//insérer vidéo facebook
enfr
Accueil / SPECTACLES / [CRITIQUE] “La Tragédie du dossard 512” de Yohann Métay : Une course à mourir de rire
La Tragédie du dossard 512 - Yohann Métay affiche Avignon Le Off 2017

[CRITIQUE] “La Tragédie du dossard 512” de Yohann Métay : Une course à mourir de rire

Une épopée fantastique à l’ultra Trail de Chamonix qui offre un beau moment de rigolade. Bulles de Culture a été  convaincu par La Tragédie du dossard 512 de Yohann Métay. Notre avis sur ce spectacle vu au festival Avignon Le Off 2017.

Synopsis :

C’est une soirée comme tant d’autres dans un bar de village, durant laquelle un amateur de bières et de bonne chère se retrouve piégé dans un défi fou : réaliser l’ultra Trail de Chamonix, 170 km de course pour faire le tour du Mont Blanc, 10 000 mètres de dénivelé cumulés, deux jours et deux nuits pour arriver à bout de l’interminable exploit. Yohann Métay n’est, on s’en doute, pas coureur pour un sou et découvre le monde impitoyable de la course à pied qu’il met en scène avec un humour incroyable.

La Tragédie du dossard 512 :
Une tragi-comédie rythmée

 

La Tragédie du dossard 512 - Yohann Métay image 1 (c) Fabienne Rappeneau HD
© Fabienne Rappeneau

 

C’est une performance d’acteur remarquable à laquelle nous assistons dans La Tragédie du dossard 512. Le spectacle suit un rythme soutenu, et l’énergie de Yohann Métay est à saluer. Il court, mime, crie, chante. C’est un seul en scène d’une réussite indéniable, dans lequel le spectateur se laisse mener avec grand plaisir.

Un défi tourné en dérision, une galerie de personnages bien mis en scène, jeux de mots, réécritures incessantes. Tout l’univers de la course à pied et du sport en général apparaît dans le one-man-show La Tragédie du dossard 512. Équipements onéreux, courbatures et blessures, ostéopathe légèrement sadique, et puis l’univers des courses.

C’est ainsi que la narration nous entraîne au fil des étapes de l’entraînement à la course au déroulement du Trail. On rit beaucoup et d’un bout à l’autre. Il faut noter que Yohann Métay allie la légèreté d’un humour un peu gras à des trouvailles qui sont à la fois pertinentes et bien exploitées.

Une aventure aux références multiples

 

La Tragédie du dossard 512 - Yohann Métay image 3 (c) Fabienne Rappeneau HD
© Fabienne Rappeneau

 

Délire hallucinatoire, dialogue avec les organes ou avec la conscience, les méandres de tout ce à quoi on pense quand on souffre dans la course et qu’il faut pourtant continuer. Tout cela est abordé avec finesse et rend un compte à la fois juste et extrêmement drôle de l’esprit du coureur qui se demande quelle fichue idée a bien pu le pousser à s’engager dans une telle galère.

L’ensemble de La Tragédie du dossard 512 est en outre ponctué de références à l’actualité, au cinéma. Les réécritures et les allusions affluent et sont d’un comique aussi efficace qu’acéré. C’est en ce sens qu’on peut relever de belles trouvailles : l’Orgueil incarné sous les traits de Nicolas Sarkozy ; le foi révolté par la diète imposée prend les traits de Golum de la saga Le Seigneur des Anneaux. Les réécritures musicales déclenchent des rires francs.

À cet humour parfaitement maîtrisé s’ajoute un jeu avec le public qui rend le spectacle encore plus vivant. L’improvisation qui naît du dialogue avec le public est un autre atout de La Tragédie du dossard 512 et, réactivée à différents moments du spectacle, elle est un grand déclencheur de rires.

Que vous soyez sportif ou non, coutumier des courses ou pas, nul doute que vous passerez un franc moment de rigolade en compagnie de Yohann Métay et de sa Tragédie du dossard 512, actuellement au festival Avignon Le Off 2017.

 

En savoir plus :

  • La Tragédie du dossard 512 est joué au festival Avignon Le Off 2017, au Théâtre du Chêne Noir, du 7 au 30 juillet à 14h45 (relâches les 10, 17 et 24 juillet)
  • Durée du spectacle : 1h30
Morgane P.

Morgane P.

Rédactrice chez Bulles de Culture
Rédactrice

Littéraire dans l’âme, cœur tendre, j’aime que l’on me raconte des histoires, que l’on m’emmène à la rencontre de personnages qui me fassent vibrer, qui m’emportent, qui me touchent, et vivre à travers eux de belles et incroyables aventures.

Top 3 Littérature : Laurent Mauvignier ; "Journal" de Jean-Luc Lagarce, "Aurélien" de Luis Aragon
Top 3 Poésie : "Les Planches courbes" d'Yves Bonnefoy, "Les Chimères" de Gérard de Nerval, "Un Été dans la Combe" de Jean-Claude Pirotte
Top 3 Théâtre : Jean-Luc Lagarce, Anton Tchékhov, Euripide
Morgane P.

Laisser un commentaire