//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “The Wilde Wedding” : Le retour du couple Glenn Close/ John Malkovich
The Wilde Wedding photo
© D.R.

[CRITIQUE] “The Wilde Wedding” : Le retour du couple Glenn Close/ John Malkovich

The Wilde Wedding de Damian Harris a été présenté en avant-première au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017. Notre avis et critique sur le film.

Synopsis :

Après lui avoir fait une cour effrénée, l’ancienne gloire du cinéma Eve Wilde (Glenn Close) prépare son quatrième mariage avec Harold Alcott (Patrick Steward), un auteur anglais de renommée mondiale. Dans sa très chic propriété de la banlieue nord de New York, elle a invité de nombreux convives, dont son premier mari et acteur de théâtre célèbre, Laurence Darling (John Malkovich). Tous espèrent que ce long week-end estival permettra à chaque famille de faire plus ample connaissance. Même si les penchants sexuels de chacun ne manqueront pas de prendre le dessus sur la bienséance.

The Wilde Wedding, un film familial léger

C’est tout en légèreté qu’il faut regarder The Wilde Wedding. Le film est une douce comédie dans la lignée des petites fresques familiales qui font du bien, comme Week end en famille de Jodie Foster (1996) ou This is Where I Leave You de Shawn Levy (2005). Pour ce faire, le réalisateur Damian Harris s’inspire de la propre histoire de ses parents, et notamment de sa mère qui a eu 4 maris. Ce pan autobiographie amène des anecdotes insolites, comme les cadeaux que reçoit Eve de son ex. Il est aussi une petite faiblesse dans le scénario de l’oeuvre qui n’arrive pas à s’extirper de la réalité restant de ce fait beaucoup dans le consensuel. Il manque en effet à l’histoire un réel lâché prise avec le propre vécu du cinéaste qui souhaite plutôt faire un film hommage qu’une réelle comédie.

The Wilde Wedding emprunte également cette dolce vita à la Youth. Comme le film de Paulo Sorrentino, les protagonistes, retirés médiatiquement, ressassent avec une certaine nostalgie une popularité passée. On retrouve également des rôles secondaires très bien caractérisés qui forment un melting pop de personnalités attachantes. Tout particulièrement, on croit à l’épatante retrouvailles d’un ancien couple séparé composé d’une chanteuse sur le déclin, jouée par Minnie Driver, et le fils d’Eve, interprétée par Jack Davenport. Les personnages sont ainsi très bien caractérisés.

Le retour du couple mythique des Liaisons Dangereuses

Mais The Wilde Wedding signe surtout le grand retour du couple mythique du film Les Liaisons Dangereuses  : Glenn Close et John Malkovich. La première a un côté Meryl Streep dans Mamma Mia ! Elle est rayonnante en jouant cette femme retraitée qui se lance dans un nouveau mariage. Glenn Close a ce regain de jeunesse en assumant son âge. Le second sort de ses rôles alimentaires de ses dernières années pour revenir à une proposition qui le met davantage en valeur. Il est caustique face à une caméra qui le met en valeur et qui le met sur le devant de la scène, hommage à sa gloire d’antan.

Certes, The Wilde Wedding n’est pas un grand film en termes de cinématographie. Il remplit très honorablement sa fonction de convecteur de bons sentiments en associant casting réussi et histoire mignonne.

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : prochainement
  • Distribution France : Universal Pictures France
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire