//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [Critique] “Iliade & Odyssée” par Pauline Bayle : Quand l’épopée vous emporte
Iliade & Odyssée Pauline Bayle image
© Pauline Le Goff

♥ [Critique] “Iliade & Odyssée” par Pauline Bayle : Quand l’épopée vous emporte

Une adaptation des deux poèmes épiques d’Homère mise en scène par Pauline Bayle avec une équipe aussi jeune que brillante. Notre avis sur  cette éclatante réussite qu’est Iliade & Odyssée, coup de cœur de Bulles de Culture.

Synopsis :

La dernière année de la guerre de Troie, le piteux retour du héros aux mille ruses, deux poèmes épiques qui reprennent vie sur scène pour le plus grand plaisir du public dans Iliade & Odyssée. Ulysse, Agamemnon, Hector, Hélène, Andromaque, Priam, Hécube, Ménélas, Achille, grâce à la Compagnie À Tire-d’aile et à l’exceptionnel travail de Pauline Bayle, c’est tout un univers mythologique qui (re)prend corps et vie.

Iliade & Odyssée : De la jeunesse et de l’audace

Dans Iliade & Odyssée, ils sont cinq sur scène : Charlotte van Bervesselès, Florent Dorin, Alex Fondja, Viktoria Kozlova et Yan Tassin. Cinq pour donner vie à toute une galerie de héros et de dieux tirés de la mythologie. Et presque trois mille ans après, c’est tout un univers entier qui (re)surgit sous nos yeux ébahis avec une magie indéniable. Pour les diriger et se charger de l’adaptation du texte : Pauline Bayle. Le défi qu’elle relève est visiblement à sa hauteur. 27 000 vers si l’on compte les deux œuvres d’Homère. Les adapter pour qu’elles prennent vie sur scène sans les dénaturer, c’est un travail d’une taille colossale auquel Pauline Bayle excelle de façon manifeste. Pour interpréter cette adaptation audacieuse, elle a fait avec sa compagnie des choix osés et réussis : choisir les deux femmes de l’équipe pour interpréter Achille et Hector, les deux héros dont l’affrontement sanglant constitue le cœur de l’Iliade. À l’inverse, ce sont les hommes qui offrent leur voix à Andromaque, Hélène et Hécube.

Voilà une façon incontestable et efficace de questionner nos définitions de la féminité et de la masculinité. L’effet produit est fort et d’une pertinence évidente. Ce que ce choix de distribution fait entendre du texte, c’est en outre toute une palette de nuances complexes dans les émotions des personnages.  Charlotte van Bervesselès excelle, par exemple, à incarner la colère insatiable d’Achille : son interprétation met en avant l’extrême sensibilité de ce héros dont le courage guerrier n’est pas à démontrer. Tous ces héros apparaissent ainsi terriblement humains.

Cinq membres d’une compagnie pour une myriade de personnages, cela implique forcément une bonne logistique dans la distribution des rôles. Force est de constater que le cercle que la Compagnie À Tire-d’aile met en place sur scène tourne à merveille. La quantité de personnages à qui l’on donne voix donne une dynamique au texte que l’enthousiasme des comédiens vient encore amplifier. La dramaturgie de cet Iliade & Odyssée gagne ainsi en puissance pour nous offrir un spectacle époustouflant.

Une épopée pleine de souffle

Iliade & Odyssée Pauline Bayle image
© Pauline Le Goff

Deux épisodes, Iliade & Odyssée, que l’on peut enchaîner si l’on aime sentir le vent de la Méditerranée souffler sur sa peau. Pas de lassitude car la tonalité est fort différente d’un épisode à l’autre. L’Iliade est à dominante guerrière et autour de sa trame de combat, toutes les passions humaines se déchainent : amour, jalousie, colère, envie. L’Odyssée multiplie quant à elle les lieux, les escales et les aventures sur les traces d’Ulysse et de Télémaque au fil des récits égrainés par les différents protagonistes.

Bienvenues également dans la violence guerrière de l’Iliade des scènes burlesques qui dans leur décalage viennent illustrer ce qui se passe sur l’Olympe avec humour et finesse. C’est une belle idée qui dissocie nettement l’univers des dieux de celui des hommes, et qui rappelle que les hommes ne sont que les pantins d’affrontements divins plus futiles qu’on ne penserait. On regrette même que la troupe n’ose pas cette même audace dans l’Odyssée.

Pour illustrer l’ensemble des aventures des héros, quelques accessoires : un peu de peinture ou de colorant pour le sang, des sauts d’eau pour la colère du fleuve, des paillettes pour les étincelles des armures, un micro pour le foudre de Zeus, du sable pour Ithaque. Peu de moyens mais une imagination créative et métaphorique qui vient rendre sa poésie au texte et nous fait voyager à son bord. La scénographie est ainsi habilement réfléchie et brillamment mise en œuvre.

