//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Borg/McEnroe” (2017) : Un duel intérieur
Borg/McEnroe affiche

[CRITIQUE] “Borg/McEnroe” (2017) : Un duel intérieur

A l’heure où les exploits sportifs sont entachés par des affaires de dopage suscitant la suspicion des spectateurs, le réalisateur Janus Metz Pedersen prend-il un risque en narrant les péripéties de deux tennismen, entrés dans la légende, dans le long métrage Borg/McEnroe. Notre avis sur le film.

Synopsis :

Borg/McEnroe est un film sur une des plus grandes icônes du monde, Björn Borg, et son principal rival, le jeune et talentueux John McEnroe, ainsi que sur leur duel légendaire durant le tournoi de Wimbledon de 1980. C’est l’histoire de deux hommes qui ont changé la face du tennis et sont entrés dans la légende, mais aussi du prix qu’ils ont eu à payer.

Borg/McEnroe : Le pari de la nostalgie

Les années 70 se sont écoulées. Nous sommes désormais en 1980. Les deux plus grands joueurs de tennis du moment vont s’affronter lors du tournoi de Wimbledon où la rivalité entre Björn Borg et John McEnroe atteint son paroxysme. Le suédois a soulevé à quatre reprises la coupe du célèbre tournoi anglais tandis que l’américain tente de gravir la 1ère place mondiale. Ce combat de légende, qui a tant passionné la sphère sportive, méritait-il un film biographique ?

Au moment où Netflix sort la 2e saison de la série Stranger Things (2017) dont l’histoire se déroule au cœur des années 80, le réalisateur Janus Metz Pedersen retrace l’histoire d’un combat de légende, aux aurores de la même époque. Le point commun entre ces deux productions ? Saisir la carte de la nostalgie ainsi que l’élan de vintage qui immerge notre quotidien. Beaucoup d’entre nous aiment contempler derrière son épaule les événements passés pour se laisser submerger par la nostalgie. Dans le long métrage Borg/McEnroe, nous revivons l’ambiance et les décors d’autrefois : le bandeau au front imbibé de sueur, la raquette en bois laminé, la balle blanche. Les adultes quarantenaires et cinquantenaires d’aujourd’hui seront probablement comblés par cette œuvre et pourront partagés ses souvenirs avec leurs enfants.Malgré tout, cette rivalité légendaire méritait-elle une œuvre cinématographique ? Janus Metz Pedersen a-t-il réussi à faire revivre cet intense moment auprès de la jeune génération ?

Borg/McEnroe : Biopic Vs documentaire ?

Dans le film Borg/McEnroe, la volonté de Janus Metz Pedersen n’est probablement pas de faire revivre l’intensité des matchs disputés par John McEnroe, interprété par l’acteur Shia LaBeouf (American Honey, 2016 ; Nymphomaniac, 2013 ; Transformers 3 – La Face Cachée de la Lune, 2011), et Björn Borg, empruntant les traits du comédien Sverrir Gudnason (A Serious Game, 2017). Son objectif est de mettre en scène l’antagonisme de deux joueurs, hantés par le même souci de perfection. Le véritable match du film est intérieur. Car chacun des deux sportifs visent un même but. Et les obstacles pour l’atteindre sont nombreux. Le principal étant avant tout intime et psychique. John McEnroe et Björn Borg sont tous deux habités par un véritable talent. Tandis que l’un est en proie à une frénésie incontrôlable, l’autre vacille sous le doute. Leur état d’esprit sera leur fardeau. Lequel saura trouver les clés de la quiétude ?

Avec le long métrage Borg/McEnroe, le réalisateur Janus Metz Pedersen a cherché à faire revivre, auprès de la jeune génération, son héros national, désormais éclipsé par le footballeur Zlatan Ibrahimovic. On regrette cependant qu’il n’ait pas réussi à recréer la tension qui couvrait cet évènement. La ferveur ancienne n’a pas été retransmise avec succès, ce qui fait de nous de simples spectateurs regardant une œuvre plus proche d’un documentaire que d’une fiction. Malgré tout, un regard sur l’enfance met toujours du baume au cœur.

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 08/11/2017
  • Distribution France : Pretty Pictures
Pierre L.

Pierre L.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
TOP 5 Cinéma : "Le cercle des poètes disparus" (1989), "Vol au dessus d'un nid de coucou" (1975), "La soif du mal" (1958), "La corde" (1948), "Gran Torino" (2008)
Pierre L.

Laisser un commentaire