//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Wallace & Gromit : Cœurs à modeler” (2017) : Des héros indémodelables
Wallace & Gromit : Cœurs à modeler

[CRITIQUE] “Wallace & Gromit : Cœurs à modeler” (2017) : Des héros indémodelables

Après le succès de ses longs métrages, Chicken Run (2000) et Wallace & Gromit : Le Mystère du Lapin Garou (2005), Nick Park nous invite à (re)voir ses deux courts-métrages mettant en scène notre inventeur touche-à-tout et son fidèle acolyte sur grand écran. Notre avis sur Wallace & Gromit : Cœurs à modeler.

Synopsis :

Vous les connaissiez inventeurs ? Les voici entrepreneurs ! Nettoyeurs de vitres ou boulangers, Wallace et Gromit mettent du cœur à l’ouvrage. Un peu trop peut-être… Dans Rasé de près (première apparition de Shaun le mouton) comme dans Un sacré pétrin (inédit au cinéma), l’amour aveugle de Wallace va précipiter le duo dans de folles aventures aux allures de polar !

Wallace & Gromit : Un succès qui interroge

Wallace & Gromit Cœurs à modeler image-1
© Folimage

Après une absence de près d’une décennie, nos deux héros, bonne pâte mais pas nouilles, reviennent dans Wallace & Gromit : cœur à modeler pour notre plus grand plaisir. Mais à l’ère du numérique et de la myriade d’effets spéciaux, on peut s’interroger sur l’origine du succès de Wallace & Gromit chez le jeune public, et le moins jeune. En effet, dans les courts-métrages d’animation Rasé de près et Un sacré pétrin, on fait fi des scènes de batailles légendaires, et ce même si des cascades périlleuses sont réalisées par nos deux protagonistes. Ici, la place est laissée à la candeur et à la maladresse habillement interprétées par Wallace, tandis que Gromit est la personnification de l’héroïsme flegmatique. De même, alors qu’habituellement, le spectateur admire une pellicule qui défile à toute allure afin de marquer l’action, ici, le jeu des acteurs est ralenti et réduit à leur plus simple expression. Leur succès réside peut-être donc là.

Wallace & Gromit : Cœurs à modeler : Un Chaplin en couleurs

Wallace & Gromit Cœurs à modeler image-4
© Folimage

Nick Park (Shaun le mouton, 2015 ; Chicken Run, 2000) séduit le public avec ses personnages, car nous revivons les scènes burlesques d’un lointain Charlie Chaplin. Le cœur de l’œuvre est construit sur le comique de situation. L’humour fin et gracieux est l’arme redoutable de ces courts métrages d’animation de Wallace & Gromit : Cœurs à modeler. Par ailleurs, l’animation de pâte à modeler oblige à exagérer les postures, les expressions. Additionnez à cela des dialogues peu nombreux, et vous vous retrouvez presque en face d’un film muet. Le charme opère avec efficacité.

Finalement, Nick Park est un véritable séducteur qui a savamment réintroduit le muet dans une société où le silence devient peu à peu une ressource rare.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 08/11/2017
  • Distribution France : Folimage
  • Film à partir de 5 ans
Pierre L.

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Laisser un commentaire