Yared et Steven Spielberg

Cet article est le 2e sur 2 pour #WMI2017

Hommage à Steven Spielberg

Après une journée consacrée au compositeur Gabriel Yared, le London Orchestra Symphony donne sa deuxième représentation du Week-end des Musiques à l’image 2017 sous la direction cette fois-ci du chef d’orchestre Frank Strobel. La Grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris rend hommage à la musique du réalisateur, producteur, Steven Spielberg. Indirectement, le concert est également l’occasion de revenir sur les plus belles orchestrations de John Williams qui a composé les principales mélodies du réalisateur. Le duo a notamment collaboré sur Les Dents de la mer, Indiana Jones ou encore Jurassic Park. L’orchestre interprétera avec ferveur ces musiques emblématiques donnant une autre dimension aux compositions.

Après un début de concert qui commence doucement, notamment avec la musique du moyennement connu Poltergeist, la salle a ses premiers émois lorsqu’on voit apparaitre sur le grand écran la fameuse Dolorean de la trilogie Retour vers le futur.  Une première partie passée rapidement nous laisse entrevoir une seconde bien plus trépidante avec des airs qui sont restés dans la mémoire comme E.T., ou un hommage à des films plus récents de Steven Spielberg comme Le Pont des Espions, Le Bon Gros Géant ou Les Aventures de Tintin.

Il est surement étonnant pour le public de voir dans la setlist du concert la composition du film Super 8, réalisé par J.J. Abrams sur une musique de Michael Giacchino. Pour autant, le choix est intéressant. L’œuvre est certes produite par Steven Spielberg mais au delà de ça, c’est plus sous l’angle de la filiation que les organisateurs ont dû pensé cette insertion. En effet, J.J. Abrams a l’étoffe pour devenir le nouveau Steven Spielberg alors que Michael Giacchino apparait comme un descendant artistique de John Williams. Il faut d’ailleurs relever que le second a laissé sa place au premier dans la composition de la musique du film de Star Wars – Rogue One.

Quel hommage vibrant et saisissant de la part du London Symphony Orchestra qui, comme la veille, a démontré qu’il était maitre dans l’interprétation des musiques de films.

En savoir plus :

Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.