//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SERIES / [CRITIQUE] “Atypical” saison 1 : Une jolie comédie sur le quotidien d’un adolescent autiste
Atypical saison 1 affiche poster

[CRITIQUE] “Atypical” saison 1 : Une jolie comédie sur le quotidien d’un adolescent autiste

Après le film To the Bone sur l’anorexie, Netflix propose Atypical de Robia Rashid, une série comique sur un adolescent autiste et sa famille. Notre avis sur la saison 1.

Synopsis :

Quand Sam, un adolescent autiste (Keir Gilchrist), décide de se trouver une petite amie, sa soudaine soif d’indépendance crée dans toute sa famille une remise en question aussi radicale qu’inattendue.

Atypical saison 1 :
“Dude, nobody is normal”

 

Atypical saison 1 est une série familiale dont la particularité est d’aborder sur huit épisodes d’une trentaine de minutes l’étape de l’adolescence à travers le point de vue de Sam, un jeune homme âgé de dix-huit ans et atteint d’un trouble du développement, l’autisme. On pourrait donc au premier abord reprocher à la série de proposer un personnage autiste avec les nombreux clichés véhiculés par la fiction. Sam est en effet un jeune homme solitaire qui s’isole de son environnement avec un casque anti-bruit, il ne comprend pas l’humour et il a une passion obsessionnelle pour l’Antarctique et les pingouins. Mais au-delà de cette caractérisation quelque peu stéréotypée, l’intérêt de la série Netflix Atypical est de placer son personnage atypique dans des situations classiques de fictions adolescentes.

En effet, la problématique de Sam, posée par la créatrice Robia Rashid dans la première saison de la série, est de sortir avec une fille et de perdre sa virginité. Et si la série peut donner l’impression de se moquer des obstacles internes du personnage liés à son autisme qui l’empêchent d’atteindre son objectif, elle a surtout le mérite de le traiter comme un adolescent comme les autres. Car Sam veut vivre comme un adolescent comme les autres. Et s’il peut glisser à un moment à son meilleur ami Zahid (Nic Dodani) qu’il sait qu’il ne l’est pas, celui-ci n’hésite pas à lui rappeler que personne ne l’est vraiment.

“I’m a weirdo.
That’s what everyone says”

 

Atypical saison 1 s’appuie donc sur le sujet sensible de l’autisme pour proposer une comédie familiale qui intègre son personnage très particulier dans le quotidien de tout adolescent. Et c’est ce concept de départ qui en fait tout le charme. Bien entendu, l’envie de grandir de Sam ne sera pas sans conséquence sur son entourage et obligera notamment ses parents et sa petite sœur à accepter de le laisser voler enfin de ses propres ailes.

Du coup, comme le concept de la série est de parler “normalement” du quotidien d’un jeune homme autiste, toutes les histoires des autres personnages non directement liées à ce personnage tombent vite à plat. En effet, étrangement, la première saison de la série Netflix Atypical s’égare dans des intrigues secondaires déjà vues et sans intérêt. C’est le cas notamment de l’adultère soudain de sa mère (Jennifer Jason Leigh) avec un barman (Raúl Castillo), de la réussite sportive de sa sœur Casey (Brigette Lundy-Paine) mal vécue par ses camarades ou des problèmes de couple de sa thérapeute Julia (Amy Okuda). Alors que son histoire d’amour aux nombreux rebondissements avec Paige (Jenna Boyd) et ses discussions avec son meilleur ami Zahid sont beaucoup plus amusantes.

Un personnage attachant
et une actrice qui crève l’écran

 

Atypical saison 1 est donc une série comique pour adolescents vraiment sympa avec un personnage principal inhabituel et particulièrement attachant, interprété par le talentueux Keir Gilchrist (United States of Tara, It Follows). Le trouble de comportement particulier de celui-ci accroît la drôlerie et l’émotion des différentes étapes traversées par un adolescent désirant trouver l’âme sœur : apprendre à sourire, à s’habiller soi-même, à sortir avec une fille, à rebondir après un rencard raté, à accepter un amour non réciproque… Et cela donne donc lieu à de belles idées de scénario et de mise en scène comme, par exemple, la séquence de bal silencieux dans le dernier épisode qui rappelle joliment la capacité de l’être humain à se montrer altruiste.

Enfin, si les intrigues secondaires des proches de Sam ne sont pas aussi intéressantes que la sienne, on notera cependant que le personnage de Casey, la sœur de Sam, jouée par l’actrice Brigette Lundy-Paine (L’homme irrationnel, Margot vs. Lily) qui crève l’écran, parvient malgré tout à accrocher notre attention. Nous souhaitons donc vivement que si deuxième saison il y a, la série Atypical saura construire autrement les histoires de ses personnages secondaires de façon à profiter pleinement de la singularité de son personnage principal et de son concept.

 

 

En savoir plus :

  • Atypical est disponible en streaming sur Netflix depuis le vendredi 11 août 2017
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Laisser un commentaire