//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / CINEMA / [CRITIQUE] “Spider-Man : Homecoming” (2017) de Jon Watts

[CRITIQUE] “Spider-Man : Homecoming” (2017) de Jon Watts

Fils d’Ewan McGregor dans The Impossible (2012), puis danseur dans Billy Elliot, The Musical (2015-2016), c’est Tom Holland qui a été choisi pour endosser le costume de L’homme araignée dans Spider-Man : Homecoming de Jon Watts. Il succède ainsi à Nicolas Hammond, Tobey Maguire, et enfin Andrew Garfield. Le jeune acteur va-t-il réussir à remplir le costume ? Ce énième reboot de Hollywood marquant le retour de Spider-Man chez Marvel en vaut-il la peine ? Notre avis et critique. 

Synopsis :

Après ses spectaculaires débuts dans Captain America: Civil War (2016)le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-man, le Super-Héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May (Marisa Tomei), sous l’œil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark (Robert Downey Jr.). Peter ne peut se résoudre à reprendre sa vie d’avant, il rêve de se prouver qu’il est autre chose que le sympathique et discret jeune homme que tout le monde apprécie dans le quartier… Mais quand le Vautour (Michael Keaton) fait son apparition, tout ce qui compte pour Peter est soudain menacé…

Rafraîchissant !!!

Spider-Man : Homecoming Tom Holland Laura Harrier film 2
© Sony Pictures Releasing GmbH

C’est l’adjectif qui convient pour le premier Spider-Man : Homecoming de Jon Watts. En effet ces derniers temps, mis à part Les Gardiens de La Galaxie, les films de Super Héros sont plutôt lourds. Que ce soit chez DC Comics ou chez Marvel, il s’agit de sauver l’humanité, la planète. C’est d’ailleurs ainsi qu’on a fait la connaissance de ce jeune Spider-Man, lors de son intrusion dans la Civil War des Avengers. L’aide à la veuve et à l’orphelin semblait désormais dévolue aux séries télés de Netflix. Retrouver un Super Héros qui vit normalement et doit dissimuler ses pouvoirs au quotidien sur grand écran en est presque déroutant. Et pourtant c’est le propre de Spider-Man. Une fois remis au goût du jour, on s’adapte assez vite grâce à la mise en scène très pêchue de Jon Watts.

Peter Parker est un adolescent à priori normal, dans un monde normal. Il vit dans son temps, avec ce besoin filmer tout ce qu’il fait, voire le partager. Et cela est bien reposant après les apprenti-sorciers, apprenti-guerriers, et apprenti-vampires auxquels on a eu droit. Contrairement à tous ces apprentis-quelque chose, Peter Parker est solaire, c’est ce qui donne ce côté rafraîchissant au film. Un rafraîchissement qui doit beaucoup à Tom Holland. Eh oui, on va pas se le cacher, là était le vrai enjeu du film, ce qui piquait la curiosité de tout le monde.

Tom Holland est Peter Parker

Spider-Man : Homecoming Tom Holland Jacob Batalon film
© Sony Pictures Releasing GmbH.

Il n’était pas évident de remplir le fauteuil laissé vaquant par Tobey Maguire. En effet, pour beaucoup, ce-dernier est Spider-Man, tant son côté «boy next door» et la complicité avec Sam Raimi avait été efficace. Andrew Garfield a bien essayé, mais a sans doute pêché par son envie trop évidente d’exister au-delà du costume. Ce nouveau reboot risque fort de le reléguer au statut d’un certain Timothy Dalton. Timothy qui ? Oui, celui qui a joué 2 fois James Bond (autre coïncidence !) entre le regretté Roger Moore et le très distingué Pierce Brosnan.

Tom Holland et Tobey Maguire partage donc ce truc qui fait la magie de Spider-Man. Un côté ingénu, cette envie d’enfiler le costume et d’aller en découdre avec les vilains. Le jeune Peter Parker va passer de l’envie de faire de grandes choses à l’envie de juste faire le Bien. On assiste à sa maturation dans ce qui fait de lui un super héros. Alors que la saga avec l’oubliable Andrew Garfield reprenait l’histoire au début, ce nouveau reboot, nous fait assister à la prise de conscience de sa responsabilité. “Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités”. Pas besoin de repasser par la case piqûre d’araignée et tout le tralala qu’on connaît déjà dansSpider-Man : Homecoming  ! C’est simple, on imagine bien Peter Parker ado dans la peau de Tom Holland devenir Peter Parker dans la peau de Tobey Maguire. Avec un supplément d’espièglerie, un supplément de charme.

Spider-Man : Homecoming : Quelqu’un a dit Blockbuster?

Tous les ingrédients sont là ! Certains trouveront étranges que Michael Keaton ( pour certains le meilleur des Batman) jouent un vilain dans un Marvel. Ce n’est qu’un détail car Michael Keaton est impeccable comme d’hab. Tout comme Jacob Batalon, meilleur ami hilarant du héros. Si on constate certaines libertés avec l’histoire originelle, on peut comprendre un certain désir de modernité. Spider-Man : Homecoming outre un scénario qui réserve plus de surprises qu’on pourrait le croire, bénéficie de plus de l’évolution des effets spéciaux, ce qui en fait un divertissement fort réussi. Un héros rafraîchissant, des retournements totalement inattendus, des scènes qui donnent le tournis et/ou le vertige, de l’humour… On peut dire que Jon Watts a plus qu’honorablement rempli le cahier des charges. On peut aussi dire que  le jeune réalisateur vient de rencontrer le grand public !

En savoir plus :

  • Date de sortie France : 12/07/2017
  • Distribution France : Sony Pictures Releasing France
Fanny N.

Fanny N.

Rédactrice / Editor chez Bulles de Culture
J'aime rire, j'aime pleurer, l'aime danser, j'aime chanter et tout ça, je le vis souvent au cinéma.

TOP 3 Cinéma : "Légendes d'automne" (1994), la saga "Le Parrain", "La Jeune fille à la perle" (2003)
Fanny N.

Laisser un commentaire