//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / [CRITIQUE] “Hors Cadre” de la compagnie 3e étage
François Alu Hors cadre affiche spectacle

[CRITIQUE] “Hors Cadre” de la compagnie 3e étage

François Alu, premier danseur au ballet de l’Opéra de Paris, est à la tête d’affiche d’un spectacle de danse présenté au Théâtre Antoine, par la compagnie 3e étage : Hors Cadre. Notre avis et critique.

Synopsis :

Vivez deux soirées exceptionnelles avec François Alu, premier danseur de l’Opéra de Paris, réputé autant pour sa virtuosité époustouflante que pour sa personnalité hors normes, et quelques-uns des autres talents les plus singuliers du ballet de l’Opéra.

Hors cadre : Un génie de la danse…

Quand il entre en scène, la salle toute entière se délecte par anticipation. Quand il finit une variation, elle applaudit à tout rompre, parce qu’il déchaîne les passions d’une façon qui détonne dans le monde classique. François Alu, premier danseur au ballet de l’Opéra de Paris, est communément considéré comme un véritable génie de la danse.

Nous ne pouvons qu’approuver ce qualificatif, tant sa prestation est exceptionnelle dans Hors cadre. François Alu enchaîne les mouvements avec grâce et précision. Et quelle chance d’apprécier son talent dans une salle tel que le théâtre Antoine, qui permet une proximité rare, si on la compare à Garnier ou à Bastille.

Mais contrairement à ce que l’affiche vend au spectateur, François Alu est loin d’être seul sur scène. Cinq autres danseurs extrêmement talentueux (Hugo Vigliotti, Lydie Vareilhes, Takeru Coste, Clémence Gross et Simon Le Borgne) ont une place aussi importante que lui dans ce Hors Cadre de la compagnie 3e étage. Ils ne sont jamais réduits à des faire-valoir. Si la diversité est appréciable pour le spectateur néophyte que nous représentons, la majorité du public, venue applaudir François Alu, a peut-être été déçue.

… dans un spectacle très privé

S’il assure à longueur d’interviews qu’il n’est pas lassé par son travail “classique” à l’Opéra de Paris, il est évident que la transgression démange François Alu. A 22 ans, le prodige souhaite casser les codes, les conventions, les traditions. Il se dit imprégné de hip-hop, d’internet et de films d’action.

Cette transgression, pourtant revendiquée par le spectacle Hors Cadre, ne nous a pas parue évidente. Même si l’on a senti des prises de liberté, elles sont timides. Les pas exécutés – brillamment – par les interprètes relèvent encore et toujours de la danse classique. Ce n’est pas pour nous déplaire, mais il est dommage que les auteurs du spectacle (et en premier lieu Samuel Murez, fondateur de la compagnie 3e étage) ne soient pas allés plus loin.

Enfin, notre côté extérieur au corporatisme de la danse a été quelque peu flagrant. Quand certaines habitudes du milieu, alimentaires notamment, sont tournées en dérision, nous parvenons à suivre. Mais quand tel ou tel chorégraphe, tel ou tel professeur, est moqué, nous sommes totalement largués. Dommage pour nous, car de nombreux spectateurs “du milieu” ont semblé prendre leur pied !

Le spectacle est bien écrit, parfaitement exécuté, et la technique, notamment la création lumière, n’a pas été négligée. Nous le conseillons à l’amateur comme à l’initié, qui y trouveront chacun autant de plaisir.

En savoir plus :

  • Hors Cadre avec François Alu a été joué le 8 et le 14 octobre 2017 au Théâtre Antoine (Paris, France)

Laisser un commentaire