//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Kidnap” (2017) : Halle Berry fait main basse sur le scénario
Kidnap affiche film Halle Berry

[CRITIQUE] “Kidnap” (2017) : Halle Berry fait main basse sur le scénario

Kidnap de Luis Prieto est présenté en avant-première au Festival du Cinéma Américain de Deauville 2017. Le film avec Halle Berry sera disponible sur les plateformes de téléchargement dès le 14 septembre 2017. Notre avis et critique. 

Synopsis :

Karla (Halle Berry), profite d’un après-midi dans un parc d’attraction en compagnie de son fils (Sage Correa) lorsque celui-ci disparait subitement. En alerte, elle repère finalement des inconnus le faire monter de force dans leur voiture.  Karla réalise à cet instant que sans réaction de sa part, elle pourrait ne jamais revoir son enfant.
Pas le temps d’hésiter, elle se lance à la poursuite des ravisseurs et ne reculera devant rien pour le sauver.

Kidnap, dans la lignée de A fond !

 

Kidnap film photo critique Halle Berry
© Eurovideo / Peter Lovino

 

On s’attendait à ce que Kidnap soit un nouveau Taken de Pierre Morel, dont le premier opus était de très bonne facture avec Liam Nesson. On voyait déjà Halle Berry infiltrer les réseaux de trafics d’enfants pour tenter de retrouver sa progéniture perdue. Il n’en est rien. Dès la scène de kidnapping, on voit la mère se jeter dans sa voiture pour poursuivre les ravisseurs. On comprend vite que Kidnap va être une sorte de A fond (2016) dramatique. Comme le film avec José Garcia, la plupart des scènes seront tournées dans l’habitacle de la voiture de Karla qui ne souhaite pas lâcher d’une semelle le véhicule des ignobles personnages qui ont enlevé son fils.

Avec ce parti pris dans la mise en scène, on laisse de côté toute crédibilité. De serveuse, Karla va devenir as du volant à la Fast and Furious. Elle est particulièrement douée pour les écarts de volant et des figures inimaginables. On rajoute également qu’elle est particulièrement résistante. Peu importe la douleur et les coups qu’elle se prend tout au long du film, rien ne la ferait plier ! C’est un peu la Wonder Woman sans pouvoir cette Halle Berry, à moins qu’elle n’ait conservé des restes de son passage dans la saga X-Men.

Halle Berry en bas de la pente

 

Kidnap film photo critique Halle Berry
© Eurovideo / Peter Lovino

Kidnap est sans fin. Tout au long des 1h30, Luis Prieto ne fait que réutiliser les mêmes clés pour sauver la protagoniste de l’embarras et relancer l’action. Le cinéaste aura quand même bien pris soin de faire tomber le téléphone portable de celle-ci au début du film, après une panne de batterie, pour éviter que la tâche ne soit rendue si facile à la jeune maman qui aurait très bien pu prévenir la police dès le départ. Chaque situation a une solution de sortie grossière… Et pourtant, vers la fin du film, on se sent étonnement en tension. On oublie un instant la pauvreté cinématographique de l’oeuvre. On se prend à sursauter aux quelques rebondissements surréalistes.

Une question demeure : pourquoi Halle Berry s’est embarquée dans cette galère ?  On sait que l’oscarisée a du mal à obtenir des grands rôles depuis quelques années, jonglant entre séries mineures (Extant) ou médiocres thrillers (The Call). Une chose est sûre, ce n’est pas avec Kidnap qu’elle va remonter la pente vers le succès. Son interprétation n’a rien de mal dans ce thriller. Néanmoins, on ne retrouve aucune intensité dans son jeu tant on lui demande de jouer une figure déconfite durant tout le film.  Il reste à espérer pour les producteurs que l’oeuvre soit rentable et vienne s’ajouter à la longue liste des films directement sortis en VOD qui obtiennent une rentabilité record. Là encore, rien n’est moins sûr car son budget conséquent de 20 millions de dollars n’a pas le schéma de production d’une oeuvre pouvant avoir ce retour sur investissement. Elle est plutôt la résurgence d’un studio de production, Relativity Média, en plein désarroi économique qui tente une survie avec ce film.

 

En savoir plus :

Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

3 Commentaires

  1. edwige, marie bracaval

    Perso, j’ai beaucoup aimé le film et les critiques font particulièrement chier ! Quant on est pas foutu d’écrire un article critique qui plus est, on ferme sa gueule ! Relisez avant d’éditer ! C’est un bon film d’action sans prétention et Halle Berry est parfaite en “mère courage” !

  2. edwige, marie bracaval

    ps : vous avez un peu de mal avec les conditionnels semblerait il ! Il n’en EST rien et non “il n’en ait rien” ! ( 4 ème ligne) et ” à moins qu’elle n’AIT conservé” et non “à moins qu’elle n’est conservée ” (la honte pour un critique !)

    • Ha bon enfin! Je commençais à croire que j’étais le seul à avoir le film et tu as raison! Moi aussi, j’ai trouvé que Halle Barry joua le rôle d’une excellente mère courageuse ! Rebondissements, suspenses et émotions fut pour moi ce que je ressentis à l’écoute de ce chef d’œuvre!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :