//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / TELEVISION / VOD / SERIES / [CRITIQUE] “Ozark” saison 1 : Jason Bateman à contre-emploi
Ozark saison 1 affiche

[CRITIQUE] “Ozark” saison 1 : Jason Bateman à contre-emploi

La série Netflix Ozark de Bill Dubuque et Mark Williams est présentée par nos confrères du magazine Premiere “comme la nouvelle bonne surprise de l’été”. Curieux, nous l’avons donc regardée et voici notre avis sur la saison 1.

Synopsis :

Un conseiller financier, Martin Byrde (Jason Bateman), embarque sa famille au fin fond du Missouri. Il doit y blanchir des millions de dollars en cinq ans pour calmer la fureur d’un baron de la drogue.

Ozark saison 1 :
Joli casting, pitch intriguant
mais…

 

Comme la série Gypsy avec Naomi Watts sur la crise de la quarantaine, la série Ozark propose un joli casting et un pitch intriguant — notamment ce moment dans la bande annonce où la mère de famille Wendy (Laura Linney) explique calmement à ses enfants qu’ils ont déménagé dans un bled du Missouri parce que leur père blanchit l’argent sale des cartels —. Mais à la vision, le rythme particulièrement lent de déclinaison des dix épisodes et les péripéties trop habituelles des ce genre d’histoires nous ont beaucoup moins enthousiasmé.

Dans le premier épisode de Ozark saison 1, le point de départ est un classique du genre : un personnage, ici Martin Byrde, interprété par Jason Bateman — qui est aussi coproducteur et réalisateur de la série, s’ennuie dans sa vie personnelle et professionnelle. Pour passer le temps, il n’hésite pas à regarder des pornos sur son lieu de travail et à fantasmer dans sa voiture de coucher avec des prostitués ramassées dans la rue. Bref, Martin Byrde est un personnage en attente de quelque chose qui briserait la routine de son quotidien sans relief. Ce bouleversement dans sa vie surviendra par l’entrée en scène de Camino Del Rio (Esai Morales), membre d’un cartel mexicain pour lequel Marty Byrde et son partenaire Bruce (Josh Randall) ont pris l’habitude de blanchir de l’argent.

Problème : Camino Del Rio a remarqué qu’on lui volait de l’argent et décide donc de supprimer Bruce et Martin. Alors, pour sauver sa peau, Martin Byrde va lui proposer de blanchir son argent sale dans un petit coin des États-Unis situé en dehors des radars du FBI. Deal accepté et voilà Martin et sa famille obligés d’aller vivre près du lac artificiel d’Ozarks dans le Missouri pour continuer seul son sale boulot de blanchiment.

Nouveau problème : loin d’être le petit endroit peinard que Martin Byrde imaginait, la région des Ozarks cache — ô surprise ! — d’autres personnes aux intentions criminelles affirmées et avec lesquels il sera bien obligé également de négocier. Il lui faudra donc faire preuve d’un sacré talent de négociateur et de stratège pour ne pas se sentir à l’étroit entre le baron mexicain de la drogue Camino Del Rio, la chef de bande Ruth (Julia Garner), le baron local de la drogue Jacob Snell — interprété par un Peter Mullan qui semble décidément se plaire à jouer dans les séries de type polar après Quarry, Top of the Lake et The Red Riding Trilogy — mais aussi le FBI qui s’intéresse à lui suite à l’assassinat de son partenaire.

Une série bien faite
mais sans surprise

 

Ainsi, comme la série télé culte Breaking Bad — une autre référence qui vient à l’esprit quand on regarde la série —, la série télé Ozark dépeint donc un père de famille lambda pris dans un engrenage autour de la drogue dans lequel il s’est lui-même mis. Et il faut reconnaître que dans ce rôle à contre-emploi, l’acteur Jason Bateman (Comment tuer son boss, Agents presque secrets) s’en sort plutôt bien.

Mais si cette série télé nous offre certes un divertissement à la réalisation de qualité mais somme toute très classique, il ne se passe rien de vraiment extraordinaire au niveau du scénario. Il manque dans ce Ozark un petit quelque chose qui en ferait une série plus dynamique et plus différente des autres. Mais peut-être faut-il lui l’essayer se déployer sur la longueur pour en découvrir un potentiel insoupçonné…

 

 

En savoir plus :

  • Ozark saison 1 est disponible sur Netflix depuis le vendredi 21 juillet 2017
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

Jean-Christophe Nurbel

Rédacteur en Chef / Editor in Chief chez Bulles de Culture
Accro aux films, aux pièces de théâtre, aux séries et à la culture en général, j'aime les œuvres qui me surprennent.

Top 3 Cinéma : "À bout de souffle" (1960), "Blade Runner" (1982), "Casablanca" (1942)
Top 3 TV : "Engrenages" (2005-...), "The Wire" (2002-2008), "Twin Peaks" (1990-1991)
Jean-Christophe Nurbel
Follow me

6 Commentaires

  1. Mr jean cristophe nurbel Ne faites pas de votre avis personel un avis de tout le monde merci et peu etre meme donnez vous la peine de regarder la saison en entier avant de la commenter merci bien

  2. J’ai regardé en entier et j’ai aimé et surtout le jeux des acteurs . Oui un peux lent au début j’avoue mais j’aimerais une deuxième saison pour sur

  3. cette série et une pur tuerie rien a comparée avec breaking bad(que j’ai adorée) la critique et vraiment mauvaise et de mauvais genre cette série ne donne qu’une envie voir la suite et vivement la saisons 2 !! a tout les amateur de vraie série il s’agit d’une vraie tuerie j’ai regarder tout les épisode en une soirée et on ne s’en lasse pas une envie tellement provocante de voir la suite et cette série et pousser a l’extrême sur le point intellectuelle du business et des fail ue le gouvernement n’ose devoiler contrairement a breaking bad(série que je repete j’ai adorée) a tout les amateur je la conseille cette série et juste démentielle et poussr a l’extreme ce qui donne envie de voir de prochaine saisons !!!!

  4. je veux une deuxième saison !! une série très prenante et au top !!!!

  5. Alors le critique n’a rien compris à la série ni au premier épisode puisqu’il dit que le père regarde des pornos et va voir des prostituées, alors que justement non, pas du tout, il est “pur” dans l’idée de ne vivre que pour sa famille, et c’est d’ailleurs la démonstration de toute la première saison, qu’une personne est capable de toutes les bassesses pour protéger sa famille. Pour ne pas spoiler l’hstoire, je ne dis pas qui est sur la vidéo…mais le critique n’a rien compris Cette série est peut-être la meilleure série jamais créée. C’est un chef d’oeuvre à tout point de vue: la photographie, la précision du scénario, le jeu des acteurs, l’ambiance, l’humour, la musique, les personnages, l’ambiance, les décors. Tout est absolument parfait. Aucune lenteur à déplorer. Tous les personnages secondaires sont bons; et le ton noir et l’intensité n’est jamais relâchée sur les 10 épisodes (à part peut être durant le 7eme épisode en flash back). C’est du très grand art. Bien au dessus de tout ce que l’on peut voir au cinéma ou à la télé depuis bien longtemps. Cette série mériterait la Palme d’or si cela était possible.

  6. Top série avalé en deux jours
    Se situe entre Fargo et Breaking bad

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :