//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / KIDS / [Critique] “Elle pas princesse, lui pas héros” par Johanny Bert : Genres à adopter !
ELLE PAS PRINCESSE, LUI PAS HÉROS Johanny Bert affiche

[Critique] “Elle pas princesse, lui pas héros” par Johanny Bert : Genres à adopter !

Les Scènes du Jura ont accueilli Elle pas princesse, lui pas héros, une pièce de théâtre pour jeune public de Magali Mougel, mise en scène par Johanny Bert, qui questionne les stéréotypes de genre portés par l’éducation des petits garçons et des petites filles. Une réussite. Notre avis.

Synopsis :

Elle (Delphine Léonard en alternance avec Maïa Le Fourn) aime explorer les bois en chaussures de randonnée, en K-Way et avec sa coupe en brosse ; il (Julien Bonnet en alternance avec Jonathan Heckel) préfère le dessin à l’aventure, porte les cheveux longs et pleure facilement. Chacun d’eux se heurte au regard dur des autres, aux injonctions des parents, aux moqueries faciles. Elle pas princesse, lui pas héros, c’est l’histoire d’une quête identitaire sur le chemin des différences, au fil d’un texte de Magali Mougel et avec une mise en scène signée Johanny Bert.

Elle pas princesse, lui pas héros : Une mise en scène originale

Un public scindé en deux, partant d’abord « avec elle » avant d’aller « avec lui », ou l’inverse. Deux histoires symétriques donc dans ce Elle pas princesse, lui pas héros, servies par un-e comédien-ne seul-e en scène. Johanny Bert prend le parti de l’originalité à bon escient, et intrigue le public en bousculant ses habitudes. Elle pas princesse, lui pas héros, c’est donc de fait la succession de deux monologues entrant en écho, et où prennent pourtant vie toute une galerie de personnages : la mère ou les parents, la grand-mère ou le baby-sitter, la vieille maîtresse, Cédric la petite brute de service, ou Chloé la jolie petite fille. Chaque récit est ainsi donné par son principal protagoniste : l’enfant. Le texte de Magali Mougel saisit avec brio la naïveté, l’inventivité, et l’adaptabilité de l’enfant qui observe le monde à sa hauteur.

Pour donner vie aux autres personnages, objets et accessoires sont judicieusement choisis. Pour chacun des enfants, ce sont des objets qui renvoient à son caractère propre : pour elle, des figurines d’animaux, des brosses pour la foule de garçons coiffés en brosse ; pour lui, une série de dessins comme autant d’illustrations d’une sensibilité évidente. À saluer aussi, le choix audacieux de Johanny Bert, celui d’éviter la scène. Salle de répétition pour elle, coulisses pour lui. Deux lieux inédits, qui ont à voir avec l’intime, avec la confidentialité. Comme si grandir dans les différences devait faire éviter la pleine lumière.

Une symétrie singulière

ELLE PAS PRINCESSE, LUI PAS HÉROS Johanny Bert image
© J.M-Lobbé

Ce qui est lumineux cependant dans Elle pas princesse, lui pas héros, ce sont ces deux personnages en quête d’eux-mêmes. Et c’est là toute la réussite de la pièce. Ils rayonnent, ces personnages d’enfants. Le texte de Magali Mougel touche avec justesse les doutes, la conscience grandissante d’être différent-e, la résistance difficile aux injonctions implicites ou explicites qui émanent de l’extérieur. Une chanson phare de part et d’autre, des récits qui en viennent à s’imbriquer, et un personnage refuge qui reflète la différence de chacun et aide à l’acceptation de soi. C’est d’une part ce baby-sitter qui lit Elle et tricote, de l’autre cette grand-mère un peu loufoque passionnée de mécanique. Autant de figures attachantes qui prennent le relai des deux protagonistes.

Il est un écueil qu’Elle pas princesse, lui pas héros aurait pu frôler mais évite avec tact, c’est celui de construire d’autres stéréotypes en réponse à ceux que le spectacle dénonce. Ainsi, être un garçon manqué dans l’enfance ne conduit pas à une fuite de la féminité dans l’histoire, mais à une construction épanouissante de celle-ci. De même, la sensibilité à fleur de peau de notre garçon ne conduit pas à l’homosexualité, mais à un jeune homme grandi par les sentiments qu’il éprouve. Reconnaissons que ce choix est salutaire et enrichit la réflexion sur le genre sans la conditionner.

Ce qu’Elle pas princesse, lui pas héros semble porter en étendard, c’est un double récit initiatique où la différence de chacun-e s’épanouit dans la rencontre et dans la reconnaissance de l’autre comme d’un individu plein d’une richesse à explorer.

En savoir plus :

  • Elle pas princesse, lui pas héros à Les Scènes du Jura, au Théâtre de Lons-le-Saunier, du 6 au 11 novembre 2017
  • Elle pas princesse, lui pas héros sera joué en France le 15 décembre 2017 à l’Espace Germinal de Fosses, le 24 mars 2018 à La Minoterie de Dijon
  • Durée de la pièce : 1h
  • Pièce de théâtre à partir de 7 ans
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice/Editor chez Bulles de Culture
Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire