//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Atomic Blonde” (2017) : Charlize Theron – Suprématie
Atomic Blonde Charlize Theron affiche film avis

[CRITIQUE] “Atomic Blonde” (2017) : Charlize Theron – Suprématie

Atomic Blonde est un film d’action musclé avec en tête d’affiche Charlize Theron. Un défi de taille pour l’actrice qui, en produisant aussi le film, a la ferme intention de prouver qu’elle aussi peut tenir le rôle principal d’un genre habituellement réservé à la gente masculine. Mission impossible ? Notre avis et critique.

Synopsis :

L’agent Lorraine Broughton (Charlize Theron) est une des meilleures espionnes du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s’associe avec David Percival (James McAvoy), le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers.

Atomic Blonde : aussi subtil que son titre

 

Atomic Blonde est le premier film solo de David Leitch, co-réalisateur du premier John Wick avec Chad Stahelski. Après des années en temps que cascadeur (The Matrix Trilogy300) puis en temps que réalisateur de seconde équipe (Jurassic WorldCaptain America: Civil War), David Leitch a enfin l’opportunité de réaliser son propre film.

C’est donc avec une ardeur explosive que le réalisateur met en scène des cascades et des combats à gogo. Mais pour profiter de ces scènes d’action, il va falloir endurer une exposition laborieuse et tenter de suivre une narration lourde en dialogues explicatifs. Car comme la plupart des films d’espionnage, la trame est complexe, et il est clair que la dramaturgie n’est pas le fort du réalisateur.

David Leitch compense donc ses faiblesses par une esthétique visuelle appuyée sur les années 80, renforcée par une soundtrack eighties originale. Il retrouve pour cela le chef opérateur de John Wick, le français Jonathan Sela, spécialisé dans les clips et les gros films d’action (Die Hard 5Max Payne).

Une approche clipesque donc avec un montage punchy très distrayant mais pas vraiment subtil. Difficile alors de s’investir dans le film malgré toute la peine que se donne le réalisateur qui soigne ses pirouettes visuelles. Mais si l’on s’accroche malgré tout à Atomic Blonde, c’est surtout grâce à sa productrice et actrice principale: la subjuguante Charlize Theron

Ice, Ice, Baby…

 

Charlize Theron nous a déjà montré a plusieurs reprises qu’elle pouvait largement tenir tête à ses co-stars masculins dans des films d’action musclés —face à Tom Hardy dans Mad Max ou encore dans la franchise chargée en testostérone des Fast And Furious. Avec Atomic Blonde, elle compte bien aller plus loin en assumant à elle seule le premier rôle et imposer ainsi une héroïne charismatique qui n’ait rien à envier aux Jason BourneJack Reacher et autres John Wick.

Charlize Theron avait déjà fait une sorte de première tentative avec Aeon Flux qui fut un véritable désastre. L’actrice est la première à reconnaître qu’à l’époque, elle et la réalisatrice Karyn Kusama (Girl Fight) manquaient terriblement d’expérience pour ce genre de film. Douze ans plus tard, Charlize Theron a fait du chemin et elle nous prouve qu’elle a dorénavant les épaules pour porter un tel film sans fléchir.

Mais il lui aura fallu beaucoup de détermination pour produire et mener à bien Atomic Blonde. Cinq ans de développement, huit coach sportifs et deux dents cassées… Un investissement total qui force le respect et aboutit sur une implacable prestation. Glaciale et effroyablement physique, Charlize Theron en impose et mérite à elle toute seule d’aller voir le film.

Un troisième acte explosif

 

On s’accroche donc au film grâce à Charlize Theron qui se démène aux côtés d’un James McAvoy toujours au top. Et petit à petit, la narration pesante se démêle des fils de l’intrigue et finit par se libérer dans un troisième acte détonnant. L’action prend alors totalement le dessus dans un plan séquence spectaculaire, truqué mais survolté, qui sort de nul part et nous prend totalement par surprise.

Charlize Theron s’y déchaîne avec une brutalité exaltante. L’actrice mène la danse dans une chorégraphie aussi violente qu’époustouflante. Un dernier morceau de bravoure retentissant qui nous réconcilie avec David Leitch, ce qui nous rassure beaucoup pour l’avenir de notre anti-héros préféré, Deadpool, puisque Leitch est en charge de réaliser la suite. 

Avec un tel final, Charlize Theron prend largement sa place sur le podium des héroïnes les plus badass du cinéma d’action: mission accomplie.

Atomic Blonde a ses qualité et ses défauts. Mais si vous êtes férus de cascades et de castagnes, alors n’hésitez pas, vous en aurez pour votre argent. Et surtout, avec une performance à couper le souffle, Charlize Theron prend largement sa place sur le podium des héroînes les plus badass du cinéma d’action… Mission accomplie.

 

 

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 16/08/2017
  • Distribution France : Universal Pictures International France
Emilio M.

Emilio M.

Rédacteur / Editor chez Bulles de Culture
Passionné de films et de séries, made in USA et d’ailleurs…

TOP 3 Films récents : "The Revenant" (2015), "Sicario" (2015), "Boyhood" (2014)
TOP 3 Séries : "The Wire" (2002-2008), "The Office" (US) (2005-2013), "Louie" (2010-...)
Emilio M.

Laisser un commentaire