De l’aède au chœur

Ce que réussit encore brillamment la Compagnie À Tire-d’aile, c’est de rendre sa dimension orale à ce texte dont on sait qu’il était chanté dans les cours de la Grèce antique par les aèdes, ces poètes, musiciens, chanteurs ambulants. Pauline Bayle prend soin de conserver intact le souffle du texte d’Homère, riche de ses images, de ses répétitions aux multiples échos dont on pense qu’elles étaient d’habiles chevilles pour aider l’aède dans la mémorisation.

Iliade & Odyssée remplace toutefois l’aède, chanteur singulier, par le chœur : les voix s’unissent pour dire avec une énergie folle le déchainement de la violence de l’Iliade, ces batailles où les corps s’écroulent les uns après les autres sous une fureur guerrière sans nom que l’amplification illustre à merveille. Les voix s’unissent encore pour les récits déchirés d’un Ulysse abimé et épuisé dans la cour du doux Alkinoos.

La dimension chorale que cela apporte aux deux pièces est d’autant plus pertinente que l’on sait que le chœur est un élément important du théâtre antique. Le chœur rend à l’Iliade son souffle épique, et reflète bien les mille visages d’Ulysse dans l’ß. Ces voix qui s’ajoutent, s’unissent, se juxtaposent apportent au spectacle un rythme propre, une dynamique habile.

Iliade & Odyssée donne enfin à entendre l’incroyable talent d’écriture de ce texte millénaire, et vient nous rappeler pourquoi les aventures des héros grecs et troyens savent encore vibrer en nous avec une telle force. C’est un voyage aux confins de l’humain et de l’imaginaire dans lequel il faut vous laisser emporter sans hésiter. C’est un coup de cœur de Bulles de Culture.

En savoir plus :

  • Durée du spectacle : Iliade : 1h30 / Odyssée : 1h45
  • Iliade a remporté le prix des lycéens du festival Impatience en 2016
  • Iliade & Odyssée a été joué à Les Scènes du Jura, à La Fabrique de Dole du 13 au 16 novembre 2017
  • Dates de tournée : le 25 novembre 2017 au Théâtre de Chartres ; le 30 novembre 2017 au Cargo à Segré ; le 2 décembre 2017 au Trident de Cherbourg-en-Cotentin ; le 9 décembre 2017 au théâtre Sorano – Jules Julien de Toulouse ; le 12 décembre 2017 au Centre culturel Boris Vian des Ulis ; le 13 décembre 2017 à l’Espace 1789 de Saint-Ouen ; le 15 décembre 2017 au Centre culturel Le Marque-page de La Norville ; le 21 décembre 2017 à la Coursive de La Rochelle ; du 8 janvier au 3 février 2018 au théâtre de la Bastille à Paris ; les 6 et 7 février 2018 au Liberté de Toulon ; les 8 et 9 février 2018 à la Ferme du Buisson de Noisiel ; le 14 février 2018 au Théâtre du Cormier de Cormeilles-en-Parisis ; le 16 février 2018 au Théâtre du Garde-Chasse des Lilas ; le 20 février 2018 au Quai des arts d’Argentan ; le 21 février 2018 au Théâtre de la Renaissance de Mondeville ; les 2 et 3 mars 2018 au Théâtre Georges Leygue de Villeneuve-sur-Lot ; le 6 mars 2018 au Théâtre des Pénitents de Montbrison ; le 8 mars 2018 au Théâtre Le Figuier blanc d’Argenteuil ; les 9 et 10 mars 2018 au Théâtre d’Ivry-sur-Seine ; le 13 mars 2018 au théâtre Les 3 Pierrots de Saint-Cloud ; le 14 mars 2018 au Carré Belle-Feuille de Boulogne Billancourt ; les 16 et 17 mars 2018 au Tivoli de Montargis ; du 20 au 22 mars 2018 au Théâtre de la Passerelle de Gap ; le 27 mars 2018 à la MJC de Rodez ; les 29 et 30 mars 2018 sur la Scène nationale d’Albi ; le 6 avril 2018 au Safran d’Amiens ; le 12 avril 2018 sur la Scène nationale de Bar-le-Duc ; le 16 avril 2018 au Théâtre Jean Vilar de Saint-Quentin ; du 19 au 21 avril au Théâtre national de Nice ; le 24 avril au Théâtre des Quatre Saisons de Gradignan ; le 26 avril 2018 au Théâtre des Sept Collines de Tulle ; le 27 avril 2018 au Théâtre d’Aurillac et le 5 mai 2018 au Théâtre Jean Marais de Saint-Fons.
  • Page sur la Compagnie à Tire-d’aile
  • Une série de  l’émission de radio Grande traversée de France Culture été consacrée à Homère en août 2017 : Celui qu’on appelle Homère
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire