//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / FILMS / TELEFILMS / [CRITIQUE] “Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc” (2017) : Hard to d’Arc
Jeannette, l'enfance de Jeanne D'Arc
© R.Arpajou / TAOS Films - ARTE France

[CRITIQUE] “Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc” (2017) : Hard to d’Arc

Après sa sélection à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2017, Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont est diffusé sur Arte le 30 août 2017 en deuxième partie de soirée avant une sortie salles en septembre. Notre avis et critique sur ce film musical d’un autre genre. 

Synopsis :

Domrémy, 1425. Jeannette (Lise Leplat Prudhomme) n’est pas encore Jeanne d’Arc, mais à 8 ans elle veut déjà bouter les anglais hors du royaume de France.

Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc : un ovni ciné

 

Après la série à succès Le P’tit Quinquin (2014) et le film Ma Loute (2016), Bruno Dumont va une nouvelle fois bouleverser les codes cinématographiques avec Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc. Pour cela, le cinéaste va chercher le texte théâtral de Charles Péguy, auteur socialiste et libertaire mort au front, qui écrit Jeanne d’Arc (1897) et Le Mystère de la charité de de Jeanne d’Arc (1910). L’oeuvre de l’auteur est mise en musique par le compositeur Igorrr qui va proposer pour le film un livret hard rock gothique sur lequel va se déchaîner, cheveux au vent, la jeune interprète  Lise Leplat Prudhomme. Derrière ce déhanché, il y a également le chorégraphe Philippe Decouflé, artiste de mime et de cirque. Le tout donne un film hors des sentiers battus où se mêle grande histoire avec musique contemporaine.

Autre particularité, le film musical est pratiquement le seul à être tourné en enregistrement live. Pour ce faire, Bruno Dumont a demandé à ses acteurs de mettre des oreillettes. Ces derniers chantaient au rythme de la musique pendant que la caméra captait les voix et les ambiances extérieures. D’innovations en innovations, le réalisateur n’en oublie pas ses caractéristiques passées. Alors que Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc devait se passer Lorraine, le cinéaste y délocalise le tournage pour rendre un hommage à sa région du Nord, déjà mise en avant dans ses précédentes œuvres.

Vers la quête du questionnement

 

Bruno Dumont fait également appel à un casting d’inconnus qu’il a repéré dans les environs de Calais.  Pour jouer Jeanne d’Arc sur deux époques différentes, il dirige deux actrices aux tempéraments opposés. La première, Lise Leplat Prudhomme, joue la période de l’enfance. Elle est plein de fougues et d’espiègleries. Malgré quelques fausses notes, elle se donne à corps et âme dans une interprétation investie. La seconde, Jeanne Voisin, incarne Jeanne à l’adolescence. Le contraste est alors important entre la douceur qu’elle met dans le rôle et les numéros de hard-rock qu’elle doit chanter. Les deux donnent des belles révélations cinématographiques.

Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc est quand même d’une étrangeté extrême. Il n’est certainement pas calibré pour un large public tellement la proposition perturbe. A l’image d’un génie caché, Bruno Dumont ose les provocations sans peur des jugements. Il n’hésite pas à prendre tous les risques, à la manière d’un véritable iconoclaste. On salue son audace sans être sûr d’avoir vraiment apprécié le film. Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc, c’est précisément la quête du questionnement sans trop de réponse.

 

 

En savoir plus  :

  • Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc est diffusé le 30 août 2017 à 22h45 sur Arte
  • Date de sortie France : 06/09/2017
  • Distribution France : Memento Film Distribution
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Laisser un commentaire