//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Épouse-moi mon pote” : Les gay lurons de la bande à Fifi de retour
Épouse-moi mon pote Affiche film critique

[CRITIQUE] “Épouse-moi mon pote” : Les gay lurons de la bande à Fifi de retour

Épouse-moi mon pote est le premier film en tant que réalisateur de Tarek Boudali. Le comédien de la bande à Fifi se lance dans la comédie gay sur le mariage pour tous. Il n’oublie pas ses potes de toujours : Philippe Lacheau, Charlotte Gabris et Julien Arruti. Notre avis et critique. 

Synopsis :

Yassine (Tarek Boudali), jeune étudiant marocain vient à Paris faire ses études d’architecture avec un visa étudiant. Suite à un événement malencontreux, il rate son examen, perd son visa et se retrouve en France en situation irrégulière. Pour y remédier, il se marie avec son meilleur ami (Philippe Lacheau). Alors qu’il pense que tout est réglé, un inspecteur (Philippe Duquesne) tenace se met sur leur dos pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mariage blanc…

Épouse-moi mon pote reprend tous les ingrédients

de la bande à Fifi

 

La bande à fifi est la nouvelle troupe de comique en vogue dans le cinéma français. Ils ont explosé dans la saga Babysitting en se filmant en mode Very Bad Trip dans un délire total. Plus tôt en 2017, Philippe Lacheau réitérait les codes de son succès avec le film Alibi.com. Cette comédie divertissante détourne avec humour les situations adultérines. Pour cette nouvelle proposition, le chef de la bande laisse son ami Tarek Boudali aux commandes sur un thème non moins sulfureux : le mariage pour tous entre deux gays.

Épouse-moi mon pote reprend tous les ingrédients de la réussite des précédents films de la bande. On retrouve notamment un humour, certes un peu potache, mais qui fonctionne plutôt bien. Le coup du héros qui saute héroïquement de la Seine pour se prendre finalement une péniche a toujours son petit effet. Pareil pour les coups de sang inopinés des personnages qui peuvent sans prévenir assommer une maman à coup de couscoussier.

On manque plus que jamais de structure

 

Néanmoins, Épouse-moi mon pote manque plus que jamais de structure au niveau du scénario. Elle n’était déjà pourtant pas très évoluée dans les oeuvres précédentes ! De la situation initiale où Yassine doit faire croire à un mariage gay pour rester en France, on passe rapidement à un imbroglio indéchiffrable. Celui-ci doit plus tard faire mine auprès de sa mère de s’être fiancé …avec la copine de son pote… le même avec qui il est censé être marié. C’est un peu alambiqué à vrai dire.

Puis, il y a des situations inexpliquées. Par exemple, la soudaine passion de Yassine et son pote pour un concours de danse dans une boîte gay. Elle est plutôt un prétexte pour une séquence montrant Philippe Lacheau en short moulant dansant sur Last Dance de Donna Summer.

Besoin d’une polémique gay ?

 

Alors, il y aura le débat des clichés gays véhiculés par Épouse-moi mon pote. A en croire le HuffingtonPost, ça a déjà commencé. Certes, selon le film, pour être un bon gay, il faut la panoplie de godemichet, de vêtements cuirs et latexs ou d’un kit bondage. Les aveugles en prendront également pour leurs grades avec le personnage joué par Julien Arruti. C’est sûr, cela aurait pu être plus fin. Néanmoins, il n’y a pas de quoi monter une polémique cette comédie qui reste bon enfant. Elle n’a été réalisée que dans une volonté de pur divertissement, sans aucune critique de la communauté LGBT.

Néanmoins, à quand une comédie plus évoluée de la bande à Fifi ? On l’attend avec impatience.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 25/10/2017
  • Distribution France : StudioCanal
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Un commentaire

  1. Aaaah ce dernier paragraphe me donne envie de faire une contre-critiiiique! Mais après l’Amant double je voudrais pas être étiquetée Neuhoff de Bulles de Culture. Et puis c’est pas bon pour mes nerfs… Allez, bon week-end je vais essayer de ne pas trop penser à “la bande à Fifi” et me reposer un peu… Bises!!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :