//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / ♥ [CRITIQUE] « Résistantes » par Stanislas Grassian : Quand l’Histoire vous prend
Résistantes Stanislas Grassian affiche

♥ [CRITIQUE] « Résistantes » par Stanislas Grassian : Quand l’Histoire vous prend

Une histoire incroyable que nous conte au festival Avignon le Off 2017 la pièce Résistantes… au point d’en rester le souffle coupé d’un bout à l’autre ! Bulles de Culture a adhéré sans résistance à cette pièce de théâtre coup de cœur, mise en scène par Stanislas Grassian.

Synopsis :

Nous sommes en 1944 dans une ville de province, Liliane Armand (Caroline Filipek) est recherchée par les Allemands pour ses activités dans la Résistance. Acculée, elle s’engouffre dans une maison close : Le Petit Soleil. Dès lors, elle doit se fondre dans le décor et s’en remettre au bon vouloir des habitantes du lieu.

Résistantes :
Fresque et frasques historiques

 

L’histoire de Résistantes paraît sortir tout droit d’un roman, et encore reprocherait-on à son auteur son manque de vraisemblance… cependant, c’est bien de l’histoire vraie de Liliane Armand que raconte cette pièce. Nous entendons ainsi la voix enregistrée de la vieille dame aujourd’hui disparue au début et à la fin de Résistantes, ce qui ne manque pas d’émouvoir et de toucher le spectateur. La pièce, écrite par Franck Monsigny qui joue également est bien menée et évite toute vulgarité excessive.

 

Résistantes Stanislas Grassian image 3
© D.R.

 

Un décor bien imaginé d’un point de vue esthétique, des personnages attachants : deux prostituées, Lili (Maud Forget) et Marcelle (Sandra Dorset) ; Élise, la tenancière du lieu (Lénie Cherino) et Monsieur Maurice (Franck Montigny) qui dirige l’établissement. On plonge ainsi dans le quotidien d’une maison close sous l’Occupation.

Cela semble en tout cas complètement fou que ces établissements aient pu être maintenus sous le maréchal Pétain. On voit des femmes exclues de la société : une femme qui ne peut pas subvenir aux besoins de sa fille, une jeune fille livrée à elle-même… Résistantes suggère d’ailleurs que l’établissement profitait des faveurs allemandes conséquemment à sa fréquentation par des officiers.

Tensions et passions exacerbées

 

Résistantes, c’est un milieu clos, coupé de la réalité extérieure. Un huis clos somme toute. Voilà qui est toujours un terrain favorable aux tensions. Ce sont d’abord les tensions entre les prostituées et la nouvelle arrivante. On se juge mutuellement. On se malmène. Puis on finit par s’accepter si ce n’est se comprendre.

 

Résistantes Stanislas Grassian image 5
© D.R.

 

Mais Le Petit Soleil est aussi enclin aux tensions internes : amours inavouées, regrets, colère. L’enfermement et le vase clos qu’il crée nous fait pénétrer au cœur de chaque personnage, tout en restant dans la nuance, la suggestion, le demi-mot. On croit aux personnages de Résistantes d’un bout à l’autre. Le talent de chacun des comédiens, y compris ou peut-être surtout celui de Manuel Sinor qui joue l’officier allemand, fait oublier que l’on est au théâtre.

Aussi se prend-on au jeu de l’Histoire avec passion, oubliant les comédiens derrière les rôles, se croyant au cœur de ce Petit Soleil. On tremble à chaque incursion allemande, on vibre de peur à l’idée que Liliane soit découverte et dénoncée, on se prend d’affection pour ces filles, faillibles mais profondément humaines.

 

Résistantes Stanislas Grassian image 2
© D.R.

 

C’est donc un moment intense que nous propose Résistantes. Une pause hors du temps dont on regrette de sortir tant l’histoire a pu nous transpercer, nous transporter. Les comédiens saluent et l’on ne voit encore que les personnages qu’ils ont fait vivre le temps de la représentation. C’est une belle rencontre avec l’Histoire, un bel hommage à ces femmes méprisées et mises au ban, un beau rappel que la résistance est une force qui peut sommeiller en chaque individu. Cette pièce de théâtre est un coup de cœur de Bulles de Culture.

 

 

En savoir plus :

  • Résistantes et présenté au festival Avignon le Off 2017, au Théâtre du Roi René, du 7 au 30 juillet à 13h20 (relâches les 10, 17 et 24 juillet). Séances supplémentaires les mardis 11, 18, et 25 juillet à 17h15
  • Résistantes a été nominé au Coups de cœur du Club de la presse du festival d’Avignon Le Off 2016
  • Durée du spectacle : 1h30

Check Also

Anna Karénine Compagnie Kabuki image 2

[CRITIQUE] « Anna Karénine » par Laetitia Gonzalbes : Une pièce de théâtre romanesque et poétique

Le pari est osé et il est réussi : proposer une adaptation d’Anna Karénine, mise …

Radieuse Vermine affiche

[CRITIQUE] « Radieuse Vermine » (2017) par David Mercatali : Jusqu’où seriez-vous allé ?

Parmi les 1400 spectacles joués au festival Avignon Le Off 2017 cet été, Radieuse Vermine …

Laisser un commentaire