enfr
Accueil / CINEMA / [Critique] « Le Prix du succès » (2017) : La réussite est damnation
Affiche LE PRIX DU SUCCES HD

[Critique] « Le Prix du succès » (2017) : La réussite est damnation

Cet article est le 8e sur 11 pour Festival du Film Francophone d'Angoulême 2017

Le Prix du succès de Teddy Lussi-Modeste fait escale au Festival du Film Francophone d’Angoulême. Alors que les stars s’y côtoient, le film évoque les revers de la réussite. L’avis et critique film de Bulles de Culture. 

Synopsis :

Brahim (Tahar Rahim) est un humoriste en pleine ascension. Sa réussite, il la doit à lui-même et à l’amour qu’il porte à Linda (Maïwenn). Bon fils, il soutient les siens depuis toujours. Mais pour durer, Brahim doit sacrifier son grand frère (Roschdy Zem), manager incontrôlable. Si l’échec peut coûter cher, Brahim va payer un tribut encore plus lourd au succès.

Le Prix du succès : le côté néfaste du succès

le prix du succès Tahar Rahim
© Ad Vitam

Drôle de vision que nous propose le réalisateur Teddy Lussi-Modeste. Alors que dans l’imaginaire commun, la réussite est le graal absolu que chacun recherche, Le Prix du succès nous montre son côté néfaste. Le cinéaste s’inspire pour cela de son propre parcours, issu de la communauté des gens du voyage, mais également d’histoires plus médiatiques comme celles du chanteur Faudel, du rappeur Rohff ou du sportif Benzema.

A la base du malaise, il y a ces jeunes issus d’un milieu social défavorisé qui ont du mal à se faire aux revers du succès. Le problème vient surtout de l’entourage direct de ces derniers qui ne vivent pas directement cette réussite et qui ont du mal à la comprendre. Pour certains, il y a cet opportunisme lié à l’argent rapporté et à l’égoïsme exacerbé.

Alliance impossible entre habitudes de vie et succès soudain

Le Prix du succès montre cette alliance impossible entre habitudes de vie et succès soudain. Teddy Lussi-Modeste filme une belle histoire entre deux frères qui vont se laisser bousiller par le poids de la réussite. Tahar Rahim est le pilier de cette œuvre. Il est au centre d’une image filmée caméra au poing. Il est le support nécessaire à toute la réflexion du réalisateur. Roschdy Zem est complètement à contre-emploi. Lui d’habitude si calme, figure paternaliste notamment dans Les Hommes du feu (2016), il interprète ici un personnage opportuniste et violent.

Si Le Prix du succès interpelle et fait réfléchir, sa mise en scène souffre néanmoins de quelques lenteurs au milieu du film. Teddy Lussi-Modeste n’arrive pas à passer le cap de cette situation initiale et met du temps à la faire évoluer.

On restera convaincu par l’ensemble grâce surtout à une scène d’exposition très réussie. Elle montre les deux personnages principaux dans une voiture en train de se faire insulter par un individu de leur banlieue natale qui les filme en direct via l’application Periscope. On voit beaucoup de choses dans cette scène : l’aspect invasif des réseaux sociaux, la violence des cités et la difficulté pour la star de gérer son quotidien. Le final est également très émouvant et plein de sens. A découvrir !

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 30/08/2017
  • Distribution France : Ad Vitam
Antoine Corte

Antoine Corte

Rédacteur en chef adjoint / Deputy editor in chief chez Bulles de Culture
Toujours à défendre le cinéma français, j'aime particulièrement faire découvrir les films à petites sorties mais à portée universelle.

Top 3 Cinéma : "Moulin Rouge !" (2001), "Titanic" (1997), "Les Parapluies de Cherbourg" (1964)
Antoine Corte

Les derniers articles par Antoine Corte (tout voir)

    Check Also

    MA MERE EST FOLLE de Diane Kurys affiche film

    [Critique] « Ma mère est folle » (2018) : Malgré Vianney, un film qui tourne à vide

    Ma mère est folle, le nouveau film de Diane Kurys, marque les débuts devant la …

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.